†La Malédiction de l'Eternité † Index du Forum †La Malédiction de l'Eternité †
RPG dans une école de combat et de magie
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

La Chambre du Karma

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    †La Malédiction de l'Eternité † Index du Forum -> L'extérieur -> Les Sources du Néant -> Le Temple de la Foudre
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Mr.Event/Vendeur
Gérant(e)

Hors ligne

Inscrit le: 16 Mai 2007
Messages: 262
Date de naissance du personnage: 07/07/1270
Race: Humain
Arme(s): le contenu du magasin
xp: 49 582
Moyenne d'xp: 189,24

MessagePosté le: 13/02/2011    Sujet du message: La Chambre du Karma Répondre en citant

LA CHAMBRE DU KARMA


Votre groupe mené par Eleanor se dirige vers l'un des deux couloirs étroit qui avait été révélé lors de l'ancien raid. Au bout de celui-ci se trouve une énorme porte dorée, sur laquelle est écrit "Salle du Karma".
En unissant vos forces, vous poussez les lourds battants de la porte et débouchez dans une immense salle circulaire, de la taille d'une arène.




Tirage aux dés:
8+3 = 11
Nombre de la mort = "BOSS"

Une voix fait écho dans votre tête:
"Noble pèlerin. Si tu es un ami de Dieu, ton karma est pur et nous le dira. Alors, nous t'ouvrirons l'escalier de l'étage des dieux.
Mais si ton âme est impie, aux Enfers ton essence brûlera. Fume avec nous le poison de l'Oracle, et ton karma parlera."

Dans la pièce est dispersée un encens légèrement hallucinogène.
Mais plus encore après quelques instants, une fois que vous êtes tous entrés, toutes les issues se verrouillent et le fameux "Oracle apparaît à vous"...
Ce n'est autre que
Arcturus, le Prêtre du Jugement.

Bon courage,
Mr.Event

Vous devez rythmer votre RP de sorte à ce que l'event se termine: Dimanche
 
 
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 13/02/2011    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Vost
Eleve d'Arena

Hors ligne

Inscrit le: 10 Aoû 2010
Messages: 121
Date de naissance du personnage: 03/02/1283
Race: Démon
Arme(s): Zanbato
xp: 80 379
Moyenne d'xp: 664,29

MessagePosté le: 22/05/2018    Sujet du message: La Chambre du Karma Répondre en citant

* ~ Afin contenir sa colère, Vost s’était volontairement égaré dans son labyrinthe mental alors qu’il déambulait dans ces fantastiques cavernes de quartz électrique. La proposition de Kira résonnait encore dans son dédale imaginaire, rebondissant contre chaque paroi. D’ordinaire, il aurait dégainé ses poings en réaction à une telle réplique, surtout provenant d’un play-boy – à l’allure d’un chanteur de V-Pop – qui prenait un malin à faire souffrir Lynn. Cependant, il n’avait aucune envie d’être la victime de son fameux pouvoir de voyeur ni de se priver d’une possibilité de faire mordre la poussière au chien en cage qu’il exécrait au plus haut point. Une perspective séduisante au sujet de laquelle les deux fomenteurs zélés avait convenu de s’entretenir ultérieurement car une mission au temple de la foudre ne représentait ni le lieu ni le moment pour s’adonner à ce genre de manigances. Sans se départir de sa lucidité, le Démon se remémorait toutefois une extension à la fameuse maxime « l’ennemi de ton ennemi est ton ami. » lue dans une œuvre de stratégie militaire à Arena : « Mais méfie-toi toujours de tes amis. ».

* ~ Le franchissement d’un seuil l’extirpa de ses doux songes pour de le replonger dans la dure et acide réalité. Sa chef de groupe Illusienne – son nom lui échappait – semblait posséder des rudiments de tactique malgré son air débonnaire puisqu’elle l’avait placé en première ligne, juste derrière le couple le plus inopportun du Velm. Si la vision de ce vulgaire clébard portant une muselière, qui lui seyait à merveille, aurait presque amusé l’albâtre en temps normal, la vision du dos de Katy, qui n’avait toujours pas daigné lui adressé un mot – peut-être à cause de regards dont la teinte flamboyante ne faisait que souligner la rage ? –, ne l’enchantait guère. Avantageusement, l’architecture de la salle que la troupe venait de rejoindre attira davantage son attention que les courbes sculptées de la robuste guerrière. L’endroit lui paraissait familier : la Salle du Karma, siège de la précédente débâcle. Le titre ne laissait rien présager de bon pour Vost tant la majorité de ses agissements étaient moralement condamnables ; qu’ils fussent passés, présents ou futurs. D’ailleurs, l’immense pièce circulaire annihilait le cours des âges : les sabliers, disposés en cercles concentriques, s’écoulaient tantôt de haut en bas, tantôt de bas en haut. Pour ajouter à l’ambiance onirique qui se dégageait de ce hall exempt du temps, une fumée à l’odeur âcre, provenant de grands appareils aux allures de narguilés, tapissait le sol et les murs parsemés de tentures aux liserés dorés. En guise de couronne, l’antichambre de la fatalité portait une ouverture sur le vide infini. Cette fenêtre donnait le vertige, l’impression d’être une poussière dans l’univers. Soudain, les énormes portes décorées se fermèrent. Tandis que les quatre compagnons d’infortune se retrouvaient prisonniers face à leur Destin, une forme passait la lucarne découpée dans le plafond ; une sorte de créature cauchemardesque à la taille démesurée qui lévitait dans une position du lotus singulière puisqu'elle possédait deux paires de jambes sans pieds. Une voix d’outre-tombe, tressée de milliers d’harmoniques, fit vibrer le verre de toutes les horloges en chassant la majorité de l’encens cérémonial vers les murs.

« Sombres pécheurs, subissez votre jugement avec honneur et priez pour votre salut. »


* ~ Il n’était pas difficile de deviner que la notion de jugement évoquée ne faisait aucunement référence à un procès équitable. Lorsque l’entité inconcevable leva ce qui ressemblait à une tête sans aucun orifice vers les intrus, l’albinos complet sentit un effroyable frisson électriser son échine. Bientôt, des gouttes sueurs commencèrent à perler de son front ; il était tétanisé. Une peur incommensurable – émotion qu’il n’avait pas l’habitude d’éprouver –, mêlée à l’horrible sensation d’être sondé jusqu’aux tréfonds de son âme, l’envahit. D’une main fébrile et tremblante, il parvint néanmoins à dégainer son épée en prévention. Zieutant furtivement ses partenaires, il s’aperçut que tous l’avaient imité ; visiblement il n’était pas le seul à se reprocher quelque chose. À peine purent-ils se mettre en garde que deux crucifix crevèrent à leur tour la voûte céleste dépourvue d’astres. Détachés du sol par une force invisible, les croix d’acier se logèrent de chaque côté de l’entité inconnue. Sans que cette dernière n’exécutât le moindre mouvement, un des épieux métalliques s’élança à vive à allure en direction du demi-Vampire, demi-chien. Le Démon s’écarta aussi prestement qu’il put quand un tintement métallique retentit. La Protectrice avait endossé son rôle, ce qui le poussa à s’extraire de sa torpeur.

Comportement hostile détecté. Arrêt des processus interprétés comme tâches de fond. Protocole de combat engagé.

* ~ La créature imposante focalisait ses assauts sur Renji aux dents d’argent ; probablement car le palmarès de crimes et délits de ce psychopathe s’apparentait à une saga en plusieurs tomes. Soit, cet acharnement laissait la possibilité de prendre l’ennemi à revers, ce que s’empressa d’entreprendre Vost en ayant au préalable obtenu l’approbation de sa supérieure à l’aide d’un bref échange de regard. Ainsi, il entama une trajectoire en arc-de-cercle, se positionnant peu à peu dans l’angle mort de son adversaire grâce à la diversion du couple d’Areniens. Malheureusement, le juge volant ne semblait pas avoir besoin d'yeux pour voir puisqu’il projeta son autre arme en direction du bretteur esseulé. Heureusement, celui-ci avait anticipé le fait que le deuxième crucifix ne servait pas de décoration, ce qui lui permit de tenter une esquive. Néanmoins, la vitesse du projectile dépassant largement ses prédictions, il fut contraint d’assurer sa dérobade avec une parade du plat de sa lame. La violence de l’impact, en plus d’incruster son coude dans sa cage thoracique, le propulsa quelques mètres en arrière. Contrairement à la frêle geignarde d’Illusia – malencontreusement rencontrée lors d’une mission sur l’archipel capricieux –, ce monstre forçait à considérer la télékinésie avec sérieux.

Bilan : trois côtes fêlées. Répercussions sur l’organisme : moyennes. Fonctions vitales assurées. Reprise de l’activité musculaire.

* ~ Lors de son roulé-boulé, le Démon se réceptionna tant bien que mal. Ses gants et ses bottes crissèrent sur les dalles de marbres tandis qu’il pédalait dans le vide en tentant de se redresser. Une fois ses appuis recouvrés, il dévia de son orbite pour s’abriter derrière un houka géant. Toujours concentré, il envisageait deux cas de figure : soit la potentielle nature sacrée de ces dispositifs empêcherait le gardien des lieux de les briser, soit leur destruction lui laisserait un moment de répit pour contre-attaquer. Alors qu’il tournait autour du narguilé céleste en prenant soin de toujours le placer de façon à intercepter un possible retour de boomerang, Vost comprit que sa première supposition était valide. Par contre, les larges bouffées d’encens qui s’insinuaient dans ses poumons commençaient à lui vriller le cerveau. Pendant que des spirographes se dessinaient sur sa cornée, les couleurs oscillaient. Dépourvues de rythme, elles créaient une chaotique cacophonie de teintes vives. Parfait. En plus d’un match à mort, les volutes hallucinogènes imposaient une course contre la montre.

Situation critique. Acquisition de données sensorielles corrompues. Priorisation des exécutions rapides.

* ~ Dans la hâte, le guerrier à la peau blanche – si on ne se fiait pas à sa chromatopsie perturbée – arma son épée au-dessus de son épaule, serrant le manche de ses deux mains. Malgré l’acrimonie de l’air, il inspira profondément une dernière fois avant de s’écarter de la pipe à eau magique. Sans attendre le moindre frémissement du crucifix, il lança un swing dans sa direction ; un swing qui canalisait toute la rage accumulée ces derniers jours, un swing d’une véhémence jamais égalée dans toute son existence. Ses observations précédentes lui avaient permis d’estimer la vitesse des objets manipulés par le télékinésiste, si bien que son plan, pour le moins farfelu, fonctionna. Dans un vacarme assourdissant accompagné d’une gerbe d’étincelles, il repoussa la croix le plus loin possible.

Opportunité créée. Redirection de toute l’énergie dans les fonctions motrices des membres inférieurs.

* ~ Tel un batteur se lançant à la poursuite des bases après avoir réussi un home-run, l’albinos complet courut à la cadence la plus soutenue possible. Cependant, lorsqu’il se trouva à quelques mètres du dos de son opposant, sa vélocité diminua drastiquement par précaution. L’auréole ceignant auparavant le chef – ou ce qui s’en rapprochait – de la créature s’élevait dans les airs en émettant une intense lumière. Une hallucination ? Probablement pas. Il eut à peine le temps d’effectuer un pas de côté avant que la couronne n’arrachât son épaulière. Sa toison ébouriffée par le souffle du projectile, il songea subrepticement à changer d’armure dès son retour à la Capitale. Le retour du disque, quant à lui, sectionna son deltoïde gauche en dépit d’une tentative d’évasion. La douleur engendrée était insupportable ; sa chair crépitait sous le joug d’une brûlure au troisième degré. Parcourus par une puissante décharge électrique, ses muscles crispés ne répondaient plus, le contraignant à user de son zanbatō de sa seule main droite – la plus faible des deux. Un bruit sourd, suivi d’une percussion, déchira les tympans, respectivement l’épaule blessée, du combattant acculé. Le son s’avérait beaucoup trop familier, identique à celui de la poudre qui s’embrase dans un barillet. La naine portait un revolver à la ceinture ; venait-elle de lui tirer dessus ?

Influx nerveux atténué. Douleur sous le seuil de tolérance. Animation du membre supérieur gauche… Echec. Tissus musculaires incapacités.

* ~ Des balles analgésiques ? Elle aurait pu prévenir – à moins qu’il n'eût manqué cette information faute d’attention lors des présentations. En tout cas, Vost demeurait en danger : si l’auréole avait regagné sa place, le crucifix revenait à la charge. Il se préparait à encaisser le choc quand le bouclier de Katy cingla au bout de son lasso, éjectant l’obus en forme de croix à l’autre bout de la salle. Bien qu’elle ramenât son pavois en une fraction de secondes, ce délai suffit à déstabiliser sa parade suivante. Elle ploya sous le poids d’une jambe monstrueuse qui jetait des éclairs sur la tête de lion de son rempart. D’un coup de dague bien placé, le Berserkir écervelé parvint à la libérer. D’une cartouche bien tirée, l’Illusienne parvint à la relever. À la réflexion, tous combattaient à l’unisson. Saisissant l’opportunité offerte, le Démon à moitié manchot s’élança au mépris des effets hallucinogènes qui embrouillaient ses sens. Avec une détermination forgée par la fureur, il attaqua avec véhémence et ferveur. L’entité, coincée par les trois Areniens, contrecarra toutefois cet assaut en déliant pour la première fois ses mains. Ses phalanges gauches chassèrent le premier albinos comme s’il s’agissait d’un insecte. Tel un météore, son poing droit s’abattit sur le deuxième qui, malgré sa force herculéenne, plia les genoux pour amortir l’impact. De leurs côtés, les quatre moignons survoltés cernaient toujours guerrière blonde pendant que les épieux métalliques reprenaient leur place. Trop peu nombreux pour absorber les perpétuels assauts du maître des lieux, il ne restait qu’à espérer que les retardataires seraient à la hauteur.


* Pouvoir de l’amitié, mon cul ! *


* ~ En réalité, Vost espérait plutôt que tout le monde crevât enfin dans d’atroces souffrances.~ *


Eleanor, Renji, Katy et Vost arrive dans la Salle du Karma et sont accueillis par Arcturus. Renji, en tant qu'affreux psychopathe, est la cible privilégiée du prêtre du jugement. Katy soutient le Vampire pendant que Vost tente de prendre le monstre à revers. Malheureusement, malgré les interventions d'Eleanor à l'aide de son revolver analgésique, les trois guerriers ne parviennent pas à absorber tous les assauts du boss. Vost est au tapis, Katy et Renji sont en assez mauvaise posture.

_________________
[ Vost Odium, le coeur à droite. ]

Pinguin maléfique du Velm


Dernière édition par Vost le 29/05/2018; édité 6 fois
Revenir en haut
Erwan Silver
Officier d'Illusia

Hors ligne

Inscrit le: 04 Oct 2009
Messages: 327
Date de naissance du personnage: 09/10/1279
Race: Lycans
Arme(s): Pendentif en croissant de lune, Anneau magique enchanté
xp: 95 664
Moyenne d'xp: 292,55

MessagePosté le: 22/05/2018    Sujet du message: La Chambre du Karma Répondre en citant

Pas facile de trouver le sommeil lorsque l’on stresse. Le cerveau tourne à toute allure. Les pensées défilent, les idées volent, les craintes remontent, la panique nous broie les intestins. Erwan ne ferma pas l’oeil de la nuit. Il s’est tourné, retourné, transpirant comme s’il se trouvait dans une fournaise. Des cauchemars l’ont hanté, des souvenirs douloureux d’une bataille sanglante, de la perte de frère d’arme, des cris des élèves mourants abandonnés à leur triste sort.
Quand il revint de la dernière mission dans le temple de la foudre, c’était à moitié mort, un bras en miette, et le corps ensanglanté. Son frère était dans le même état, il avait perdu connaissance à cause de sa transformation, des traqueurs avaient aidé le lycan à le ramener au bercail. Il leur fallut deux mois pour récupérer des séquelles physique et psychologique de cet échec.

Le duo passa donc une nuit blanche. L’aube fut leur réveil. Ils préparèrent chacun leur sac, y mettant toute potion ou gadget pouvant les aider dans leur mission. Raphy récupéra l’usage de son ouïe durant la nuit. La faim n’est pas au rendez-vous, mais ils doivent prendre des forces pour la mission qui les attend, la moindre faiblesse peut leur coûter la vie. Ils préfèrent éviter la cafétéria, après la journée qu’ils y avaient passé la veille, ils ne sont pas près d’y remettre les pieds. Ils prirent le chemin de la boulangerie du village le plus proche pour y manger pains au chocolat et croissants, avant de s’enfiler un café ultra serré, puis de prendre la direction du bois des anges. Pour avoir saccagé un bar deux jours plus tôt, ils furent sanctionné également pour leur déplacement, pas de portail pour aller plus vite. Erwan eut beau insister sur l’importance de la mission, que cette punition est stérile et immature, rien n’y fit, et le duo se tapa plusieurs heures de marche jusqu’au grand portail menant vers le chaos.
Sur place, il n’y avait déjà plus personne, tout le monde a traversé la gelée interdimensionnelle. Seuls un prêtre et un traqueur s’y trouvent. Le vieux religieux prodigua les mêmes prières qu’à l’accoutumé, avant de remettre des pendentifs de protections aux deux Illusiens. Le traqueur les foudroya du regard, apparemment tout le Velm est au courant de leur vandalisme, comme s’il s’agissait d’un crime politique. Erwan n’y porta même pas attention, il prit son sac de vivre, soufflant d’un air blasé. Il se tient devant le portail, fixe son colocataire, prend une grande inspiration, puis traverse la paroi magique en direction du temple de la foudre.

Cette fois, pas d’atterrissage difficile ou de comité d’accueil en forme de statue à fouet, ni d’escaliers suspendus dans le vide. Ils amarrèrent dans une immense grotte de cristal. C’est ici que le Belzeroth découvrit une partie de l’énigme de ce temple. Et également que tout tourna au vinaigre. Le lycan enleva ces souvenirs de ses pensées, la nausée du voyage l’y aidant fortement. Il attendit son frère, qui lui emboîta le pas de peu, puis cherchèrent la piste du groupe. Ils aperçurent des traces de pas, qui se séparent en deux. Sur une paroi cristalline, on peut y voir un A montrant un chemin, et un B en montrant un autre. Dans la lettre que les deux compères reçurent, il y était mentionné qu’ils faisaient partie du groupe B, ils en suivirent donc le chemin.
Au bout de plusieurs minutes de marche, une immense porte leur fit barrage. D’un regard moqueur, Raphaël fixa le balafré, qui lui laissa sa place, étant donné son manque de pratique avec les portes. Le blondinet chercha un mécanisme d’ouverture, ou ne serait ce qu’une poignée, il n’y a rien, mais même une serrure à crocheter.


« -Bon, et bien il semblerait que ce soit ton moment mon cher frère. »

Erwan se frotte les mains, il mute en loup-garou, afin de laisser exprimer toute sa force, puis d’une charge brutale, il fonce sur la paroi métallique qui les empêche de progresser. Le violent coup d’épaule fissura cette dernière, et au moment de l’achever d’un nouveau coup, un disque bleuté vint la traverser, frôlant de peu le duo, explosant ainsi l’entrée, avant de finir par se planter dans un cristal un peu plus loin. À l’intérieur de la pièce, c’est le chaos.

Le lycan reconnaît Katy, la guerrière blonde avec qui il avait pu partager un verre dans la capitale. Cependant les autres lui sont totalement inconnus. Le frisson de dégoût qui le parcouru lui fit reconnaître deux Arèniens en plus de la blondinette. Deux albinos, tout deux à l’air peu fréquentable, voir dangereux, puis une Elite Illusienne. Raphy la montra en expliquant brièvement qu’il s’agissait de sa formatrice, mais il n’eut pas spécialement le temps de s’étaler sur la discussion, quand le disque qui les frôla plus tôt revint dans leur direction, manquant à nouveau de décapiter le lycan.
Le propriétaire de cet objet n’est autre qu’un immense prêtre, lévitant dans le vide, entouré des vapeurs de narguilé l’entourant qui, à peine respiré, provoquèrent des tournis au balafré, comme après l’ingurgitation d’une dizaine de pintes de bière. Le quatuor semble en mauvaise posture, et il fut peu de temps avant qu’Erwan ne se trouve face à face avec le gardien de la pièce. Il n’a pas d’yeux, pourtant il sent son regard le traverser, sonder son âme, chercher au plus profond de lui-même ses péchés les plus sombres.


« -Ton âme est impure, indigne de Dieu, notre créateur et sauveur, je te condamne à la purification, comme tes compères. »

La sueur coule sur le visage du lycan, perdu dans ses songes, plongé dans les ténèbres de ses souvenirs les plus atroces. Il n’arrive pas à bouger, comme paralysé par la peur. Il n’a connu ce sentiment qu’une seule fois, lors de son combat contre Hukron. Ce désespoir, avalant toute combativité, qui abat son hôte en le privant de toute volonté de survie, ne lui laissant comme reste que l’envie de mourir. Un puissant coup dans l’estomac le propulsa contre le plafond, le faisant sortir de sa torpeur. Il a le souffle coupé, une de ses côte fraîchement réparée vient de se briser à nouveau. Le retour au sol fut accompagné d’un autre coup, le projetant cette fois dans les sabliers qui entouraient la pièce.
Erwan n’arrive plus à parler ou à grogner, il ne réussit qu’à vomir son petit déjeuner, suivi d’une petite flaque de sang. Il se relève, et aperçoit le titan lui envoyer une croix géante. Il roule sur le côté pour l’éviter, avant d’être aidé par la guerrière, qui, à l’aide de son imposant bouclier, bloqua l’attaque qui aurait pu traverser le lycan. Ce dernier reprend ses esprits, il sait à présent que la moindre faute d’attention lui coûtera la vie. Il s’essuie la gueule pour enlever la mixture à base de croissant, de café et d’hémoglobine, puis se met à chercher une faille dans la défense du prêtre.

On peut voir qu’une lumière éblouissante sort de son torse via une sorte de faille, comme une brisure. Erwan cherche du regard la chef du groupe afin de lui indiquer l’endroit en question, peut être pourrait-elle élaborer un plan vis-à-vis de ce détail. Elle est trop préoccupée à tirer sur ses alliés, un pouvoir de guérison apparemment, à moins que les élèves présents aiment se prendre ses balles. L’un des deux albinos, celui aux canines assez développées pour reconnaître un vampire, lutte tant bien que mal contre les jambes dépourvus de pied du prêtre. Il a l’air terriblement fort, il arrive à parer les mêmes coups qui ont assommés le lycan quelques secondes plus tôt, le titan semble s’acharner sur lui particulièrement. Profitant de ce moment d’inattention de son adversaire, Erwan fonce sur lui afin d’essayer de lui pourfendre le torse. Il esquive les croix les unes après les autres, s’en servant comme appui pour se projeter à sa hauteur. Griffes en avant, le lycan fonce droit sur lui, et réussit à l’entailler à l’endroit voulu. Le prêtre incanta des mots en langue inconnue, dans une tonalité sinistre. Le rayon lumineux, sortant de son abdomen, se met à s’intensifier, ça devient éblouissant, puis aveuglant. Le balafré se protège les yeux, ça en devient douloureux, il finit par plonger son visage dans son bras et tourner le dos à son adversaire, qui lâcha un gigantesque flash.

Tout le monde semble sonné. Peut-être certains n’ont pas eu le temps de se protéger les yeux. Le prêtre devient fébrile, comme s’il venait de vider une partie de sa batterie. Pourtant, il réussit à envoyer sa croix droit sur le loup-garou, qui n’eut pas le temps d’esquiver et se fit transpercer le flan, arrachant une partie de sa chaire dans une douleur insoutenable. L’un des élèves présent avec lui vint l’aider à extirper le crucifix, et à en empêcher un autre de finir son travail. Il reçut une décharge au niveau de sa blessure, qui eut l’effet d’apaiser sa souffrance. Sûrement une fameuse balle de son chef d’équipe. Pas le temps pour les remerciements, car une autre attaque se dirige vers lui. Esquive, roulade, blocage de son alliée Arénienne, tandis que les deux êtres au teint blafard continuent leurs assauts, cherchant une faille, ou bien à créer une diversion. On peut sentir une certaine tension entre ces deux là par ailleurs, surtout en provenant du plus petit des deux. Entre deux attaques, il ne peut pas s’empêcher de fixer la blondinette du groupe, d’une même intensité que le lycan devant une pinte de brune.
Tout en observant la créature qui lui fait face, Erwan esquive les croix qu’il contrôle. Il esquive autant qu’il peut, et quand l’une d’elle vint vers lui, il haussa les avants bras pour se protéger, et fut surpris de pouvoir la bloquer, et la saisir. Ni une, ni deux, il en profite pour la balancer dans la figure de son propriètaire, qui use de son auréole pour la trancher en deux.


« -Je crois qu’il a été affaibli par mon attaque, ou bien par son flash. Il est temps de passer à la vitesse supérieure !  Reviens-moi des enfers, Raven ! »

Une nuée de corbeau sort des profondeurs du sol aux allures célestes, entourant le lycan comme un bouclier mort vivant. Il profite de ses volatiles pour tromper le prêtre, qui élance son bras dans sa direction, avant qu’il ne finisse dans un tas de cadavre à plume. Erwan en profite pour grimper dessus, escalader le titan, puis il lui saisit les bras de toutes ses forces pour l’immobiliser. Le monstre utilise la télékinésie, il faut donc réussir à l’empêcher d’user de son pouvoir pour l’affaiblir. La douleur de ses blessures est insoutenable. La magie de son chef ne soigne pas ses plaies sanglantes, user de sa force ainsi le fait se vider de son sang bien trop vite.

« -Si tu as quelque chose de prévu, c’est maintenant, je ne vais pas pouvoir le tenir très longtemps ! »

Erwan fixe son acolyte, le priant de se dépêcher de trouver un plan. Sa prise semble calmer les attaques de crucifix, mais par pour longtemps.


Erwan arrive en trombe dans la salle accompagné de Raphael. Il réussit à trancher la zone lumineuse sur le torse du prêtre au prix de côtes cassées, et d'un empalement du flan par un crucifix, et grâce à l'aide de ceux déjà présent dans la salle. Il réussit à se relever grâce aux balles de Eleanor, invoque des corbeaux pour faire diversion et grimper sur le prêtre afin de le saisir pour le gêner dans l'utilisation de son pouvoir de télékinésie. Le suivant pourra utiliser cet avantage, très court car Erwan se vide de son sang rapidement, pour continuer à éclater le monstre.

_________________
Revenir en haut
Raphaël
Officier d'Illusia

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2009
Messages: 221
Date de naissance du personnage: 16/11/1284
Race: Belzeroth
Arme(s): cape
xp: 80 465
Moyenne d'xp: 364,10

MessagePosté le: 24/05/2018    Sujet du message: La Chambre du Karma Répondre en citant

L'enfer de la bataille, les tourments de la malédiction, les traumatismes d'une source du néant ... Déjà deux années passées et me revoilà au beau milieu de ce chaos. Cela m'a semblé passé si vite. J'aurais même pu caresser l'espoir de ne plus jamais connaître ces horreurs, mais, contre mon gré, je suis de retour au temple de la foudre, un lieu où une lente et douloureuse agonie nous fait l'honneur de nous attendre aussi bien au détour de chaque couloir que dans une chambre sacrée. Cette fois, l'incarnation de nos cauchemars les plus inavouables prenaient l'apparence d'un monstre de plusieurs mettre de haut qu'Erwan prit d'assaut, sans l'ombre d'une hésitation. Le voilà maintenant en train de s'agripper à cette sorte d'auréole qui tournoyait sur elle-même dans le but de lui faire lâcher prise. Un vrai spectacle visuel ; cependant il s'agissait surtout d'une attraction mortelle. Le lycan, au même titre de nos autres camarades, risquait sa vie. Il était temps pour moi d'agir. J'inspirai un grand puis levai ma jambe gauche qui me parut plus lourde qu'auparavant. J'effectuai la même opération avec la droite ; je la sentis tout aussi difficile à lever. Le paysage autour de moi commença subitement à onduler, à s'étirer ou à se rapetissait à sa guise.

*Mais qu'est-ce qui m'arrive ? Serait-ce un maléfice de la créature ?*

Mon regard se porta alors sur la chose que mon frère continuait d'entraver du mieux qu'il pouvait. Malgré son absence de visage, elle semblait me fixer intensément me laissant l'impression de sonder mon âme dans le moindre recoin. Une sensation de malaise s'immisça en moi. Je ne voulais pas que le monstre scrute plus longtemps mon moi profond.

* Et s'il venait à exposer mes plus noirs secrets à l'ensemble de groupe ? Je ne dois pas le laisser agir ; en aucun cas !*

Me remémorant mes péchés les plus graves ; les séances de torture que je prodiguais à d'innombrable victimes, l'inconscient plaisir que j'éprouvais à ses moments, les meurtres ainsi que les chasses aux enfants illégitimes qu'avait eu mon père et auxquelles il me faisait participer ; j'avançai lentement vers l'être auréolé tout en le défiant d'un regard mélangeant colère et crainte que ma part la plus sombre soit dévoilée. Peu à peu un visage se refléta sur celui de l'ennemi. Un que je ne connaissais que trop bien ... Celui d'Alastor. Un juron m'échappa.
Je ne sus dire s'il s'agit d'un envoûtement de l'adversaire ou d'une trahison de mes propres sens, mais je le voyais clairement, cette trombine arborant un sourire sadique ainsi qu'un regard autant moqueur qu'hautain. La perturbante vision suffit à me figeai d'effroi un instant et cette ouverture permit au gardien des lieux d'enfin éjecter Erwan sur l'un des arenien aux cheveux blancs, portant, pour on ne sait quelle raison, une muselière, prêt à l'attaquer qui tomba avant d'être écrasé par le poids de demi-loup.

"- ÊTRE DÉMONIAQUE ! PRÉPARE-TOI À RECEVOIR L'ULTIME CHÂTIMENT D'ARCTURUS !"

Sans plus de cérémonie, le gardien envoya dans ma direction sa dangereuse auréole qu'il m'était impossible d'esquiver au vu de son incroyable vitesse et de l'état de perturbation dans lequel je me trouvais.

* Était-ce là mes derniers instants ? Allai-je finir décapité sans avoir la moindre chance de réagir ? Cela me semble être le cas ... Erwan, mon frère, je suis désolé de te quitter ainsi ... je te confie la lourde de tâche de réunir à nouveau notre famille ... Adieu !*

J'entendis la voix paniquée de demi-loup hurlant mon nom et courant vers moi afin de me sauver, mais ne pouvant arriver à temps, alors que je fermais les yeux, attendant, plus sereinement que je ne le crus, que la faucheuse fasse son office.

BLAM !!!

BOUM !!!

BAF !!!

*Qu'est-ce que ...*

Quelqu'un venait de me plaquer de justesse au sol, me sauvant in extremis du disque meurtrier. Je rouvris les yeux pour découvrir une Eleanor paniquée, les yeux larmoyant et commençant à me secouer avant de me décorer d'une magnifique gifle sous le coup de l'émotion. Le choc de sa main sur ma joue ainsi que ses brèves remontrances dignes de son statut de chef de groupe suffirent à me remettre les idées en place.

*C'est vrai ! Je n'ai pas le temps pour préoccuper de ses pensées, je dois contribuer à la défaite de cet Arcturus.*

Je pris une mèche de mes cheveux entre mes doigts puis commençai machinalement à jouer avec celle-ci.

*Ce monstre présente un point faible visible au niveau du cœur. De plus, il semble s'être affaiblit après avoir émis ce puissant flash, si nous réussissons à le faire le réutiliser au moins trois fois, le vaincre sera à notre portée ; nous devons donc créer une ouverture afin de l'atteindre à cet endroit précis, mais de ce que j'ai pu voir, il possède un pouvoir de télékinésie ; conclusion : il peut nous gérer à distance, donc neutraliser ses armes me paraît être une priorité absolue. Peut-être pourrions-nous le coincer à l'aide d'un de ces piliers, mais il va nous falloir en démolir un pour rendre l'opération possible. Bien, allons-y.*

Erwan, inquiet de mon état, m'avait rejoint. Je lui fis part de mon plan et lui demandai de s'occuper de préparer un pilier avec l'aide d'un des areniens tandis que les restes du groupe occuperait le gardien. Le géant s'exécuta sans rien ajouter. Il apostropha le guerrier, ou plutôt la guerrière, la plus proche : une jeune femme blonde aux yeux verts émeraude qui le suivit après une rapide exposition du plan.
J'accourus rejoindre les deux areniens engager dans un violent corps-à-corps avec le gardien et remarquai, au passage, certaines similitudes.

*Des jumeaux, peut-être ? Je leur poserai la question, plus tard.*

Un crucifix me prit pour cible, mais, cette fois sur mes gardes, je parvins à l'éviter.

*Vue la vitesse de ses attaques, je n'ai pas le luxe de me concentrer sur autre chose !*

Un second pieu de métal vint à ma rencontre. Je sautai dans le but de laisser ce dernier se planter dans le sol avant d'atterrir dessus puis de courir le long de l'arme en direction d'Arcturus qui lança son anneau de fer sur moi. En parallèle, je libérai mes ailes, au prix d'une pénible et familière douleur, et m'envolai. Le disque, quant à lui, poursuivit sa course dans le vide, emportant avec lui un bout d'une de mes chaussures. Je dégainai alors ma cape et recouvris la tête de notre adversaire qui ne tarda pas à retirer le drap au moyen d'une de ses mains. Ce laps de temps que je nous offris permit à l'arenien équipé d'une gigantesque épée de donner un coup bien placé au niveau du cœur du gardien des lieux qui répliqua aussitôt d'un nouveau flash aveuglant. La promptitude de la réponse ennemie ne me laissa pas l'occasion de me protéger les yeux de manière optimal. Perturbé par cette contre-attaque, j'en oubliai le retour de l'auréole et ne fut averti qu'au dernier moment par un "ATTENTION !" de l'un de mes coéquipiers d'arena.
À l'aveugle, je vrillai dans l'espoir d'éviter la lame circulaire. Je crus y avoir échappé, mais la sensation de brûlure au niveau d'une de mes ailes me fit comprendre mon mauvais sort. Déséquilibré dans mon vol, je chutai avant de recevoir un coup de poing dans l'estomac. Un mince filet de sang se propulsa hors de ma bouche tandis que j'effectuai un vol plané à l'autre bout de la salle pour finalement me fracasser au sol.
Sonné et endolorie, je mis du temps à me relever.

*Bien, au moins il a utilisé un flash, il est encore plus faible maintenant.*

"- Raphy ! On est prêt ! Me hurla la voix d'Erwan."

D'une main je tins mon ventre, source de souffrance et me rapprocher du duo que formait mon frère ainsi que sa partenaire. Arrivé à l'endroit où ils se tenaient, je mis mes deux mains en porte-voix.

"- EH GARDIEN DE PACOTILLE ! TON ULTIME CHÂTIMENT CHATOUILLE À PEINE ! HONTE SUR TOI ET TON DIEU !!!"

L'insulte eut l'effet escompté, suite à ma grossière provocation, Acrturus envoya son disque tranchant sur moi. J'esquivai de justesse et au dernier moment avant de laisser au demi-loup et à sa partenaire qui abattirent de toute leur force le pilier fraîchement déloger sur l'arme qui se retrouva coincé dessous.

*Un peu rustre, mais ça devrait l'empêcher de l'utiliser pendant un moment ... Du moins espérons-le.*


Résumé :
Raphy subit les effets de l'encens dès le début ce qui le laisse à la merci Arcturus. Il est sauvé pas Eleanor qui était la plus proche de lui à ce moment.
Il imagine un plan pour bloquer l'auréole du gardien, envoie Erwan et Katy déloger un pilier qui leur permettra de bloque l'auréole puis il va soutenir Renji et Vost qui sont au corps-à-corps avec le boss.
Le boss utilise une nouvelle fois son flash et aveugle Raphy qui se fait blesser légèrement l'une de ses ailes avant d'être envoyer à l'autre bout de la pièce d'un coup de poing dans l'estomac.
Il rejoint Erwan et Katy puis provoque Acrturus qui envoie son auréole sur lui.
Raphy esquive et Erwan et Katy parviennent à bloquer le disque (la durée du blocage est indéterminé, l'auréole peut très bien revenir dans les prochains posts, à votre convenance ^^)

_________________
Si nous pouvons tuer par amour, nous pouvons aussi sauver par haine.
Revenir en haut
Katy
Elite d'Arena

Hors ligne

Inscrit le: 13 Mar 2006
Messages: 1 411
Date de naissance du personnage: 14/06/1283
Race: Humaine
Arme(s): Epée-fouet
xp: 116 228
Moyenne d'xp: 82,37

MessagePosté le: 26/05/2018    Sujet du message: La Chambre du Karma Répondre en citant

L'auréole se trouva bloquée sous l'un des pilier. Il y eut, en tout cas du côté du Lycan et de l'Humaine, quelques fractions de seconde expectatives qui s'étirèrent sur une éternité. La ruse serait-elle suffisante pour bloquer ce disque qui, en tout cas, ne s'était pas ébréché sous le choc ? Il fallait l'espérer, car l'opération avait coûté une grande partie des forces restantes aux deux élèves qui haletaient en sifflant. Leur ennemi, qui pendant une de ses remontrances s'était proclamé Arcturus, Prêtre du Jugement de Dieu, tendit un de ses bras massif vers sa couronne céleste dans l'intention manifeste d'utiliser ses pouvoirs pour la récupérer. Mais c'était sans compter les deux albinos qui profitèrent de la diversion et de sa perte d'altitude -peut-être liée à son état de faiblesse croissant- pour renouveler leurs assauts. Le Prêtre les repoussa de ses crucifix et, se désintéressant pour le moment de sa sainte tiare, reprit de la hauteur pour se préserver des pécheurs qui l'entouraient. Là, dominant de nouveau l'arène en son centre, il les observa tous longuement un à un. Voici sans doute ce qu'il vit :

Les six hérétiques en campagne contre le Châtiment divin étaient dispersés en miroir face à lui : d'un côté, sur sa gauche, se trouvaient Erwan et Katy qui tenaient position près du pilier et de son auréole, toujours grandement affaiblis. La guerrière aux nombreuses effigies de lion avait incité son ami canidé à profiter du bref répit pour consommer une de la dizaine de potions de soin qu'il semblait transporter. Un peu en retrait derrière eux se trouvait Raphaël, l'Hybride issu de l'union rare entre un Ange et un Démon, blessé aux ailes et aux côtes douloureuses... Le Lycan lui envoya d'ailleurs une flasque afin qu'il eût le choix de régénérer ses blessures quand bon lui semblât. Sur la droite, dans une disposition à peu près similaire se côtoyaient malgré leur inimitié les deux pâles guerriers de l'escouade. Leurs cheveux d'argent étaient pour tous deux ébouriffés et ils étaient blessés de façon plus ou moins superficielle. A l'abri des imprévus se tenait une dizaine de pas dans leur dos la frêle et agile Eleanor munie de son arme à feu dont elle usait avec parcimonie pour soulager les blessures les moins sévères. Ses munitions n'étant probablement pas infinies il était important qu'elle les économisât pour la suite du combat et ceux potentiellement à venir. De toutes ces vermines enfantées par les Gardiens déchus, celui qui était le plus souillé par ses agissements criminels passés comme présents était sans aucun doute le Vampire dont la nécessité de la muselière illustrait bien le comportement sanguinaire. Mais il était suivi de près par l'Hybride Ange et Démon qui avait osé blasphémer le nom sacré de Dieu, puis par le Lycan coupable de parricide et l'albinos à la grande épée dont les accès de colère et les tendances suicidaires avaient entaché le karma. Seules les deux éléments féminins pouvaient se réjouir d'être moins impures, mais leurs bonnes actions ne rachetaient pas leur hérésie ni leurs déviances sexuelles comme l'adultère et la polygamie. Tous méritaient de subir le courroux d'Arcturus le Juge.
Le serviteur du Créateur ouvrit ses immenses bras. Chacun d'eux faisait la taille d'un homme et les muscles volumineux qui s'y attachaient étaient tressés comme de la corde de navire. Son mouvement attira l'attention des combattants qui cessèrent leurs messes basses ou arrangements pour se focaliser de nouveau sur lui. Sa prestance et son austérité ne faisaient pas de toute. Il était impossible, même pour Gabriel qui pourtant avait vu les créatures de toutes les Sources du Néant jusqu'ici parcourues, de ne pas sentir son échine se glacer au contact du regard sans orbite cet émissaire divin.


« Sombres pécheurs, repentez-vous. » Ses sept crucifix, endommagés comme intacts, l'encerclèrent avec solennité, tous les épieux vers le bas. « La miséricorde de Dieu est infinie. Si vous embrassez Son nom et confessez maintenant vos péchés, votre corps retournera à la terre de glaise où il a été pris, mais votre âme éternelle aura Sa pitié. Si néanmoins vous persistez sur le chemin des Enfers... » La menace resta en suspens. De façon plus éloquent que les mots, les crucifix se mirent à tourner, d'abord lentement, puis de façon vertigineuse, au fur et à mesure que la tension s'élevait.


Malgré la terreur qu'inspirait cette incarnation du châtiment, deux voix répondirent avant que la sentence ne tombe :
- Que Dieu et toi aillent se faire foutre avec votre miséricorde !
- On sait bien ce qu'elle vaut sur le Velm. Redescends qu'on te casse la gueule !
Gabriel était paralysée en garde, les yeux rivés sur le tourbillon de croix qui les menaçait. Les fumées parfumées qui s'élevaient sans cesse des grands calumets distordaient ses sens, y compris l'ouïe. Elle crut discerner le timbre de Vost qui, déformé par la rage, qui n'avait plus rien de la voix galante dont le murmure avait bercé ses nuits ces dernières années. L'autre appartenait à Erwan ou à Raphaël, à moins qu'ils aient crié à l'unisson. Les autres étaient restés silencieux... Mais à vrai dire, les volutes hallucinogènes imprégnaient à tel point son cerveau qu'elle n'était même pas sûre qu'ils aient parlé. Leurs bravades résonnaient d'ailleurs dans sa tête comme des échos dans une cave.
Les réponses n'étaient sûrement complètement illusoires vu la réaction d'Arcturus, qui frémit comme un brasier qui reçoit de l'huile. Prenant les silences des autres comme des assentiments, il baissa sombrement sa tête noire au masque de bourreau. Il répondit de ses organes vocaux indiscernables :


« Que la Volonté de Dieu soit faite. » Il releva son visage lisse, qui semblait portant aborder une expression inflexible. Le tourbillon métallique qui l'entourait sembla s'accélérer encore, tant est soi peu que l'exploit soit possible. La voix du Juge murmura résolument : « Sicut deficit fumus, deficiant ; sicut fluit cera a facie ignis, sic pereant peccatores a facie Dei. » Il leva un bras et dit dans le ton du commandement : « Ecce Crucem Domini, fugite partes adversæ !!! »


Les Velmiens ne connaissaient pas le latin et n'en avaient pas besoin pour comprendre que leur temps était compté. Les crucifix sifflèrent dans toutes les directions et chacun mit son énergie à éviter celui qui lui était adressé. Celui qui n'était destiné à aucun des pécheurs alla dégager l'auréole dont la couronne bleuté revint dans un chant métallique et funeste se placer au-dessus du crâne de son maître, lui redonnant toute sa splendeur et puissance. L'aura bleuté -ou violacée ou dorée, les couleurs dansaient dans le brouillard psychotrope- dont elle irradiait vers les cieux écrasa de désespoir la guerrière, qui sentit son énergie défaillir sous le découragement.
- Gabyyy !
La jeune femme aux cheveux blonds tourna sa tête léonine vers la voix qui l'avait appelée. Légèrement désorientée par les drogues, elle n'avait pas regardé dans la bonne direction, mais finit par voir Eleanor et Raphaël lui faire des signes, à l'écart vers l'entrée de la pièce. Non sans chasser un crucifix qui tentait de la tuer d'un arrêt du bouclier, l'Arenienne avala la distance qui les séparait de grandes foulées. La cheftaine lui déballa très rapidement la stratégie suivante : elle allait user de son pouvoir pour transférer l'épuisement physique des guerriers (Katy comprise) et d'Erwan sur Raphaël. Cela lui permettrait de continuer de tirer des balles guérisseuses aux personnes à sa portée si besoin, et éviterait surtout de perdre le contrôle de son pouvoir par surcharge physique, même si elle se prétendait plus résistante physiquement que Raphaël. Le rôle de la Protectrice était donc d'éviter que le binôme soit grièvement blessé. Pendant ce temps, les autres membres du groupe attaqueraient à l'unisson le Maître du Karma.
Le plan fut mis en exécution et la guerrière sentit effectivement les crampes qui menaçaient le maniement de son épée et de son bouclier se dissiper. Il sembla en être de même pour les autres, puisqu'ils se mirent à se déplacer plus rapidement. Derrière elle, la jeune femme put entendre les gémissements sourds du blondinet qui servait d’exutoire à quatre personnes simultanément. La petite sorcière, malgré son dynamisme à toute épreuve, avait elle aussi les traits tirés par l'utilisation de son pouvoir et le stress du combat.

A trois contre un, l'affrontement était un peu plus aisé qu'il ne l'était jusqu'alors, et ce malgré le regain d'énergie d'Arcturus. Il était simplement regrettable qu'ils ne parviennent pas mieux à coopérer pour se coordonner. Autant que possible, la Protectrice tâchait de les aider en envoyant son bouclier du bout de son lasso dévier une attaque qui aurait pu être fatale.
Au bout d'un moment qui sembla long, mais qui ne devait certainement se compter qu'en quelques minutes, Renji usa de sa force herculéenne pour maîtriser deux crucifix, un dans chaque bras, et les retourna en direction de leur maître avec un grognement audible malgré la muselière qui lui mangeait le visage. Arcturus esquiva et reprit le contrôle de ses armes, mais il avait de nouveau perdu de l'altitude, plus qu'auparavant, et ses mouvements étaient plus lents, plus prédictibles. Erwan et Vost semblèrent lire dans son jeu et attaquèrent ensemble le point faible du monstre, l'un en prenant appui sur un crucifix planté dans le sol et en usant de l'allonge de son arme imposante, l'autre de sa plus grande mobilité et de son agilité canine. Les veinures qui parcouraient le torse du Prêtre pulsèrent et le rayonnement se concentra une nouvelle fois vers son "coeur" d'énergie. Gabriel eut tout juste le temps de fermer les yeux et de se retourner en faisant barrage aux rayons de son bouclier, pour elle et ses deux protégés. Il y eut un grand flash, comme une supernova, qui lui brûla malgré les précautions la rétine. Il y eut ensuite le bruit de deux chocs violents, suivis de cris étouffés. La peur au ventre, la jeune femme battit les paupières avoir effort pour recouvrir le plus rapidement que possible la vue. Les images défilèrent à chaque battement de cil de couleur différentes; elle vit que Erwan s'en était miraculeusement sorti intact, alors que Renji et Vost avaient subi l'assaut des moignons à la viscosité électrique et étaient étalés tous deux contre un pilier de l'arène stellaire. Le Vampire se redressa rapidement, ses yeux rubis envoyant des éclairs de rage. Peut-être que son armure l'avait mieux protégé, que sa résistance était meilleure ou bien que le coup qu'il avait reçu avait été plus bénin. Mais son faux jumeau quant à lui ne se releva pas. Gabriel sentit son coeur s'affoler et sa respiration perdre de sa cohérence à l'idée qu'il soit en arrêt cardiaque. Eöl l'avait sauvée dans une situation similaire mais...
En Acolyte rompue à la tâche, Eleanor se dirigea vers le blessé accompagnée de la Protectrice qui soutenait Raphaël. Vost avait perdu connaissance et présentait une plaie à demi brûlée et sanguinolente au flanc. En le voyant ainsi inanimé, pâle comme dans la mort, Gabriel sentit réellement l'angoisse lui ronger les entrailles. Elle avait tellement de choses à lui dire... Ils ne s'étaient pas adressés la parole depuis plus de deux mois... Est-ce que tout allait réellement s'arrêter ainsi ? Toutefois l'Acolyte semblait confiante et exécutait ses soins méthodiquement, avec une efficacité que seule l'expérience peur donner. La guerrière raccrochait ses espoirs à son expression calme et appliquée, même si celle-ci pouvait être un masque professionnel.


- C'est le moment ! cria Raphaël avec effort, arrachant la jeune femme à sa contemplation du blessé et lui rappelant que le combat n'était pas fini. Le message semblait surtout adressé Erwan qui opina comme s'il avait constaté la même chose.

Etait-ce leur rang de Traqueurs qui leur donnait une vision du combat qu'elle ne possédait pas ? A mieux observer, il était vrai qu'Arcturus était en piteuse posture. Il était recourbé sur lui-même et pantelait, autant qu'une créature de son espèce le puisse. Il lévitait encore mais à très basse altitude, ses moignons crachant des gerbes électrique sur le sol à une dizaine de centimètre sous lui. Il n'avait vraisemblablement plus la force d'utiliser sa télékinésie pour aucun de ses crucifix : il avait donné toute sa force dans le précédent assaut. Seule son auréole et sa défense au corps à corps semblaient être encore des armes efficaces.
Les signes vitaux de Vost stabilisés, Eleanor prit sur elle l'épuisement du groupe pour libérer Raphaël et ordonna lui et à Katy d'aller aider à achever l'ennemi avec une phrase du genre
"Il faut battre le fer tant qu'il est chaud !". Ce qu'ils firent sans l'ombre d'une hésitation.
Le Juge du Karma ne sembla pas vouloir se laisser faire si facilement. Il chassa d'un bras le Lycan qui tentait de le prendre de revers, l'envoyant embrasser un narguilé géant dans un terrible fracas. Il poussa un cri terrible au coup de pied qu'il reçut dans son plexus de la part de Raphaël, mais lui aussi fut bientôt envoyé rejoindre son confrère sur lequel il atterrit lourdement. Ne resta plus que le Bersekir et la Protectrice qui, tournant en cercle concentriques autour de leur titanesque adversaire, enchaînaient les assauts, les défenses et les ripostes à un rythme effréné. Leur habitude passée à combattre ensemble et la complémentarité de leurs fonctions, sans compter leur ancienneté, leur permettait d'harmoniser les mouvements de cette danse belliqueuse et barbare. A un moment, le géant entrevit l'ouverture laissée volontairement par Katy dans sa garde. Profitant de l'occasion, il entremêla ses doigts puissants pour former une masse de ses deux mains, leva les bras et à une vitesse fulgurante les abattit sur la guerrière avec la volonté de l'incruster dans le sol. Celle-ci para au dernier moment en bandant tous les muscles. Toutes ses articulations craquèrent ainsi que quelques uns de ses os, mais la Protectrice tint le coup. Seul son bouclier, lui, se brisa comme s'il était d'argile et non de métal. Renji à côté d'elle se ramassa sur lui-même et, profitant que le monstre soit penché sur eux, fit un bond et transperça le coeur lumineux de deux coups de dagues sauvagement placés.

Il y eut quelques secondes de silence stupéfait et d'attente. Arcturus ne cria pas. Ses quatre genoux au sol, il redressa son immense silhouette, les deux dagues jumelles toujours plantées dans son coeur dégoulinant de sang phosphorescent, et regarda vers la voûte céleste de la Salle du Karma. Avec une expression d'adoration et d'extase se dessinant sur son masque lisse, il joignit les mains dans la prière.


« Anima autem mea exsultabit in Domino: et delectabitur super salutari suo. »
« Amen. »


Et il se figea ainsi, son auréole dégageant toujours une sainte aura vers une entité qu'aucun Velmien ou mortel ne pouvait prétendre avoir vu.
Il fallut un certain temps aux membres de ce détachement du raid pour comprendre que le combat était réellement terminé. Ils eurent beau s'approcher, le piquer du bout de leurs armes pour éprouver ses réactions : Arcturus était bel et bien mort, ou inactif. Il leur fallut toutefois un long moment pour se calmer, l'ambiance électrique régnant dans le Temple de la Foudre et le groupe en général n'aidant pas en cela, sans compter qu'ils craignaient tous qu'à n'importe quel moment le Juge ne se réveille et ne désire imposer à nouveau son verdict sévère à coup d'épieux.
A l'opposé de là où ils s'étaient concentrés pour se soigner et reprendre leurs forces, un pan de mur glissa dans un raclement de pierre, dévoilant un escalier dont on ne devinait pas le sommet. L'indication qui trônait au sommet de l'ecadrement indiquait simplement :


Vers l'Etage des dieux






*~*~*~*~*


J'avais oublié de modifier mon équipement avant le début de la Quête mais voilà : Gabriel est à présent porteuse d'un heaume... C'est plus logique quand à son rôle de Protectrice et aussi des risques de retour de bouclier dans la tête ou la mâchoire comme cela lui est arrivé lors de sa formation avec Renji. Je pense cela dit que ça ne gène pas trop vos précédentes descriptions dans le sens où elle reste reconnaissable vu qu'on peut deviner ses cheveux et que ses yeux verts sont toujours visibles.

J'ai joué pas mal nos personnages et fait des choses que vous aimeriez peut-être que j'édite (je pense surtout à la potion consommée). N'hésitez pas à m'en faire part =)

Résumé :
Katy incite Erwan à se soigner à l'aide d'une potion. Comme il en a un certain stock, Erwan envoie également une potion à son frère pour lui permettre de soigner sa blessure aux ailes (je n'ai pas précisé si celle-ci était utilisée ou non).
Arcturus reprend du poil de la bête. Il émet une menace qui ne fait pas d'effet aux intrépides Vost/Erwan/Raphaël qui l'envoient balader. S'en suit un combat durant lequel Katy est en retrait avec Raphaël, qui sert de calice à la fatigue de tout le groupe par l'intermédiaire du pouvoir d'Eleanor. Vost et Erwan mettent en difficulté Arcturus qui utilise un dernier flash (le fameux "troisième" dont parlait Raphaël dans son post). Pendant leur aveuglement, Renji et Vost sont blessés par les moignons électriques. Renji en bon enragé se relève sans trop de problème, mais Vost a perdu connaissance et présente une blessure plutôt grave au flanc. Eleanor va le stabiliser. Elle libère ensuite Raphaël de son pouvoir pour prendre sur elle la fatigue du groupe et que les autres puissent attaquer en choeur. Ce qu'ils font. Erwan se fait balayer d'entrée et se mange un narguilé géant. Raphaël passe second non sans avoir donné un coup de pied dans le "coeur" d'Arcturus. Katy et Renji résistent plus longtemps. Découvrant une faille volontairement laissée dans la garde de Katy, Arcturus tente de l'écrabouiller de ses deux poings. Usant de la technique "Parade" des Elites Protecteurs, Katy parvient à parer le coup malgré la force investie mais son bouclier éclate en miette. Renji profite de la situation pour planter ses deux dagues d'Arcturus, qui meurt figé en position de prière et d'adoration.
Notre petite clique s'est rassemblée pour lécher ses blessures lorsqu'une porte dissimulée s'ouvre à l'opposé de l'arène. On y découvre un escaler menant à l'inconnu "Etage des dieux"...


A demain pour l'évent !

PS : Je vais être sympa et vous épargner la recherche google de la traduction francolatine ^^ Dans l'ordre :
- Comme se dissipe la fumée, dissipez-les ; comme la cire se fond au feu, que les pécheurs disparaissent devant Dieu.
- Voici la Croix du Seigneur, fuyez, puissances ennemies !!!
- Et mon âme exultera dans le Seigneur, elle goûtera l'allégresse dans Son salut.
- Ainsi soit-il
Ce sont des psaumes célèbres et/ou des phrases d'exorcisme =P

_________________
Elite Protectrice
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 20/08/2018    Sujet du message: La Chambre du Karma

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    †La Malédiction de l'Eternité † Index du Forum -> L'extérieur -> Les Sources du Néant -> Le Temple de la Foudre Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

Sauter vers:  


Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Chronicles phpBB2 theme by Jakob Persson (http://www.eddingschronicles.com). Stone textures by Patty Herford.