†La Malédiction de l'Eternité † Index du Forum †La Malédiction de l'Eternité †
RPG dans une école de combat et de magie
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Chambre n°2

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    †La Malédiction de l'Eternité † Index du Forum -> Illusia -> Les chambres
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Réceptionniste
Gérant(e)

Hors ligne

Inscrit le: 13 Jan 2008
Messages: 13
Date de naissance du personnage: 18/10/1270
Race: Humain
Arme(s): Stylo et clés
xp: 103
Moyenne d'xp: 7,92

MessagePosté le: 15/02/2018    Sujet du message: Chambre n°2 Répondre en citant

Chambre n°2
Cette chambre dispose de quatre lits simple, une bibliothèque, une armoire de rangements divisée en quatre compartiments, un bureau, une salle de bains/toilettes.

- Eleanor Nol'orun, Malak
- Kira Sakuya, Ange Déchu
- Ladislas Jagellon, Démon

_________________
La Réceptionniste n'est pas une rpgiste, merci de ne pas la jouer.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 15/02/2018    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Kira
Elite d'Illusia

Hors ligne

Inscrit le: 14 Mar 2006
Messages: 505
Date de naissance du personnage: 18/09/1282
Race: Ange Dechu
Arme(s): Shiranui de la Confusion
xp: 134 693
Moyenne d'xp: 266,72

MessagePosté le: 24/03/2018    Sujet du message: Chambre n°2 Répondre en citant

Le petit passage en ville avait légèrement ragaillardi Kira. Son sabre avait pris du grade chez l'Enchanteur et méritait à présent le nom de Shiranui de la Confusion ou tout simplement Shiranui 2.0. Certes, la situation avec la jeune Orthros qui préoccupait son esprit et l'organe qui jouait de façon monotone quelque part dans sa poitrine (on appelle ça un coeur, il paraît, mais c'était trop difficile à admettre). Ils n'avaient même pas pu discuter ou se redonner rendez-vous, à cause du Felys excité comme s'il avait des puces qui les avait entraîné jusqu'au Parc pour leur créer un Portail les ramenant dans leurs Ecoles respectives. Là, dans la précipitation la plus totale, comme emporté chacun par un tourbillon nommé Aidan, l'Ange Déchu et son ancienne partenaire de nuit s'étaient bafouillés des adieux gênés et inconsistants. Puis il y avait eu l'habituelle spirale de lumière couplée à la sensation de se faire désintégrer dans un trou de ver et, la seconde d'après, sans avoir eu le temps de dire "Ouf!" les deux Illusiens étaient rentrés chez eux.

Le grand hall d'Illusia était toujours bondé comme à son habitude. Le Trompeur éprouva un mélange complexe de soulagement et d'irritation en sachant que quelques jours de repos l'attendaient ici. Le soulagement l'emportait quand même de loin : comme d'habitude sans doute, sans sa chambre, il serait tranquille. Ses colocataires avaient la délicatesse de toujours être morts, en mission ou de ne pas exister. Certes, c'était un peu ennuyeux à la longue et parfois il avait comme une petite nostalgie de l'époque où il pouvait faire des batailles de "nourriture" avec ses voisins de chambrée (si on pouvait appeler ça comme ça la bouillie infecte de la Cafeteria). Mais bon, un peu de solitude après avoir passé trois semaines collés non-stop à deux autres personnes, dont un chat en rut et une féline enragée, ça s'annonçait plutôt bien. Ha oui - c'était en oubliant cet abruti qui le suivait partout dans les corridors en déballant sa vie... Kira avait envie de lui donner les coordonnées de la Psychologue de l'Infirmerie, histoire qu'il ait quelqu'un à qui raconter sa vie et qui soit payé pour. Mais sa peur était que l'intéressé lui réponde qu'il les connaissait déjà et y allait déjà régulièrement : autrement dit, que ce soit incurable.

Enfin, le cauchemar s'arrêta aux devants de la chambre numéro... 2. Tiens, les chambres avaient été remaniées pendant son absence ? Depuis quelque temps, Illusia abordait des étiquettes devant les chambres avec les noms de leurs occupants. Il était donc avec :

- Eleanor Nol'orun
Il avait déjà entendu ce nom quelque part, ça devait être une ancienne de l'Ecole
- Mÿah Darkan
Ce nom là aussi lui était familier... Encore plus familier, même... Non en fait, il en était sûr : il était déjà parti en mission une ou deux fois au moins avec elle... Mais il ne parvenait pas à se souvenir de ses traits.
- Ladislas Jagellon
Un mec ou un hermaphrodite. Aucun intérêt

Vous remarquerez que, dans le tas, il n'y avait que des noms passablement chiants à prononcer.
"Kira Sakuya", c'était vraiment clair à côté, des syllabes bien distinctes, facile à retenir et en plus bonus : ça rimait.

Après être passé en Réception chercher ses nouvelles clés, Kira claqua la porte au nez du Traqueur et verrouilla derrière lui. Puis comme tout semblait inoccupé, il alla s'installer sur la couchette de son choix, celle la plus éloignée de l'entrée. C'était bien sûr sans compter sur les pouvoirs de téléportation de son acolyte, qui irritaient au plus haut point l'Ange Déchu au passage, étant similaires à ceux d'Erika. Et il avait eu son overdose de réminiscences. Fort heureusement, pour le moment, le Felys avait décidé de lui foutre la paix. En regardant autour de lui, le sorcier constata que leurs effets avaient été transférés (sans doute avec quelques pertes au passage), ce qui était plutôt une bonne chose. Aucun de ses camarades de chambrée n'avaient l'air d'être de retour, rien n'était déballé et tout semblait avoir été fraichement nettoyé.

Après un peu de repos à regarder le plafond sans rien dire, le seul occupant de la chambre numéro 2 décida d'aller prendre une bonne douche digne de ce nom, d'enfiler des vêtements qui ne sentaient pas le renfermé de sa mission, foutre le reste au sale, et s'endormir profondément. Il avait quelque jours de repos avant sa prochaine mission, probablement, et il comptait bien en profiter. Peut-être même qu'il aurait la chance de voir une ou deux des demoiselles inscrites sur l'affiche lui rendre visite...

_________________
Revenir en haut
Eleanor
Elite d'Illusia

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2006
Messages: 669
Date de naissance du personnage: 27/06/1207
Race: Malak
xp: 136 013
Moyenne d'xp: 203,31

MessagePosté le: 06/04/2018    Sujet du message: Chambre n°2 Répondre en citant

Après avoir gracieusement tapoter sur le crâne blond du Belzeroth en guise d'énième félicitation, la Malak le laisse en tête à tête avec l'infirmière. Bien sûr, elle a soigné la côte de celui-ci avant qu'ils ne rentrent, mais sait-on jamais. Le passage à l’infirmerie est toujours obligatoire et fortement conseillé lorsque l'on sort d'un sac-sans-fin...
Retour au bercail, Illusia, sa chambre. Chambre qui, soit dit en passant se retrouve changée. Encore ? Encore. Et ses affaires ? Disparues... ? Envolées ? Mortes au combat ?! Non, point d'inquiétude très chère, certainement transvasées. Espérons-le. Rien n'est sûr avec les bourreaux d'affaires...
Adieu doucereuse chambre ! Adieu repos mérité ! Ô douce tranquillité... Pourquoi ?! Qu'a-t-elle dont fait pour mériter cela ?
Comment ?! Dire que cela est un peu disproportionné pour la « petite » gêne ?! Excusez-là, après trois semaines à suivre un Elfe Noir et un Belzeroth pour une formation à laquelle elle n'a même pas demandé à participer, comprenez le désagrément ressenti lorsque l'on repousse, pour de courtes minutes certes, votre repos bien mérité !
Encore un nombre incalculable d'efforts à fournir...
Une torture.

Dans un soupir agacé et traînant ses petites pattes fatiguées, la Malak écrase lourdement (soulignons qu'elle n'a pas beaucoup de force), de sa main libre, la sonnette du bureau de la réception...
Chargé de son sac rempli de diverses boissons et de nourriture, Eleanor enfonce les clés dans la serrure. D'un air absent, elle tente d'imprimer les noms des personnes avec qui elle partagera sa loge... De tous les acteurs inscrits sur cette liste, elle ne connaît qu'un nom : le sien.
Avant même qu'elle ne puisse pousser la porte, celle-ci s'ouvre brusquement arrachant à l'Illusienne, un cri de surprise. Cette même surprise est rapidement étouffée par une boule de poil à forme humaine, brune qui l'attire contre lui. Contre sa joue, elle sent sa peau, se frotter contre la sienne, tel un bon chaton. Quelques mots lui sont chuchotés et avant même qu'elle ne puisse répondre une phrase, un mot, un soupir, la tornade nommée Aidan a disparu.

Eleanor ne peut s'empêcher de lâcher un soupir d'exaspération, mélangeant un sentiment d'abandon, de fatigue... Toutes ses provisions... Avec qui peut-elle bien partager toutes ses denrées grappillées sur le chemin ? Dans le pire des cas, elle ira kidnapper une victime hasardeuse dans les couloirs... Ou si l'humeur sociale est absente, elle se gavera jusqu'à l'explosion et vomira sur le Félys quant il reviendra, le blâmant au passage.
Fermant la porte derrière elle, son regard balaye rapidement la salle. Ses affaires sont présentes sur un lit -certainement choisi le Chaton-. Soulagée, ses yeux se posent alors sur un lit, occupé. Sous la couverture, une masse cachée dormante. Un homme ? Une femme avec de très très longues jambes ? Un autre type d'Humanoïde tel un grand lézard ? Un orc ? Un nain à échasse ?! Ou bien un de ces étranges mannequin qu'on ne trouve que dans les magasins pour adultes ?
Chacun est bien sûr libre de ses activités mais elle espère secrètement se tromper...

D'un pas léger, elle pose les sacs sur la table jetant, de temps à autre un regard à la masse informe. Alors qu'elle déballe sur la table le contenu, ses pensées divaguent.
Et si... C'est en fait un cadavre ? Un autre Illusien (ou Arenien) tué par Aidan et n'ayant pas pris le temps de correctement l'écouter, elle a manqué de précieuses informations ?!
Non.
Fort heureusement, ça bouge... Une touffe de cheveux ébène s'échappe alors de l'épais tissu. Un(e) colocataire ? Ou bien l'amant(e) du Traqueur surexcité ?
Chassant ses innombrables pensées, parfois saugrenues, Eleanor farfouille ses effets personnels se dirigeant après dans la salle d'eau. Un passage obligatoire à la douche histoire de se débarrasser définitivement de l'odeur incrusté des Catacombes de la Capitale.

Revenant alors, propre et changée, elle remarque que la Créature se révèle de plus en plus. Maintenant, elle peut mettre un visage tatoué sur la forme !
Séchant ses cheveux avec la serviette déposée sur ses épaules, elle s'approche du lit à pas de loup. Sa victime toujours assoupie, Eleanor s'acroupie, l'air songeur encré sur son visage.
Au bout de quelques secondes, un sourire espiègle se dessine sur son visage tandis que son index vient s’apposer, avec une répétition certaine, sur la joue de la victime. Certes, elle aurait pu choisir un moyen plus drastique pour réveiller la Belle aux Bois Dormant, comme un seau d'eau glaciale ou encore une claque mais cela aurait été un poil, trop agressif. Son but n'est pas de se faire haïr pas son nouveau colocataire bien que cela aurait pu passablement l'amuser pour quelques jours...
Ses yeux violines, amusés, étudient les réactions du souffre-douleur assoupi. Il ne reste plus à espérer que sa cible ne se lève pas du pied gauche, ne la frappe pas et accepte, en bon seigneur, d'occuper sa pauvre et morose journée.

_________________
Revenir en haut
Kira
Elite d'Illusia

Hors ligne

Inscrit le: 14 Mar 2006
Messages: 505
Date de naissance du personnage: 18/09/1282
Race: Ange Dechu
Arme(s): Shiranui de la Confusion
xp: 134 693
Moyenne d'xp: 266,72

MessagePosté le: 06/04/2018    Sujet du message: Chambre n°2 Répondre en citant

Aidan : Donc quand elle s'est rendue compte que je lui avais volé son tu-sais-quoi, la Réceptionniste est sortie en trombe de sa chambre, à moitié débraillée et folle de rage. Et c'est là que...

Kira : Ta gueule putain !

La conscience de Kira émergea suffisamment de ses rêves chaotiques pour jeter son oreiller sur le faciès du chat-chiant qui polluait l'atmosphère tranquille de sa chambre. A rien foutre depuis des jours, il se sentait de plus en plus crevé et passait le plus clair de son temps à dormir. Comment ça, ça ressemble à de la dépression ? Et Aidan serait là pour le distraire ? En tout cas, il ne s'était pas écoulé une seule journée sans sa visite inopinée et surtout indésirée dans la chambre. A croire que ce type n'allait jamais en mission. Etre Elite Traqueur était donc la planque pour éviter d'être envoyé en mission ? Il avait raté sa carrière en devenant Trompeur. Ha non, c'est vrai, il avait fait ce choix parce que : 1) Il détestait courir après les enfants, les enfants en général et le baby-sitting, ce qui éliminait l'option Traqueur. 2) Faire l'Infirmière sexy et attentionnée c'était pas son truc, ce qui éliminait l'option Acolyte. 3) Ca lui faisait du mal à l'avouer mais il n'avait pas les compétences en magie pour être Destructeur; dommage, il se serait bien vu en tant que Pyromane. Les filles avaient toujours un drôle de faible pour les manipulateurs du feu, à croire que ça leur donnait des bouffées de chaleur à elles aussi. 4) Il se trouve qu'il correspondait pas mal à la catégorie Trompeur, non pas parce qu'il était par nature infidèle, même si effectivement le hasard tombait bien, mais parce qu'il était misanthrope, fourbe, menteur, charmeur et qu'en plus, il était bon pour ça.

Le retour au pays des songes se passa plutôt bien, avec le silence de l'intrus. Celui-ci n'était pas parti, l'Ange Déchu le savait plus ou moins, mais il avait renoncé à le pourchasser pour le renvoyer dans sa chambre (qui était une espèce d'animalerie où trois autres Felys ronronnaient de béatitude en s'étirant dans un sommeil interminable. Malheureusement, Aidan était insomniaque, c'est-à-dire que pour le commun des mortels il dormait huit heures par nuit et agaçait ses voisins les quatorze autres avec son hyperactivité). Tant qu'il le laissait tranquille, à attendre que quelque chose d'autre que ses exaspérantes interventions ne viennent rompre son morne repos, il pouvait le tolérer.


*------------------------(quelques heures de sommeil plus tard)-----------------------------*

Kira cauchemardait. Dans son mauvais rêve il se baladait dans la Capitale, ville des emmerdes comme chacun le sait, et où qu'il aille, un chat noir le suivait comme son ombre, ce confondait parfois-même avec celle-ci. Il avait beau essayer de le semer, le félin persistait, en parasite indécrottable. Les individus qu'il croisait avaient également des têtes de chats et des énormes pattes, qu'ils avaient comme tic insupportable de lécher pour se nettoyer le derrière des oreilles quand il leur demandait son chemin, ce qui était franchement insupportable et -il le supposait- malpoli. En somme, la Capitale était toujours le foyer bondé de personnes mal-aimables, malodorantes, mal-baisées probablement, qu'elle l'était à son habitude, au détail près que tout le monde avait oublié de s'épiler. Pour une raison qui échappait *Quoique* à notre vil ami, il commençait à ressentir de l'aversion pour la moindre trace de pilosité.
Dans son sommeil, il vit Lynn. Sa stature gracile, élancée, main sur la hanche, l'autre relâchée le long du corps. Elle lui tournait le dos et regardait une vitrine de... d'animalerie, mais passons. Il lu saisit le bras et elle se retourna, l'air surprise et interloquée. C'est avec soulagement qu'il constata qu'elle n'avait pas une paire de moustaches sorties et qu'elle ne se léchait pas la paume des mains à son approche. Quelque peu haletant et gêné, le sorcier rassembla ses pensées pour lui exprimer tout ce qu'il avait à lui dire.


Kira : Lynn, je... Je sais que c'est difficile à croire après tout ce qui s'est passé mais je peux enfin te le dire. Je suis désolé et je t...

Quelque chose lui titillait la joue de façon rythmée. Lynn semblait attendre la suite de la déclaration, neutre et silencieuse, mais Kira bafouillait, gêné par la sensation sur son visage. Une odeur bizarre lui arriva aux narines. Cela pouvait être de la bouffe, ou bien cela venait de Lynn, ce qui aurait été embarrassant... Soudain une affreuse conjonction le fit vriller de terreur et lui fit définitivement perdre son élan romantique et, au passage, le fil de son rêve : et si Aidan, au comble de l'ennui, était en train de le biffler giffler ?

Son instinct de survie aidant, Kira se redressa en sursaut, prêt à se battre à mort pour essuyer l'outrage (et seulement l'outrage, espérait-il). Il avait repoussé vigoureusement au passage la "chose" qui lui appuyait dangereusement sur la joue, "chose" qui, pas très résistante, aller s'écraser sur le derrière un mètre plus loin. "Chose" ne ressemblait pas beaucoup à Aidan, à vrai dire c'était une femme et par conséquent ce n'est pas avec son troisième bras qu'elle avait provoqué son réveil. Pas avec sa poitrine non plus, vu que le regard expert du sorcier put constater qu'elle faisait du A comme Absent, au maximum du B comme Banal et encore, uniquement en rembourré
[HRP : Encore une fois !]. Non, elle avait dû user tout simplement de ses petits doigts fins. Ce qui n'excusait nullement son entreprise, mais au moins la rendait moins affreuse que dans son imaginaire. D'ailleurs, Aidan était absent. Et l'odeur curieuse provenait d'un paquet de bouffe sur le côté, de quoi nourrir la chambrée entière.
L'étape du choc passé, Kira reprit de sa contenance. Allons bon... C'était probablement une de ses deux colocataires. Par procédure d'élimination, il détermina qu'il s'agissait d'Eleanor Nol'orun, vu que l'autre était une Felys de sa connaissance. Tout ça pour dire qu'il allait lui épargner le
"T ki ?" usuel. C'était trop tard pour faire bonne figure mais bon, il alla l'aider à se relever. S'excuser ? Faut pas déconner non plus, quand on veut commencer des relations courtoises, on ne poke pas la joue du premier venu.

Lorsqu'elle se releva et qu'ils se retrouvèrent face à face (enfin, avec la bonne hauteur qui séparait leurs deux visages, quand même), Kira sentit une sensation étrange de déjà-vu s'emparer de lui. Il comprit que c'était à cause de sa petite taille, son manque désespérant de relief, sa bouille de farceuse mais surtout : ses yeux améthystes... Oui, cette fille était un curieux mélange d'Ainsel et d'Erika. Ses prunelles, elles, étaient définitivement celles de son ancienne petite amie. Il eut un mouvement de recul où les derniers événements du Palais Maudit lui vinrent le poignarder violemment, puis il se reprit, secouant la tête. Etait-il vraiment maudit...?


Kira : Pardon. (Il se rendit compte avec retard qu'il s'était excusé malgré-lui et haussa les épaules en le constatant) Je m'appelle Kira. Toute cette bouffe, c'est pour te faire pardonner de m'avoir martyrisé dans mon sommeil ? Y'a d'autres moyens plus efficaces de se faire pardonner, tu sais... Mais bon, j'accepte.

Il dit cela avec un petit sourire moqueur, bras croisés. Voilà, c'était la phrase qui avait fuir plus de la moitié de ses partenaires de chambrées. Ce serait dommage de la faire fuir si vite mais bon, on ne se refait pas. Voilà, la balle est dans ton camps, ma petite Eleanor...

HRP : Edité pour l'erreur où j'ai décrit ta race avant l'heure, désolé x)

_________________


Dernière édition par Kira le 07/04/2018; édité 1 fois
Revenir en haut
Eleanor
Elite d'Illusia

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2006
Messages: 669
Date de naissance du personnage: 27/06/1207
Race: Malak
xp: 136 013
Moyenne d'xp: 203,31

MessagePosté le: 06/04/2018    Sujet du message: Chambre n°2 Répondre en citant

Eleanor fixe le jeune homme tatoué avec un mélange d'appréhension et d'amusement. La dualité de ses ressentis, tout comme cette introduction étrange... Kira, auteur de sous-entendus plus ou moins explicites.
Ouh~
Fait-elle donc face à un bourreau des cœurs ? Un coureur de jupon invétéré ? Ou bien un étrange pervers aux intentions mal-connues (enfin... mal-connues... il faut vraiment être naïf...) ? Des souvenirs des précédentes années traversent sa petite tête brune. Elle adopte alors une mine pensive... Elle a déjà entendu parlé d'un élève aux cheveux ébènes, s'amusant à faire fuir ses colocataires de sexe féminin avec des commentaires libidineux...
Sans doute s'agit-il de l'outrancier personnage, quelle chance ! (À moins que les pervers soient nombreux, ce qui est possiblement le cas.)
Voyant un sourire moqueur se dessiner sur le visage de l'Illusien, elle s'incline légèrement comme pour saluer, d'une révérence, la manière peu conventionnelle qu'il a de briser la glace. Bien sûr, il est hors de question de se laisser désarçonner pour si peu. Elle a déjà vu pire et puis... Pourquoi pas ne pas s'amuser un peu ?
Ravie, elle semble avoir trouvé de quoi égayer sa pâle journée.


« Eleanor, enchantée ! Elle marque un temps de pause, esquissant un sourire malicieux. Mmh. Et bien, l'un n'empêche pas l'autre non ? Je sais que ça peut être déconseillé mais, je préférerai manger, avant. Nous aurons tout le temps du monde pour faire plus amplement connaissance après. »

Le tout souligné d'un clin d’œil lourd de sens, Eleanor observe, amusée, l'expression mouchée dessinée sur le visage de son colocataire. Oh ? Il n'a vraisemblablement pas l'habitude que l'on réponde aussi promptement et de manière aussi positive à des avances déplacées ? D'un geste de la main, comme pour lui refaire prendre consistance, elle invite le jeune homme à s'asseoir.
Attablés, ils se dévisagent quelques secondes dans un silence pesant. Mais l'appel du ventre (et de la boisson) ne tarde pas à délier les corps.

La Malak ne peut clairement mettre les mots pour la palette étrange de sentiments se dégageant de l'Illusien. Il s'agit d'un mélange à la fois triste, dépressif, amer, sombre... Néanmoins, il semble que sa présence illumine quelque peu l'humeur de Monsieur.
À moins que ce soit la vision de nombreuses bouteilles.
Whisky ? Cognac ? Les deux, pourquoi pas. Les verres se remplissent, comme les assiettes, les ventres.
Eleanor lui sourit, lançant alors une conversation anodine, rythmée par des bouchées de nourriture diverses. Les minutes découlent dans une humeur bonne enfant ou des banalités sont échangées comme : « Ca fait combien de temps que tu es là ? Tu as déjà rencontré les colocataires ? Ah, toi aussi, tu connais Aidan ? »
S'en suit quelques anecdotes sur le Chaton, mais l'antipathie dont Kira fait preuve à l'égard du Traqueur les force rapidement à changer de sujet, revenant alors sur des conversations moins usuelles...
Mais, alors que la discussion dérape gentiment, on toque à la porte.

Les manières civilisées, trop éloignées de celle d'Aidan (qui a plus tendance à s'inviter dans la chambre en se téléportant à tout va), annonce un invité un peu plus austère qu'à l'habituel.
La porte s'ouvre, laissant apparaître un quelconque Traqueur. Celui-ci, d'une voix morne, invoque un ordre de mission, appelant Kira Sakuya, Élite Trompeur à se rendre à la Capitale pour former un certain Erwan...
Les Élites, tout deux surpris et interrompus dans ce qui aurait pu être une après-midi plus qu'agréablement active regardent l'intrus, un mélange de surprise et de consternation ancré dans leurs traits...
Sommé de rejoindre immédiatement l'élève dont la formation est entamée, Eleanor le regarde s'éloigner, une bouille boudeusement triste affligeant son visage...

Les deux homme s'éloignent dans un claquement de porte. La Malak quant à elle reste seule, une montagne de nourriture encore présente sur la table...
Une vague de lassitude, d'ennui noie désespérément l'Illusienne qui dans un soupir, se résigne à sa solitude.


_________________
Revenir en haut
Ladislas Jagellon
Eleve d'Illusia

Hors ligne

Inscrit le: 06 Sep 2009
Messages: 57
Date de naissance du personnage: 13/05/1282
Race: démon
Arme(s): Deux gourdins piqués de pointes en fer
xp: 76 263
Moyenne d'xp: 1 337,95

MessagePosté le: 23/04/2018    Sujet du message: Chambre n°2 Répondre en citant

Ladislas, son fourbis sur le dos, se dirigeai vers sa chambre. Une nouvelle répartition. Cela ne l'enchantait guère, il ne savait pas encore avec qui il allait se retrouver. Il avait juste eu le temps de ranger ses affaires avant de partir en mission, et découvrir de nouveaux camarades le stressait légèrement. Mais depuis son arrivé ici, il avait appris à faire face à l'adversité. Bon, adversité était peut être un grand mot pour décrire une rencontre avec de nouvelles personnes. Il n'y avait aucune raison que cela se passe mal, se répétait Ladislas. Plus vite qu'il ne l'aurait espéré, il se retrouva devant la porte de la chambre 2.

Eleanor et Kira. Ces noms ne lui étaient pas inconnus. Des élites. Des élites d'Illusia. Ladislas sentit le stress remonter et déglutit. Il ne les connaissait pas personnellement, mais de réputation. Il posa sa main sur la poignée et inspira. Ça ne devait pas être bien sorcier de faire bonne impression. Peut être même n'étaient ils pas là... Il chassa toute ces pensées et poussa la porte.

La chambre, comme toute celles qu'il avait connu à Illusia, était relativement frugale. Il vit ses affaires posés au pied d'un lit près de la porte. Hmpf, pas le choix, les lits du fonds semblaient déjà pris. Ce qui le surprit en revanche fut l'abondance de nourriture et d'alcool un peu partout. Y avait il eu une sauterie en son absence? Son regard se posa alors sur le seul occupant présent, qu'il présuma être Eleanor. Il se rendit compte qu'il se tenait debout depuis plus d'une minute pour scanner la chambre, immobile. Pour la première impression, c'était mal barré... Il s'efforça d'aborder un sourire franc pour la saluer.

"Salut, moi c'est Ladislas, jsuis dans cette chambre aussi." Duh. Bien sûr que tu es dans cette chambre ducon. Sinon pourquoi tu serais là avec ton sac sur le dos. Elle allait croire qu'il la prenait pour une idiote. Elle semblait le regarder avec curiosité, et Ladislas préféra alors s'affaler sur son lit. Il n'osait même plus regarder dans sa direction. "Je rentre tout juste de mission, je suis creeevéééé." lança-t-il pour faire la conversation. Il avait bien envie de prendre une douche, mais il venait de se caler dans son lit. Il préféra la jouer cool. Parler, pour montrer qu'il n'était pas mal à l'aise. Il ne savait même pas si elle l'écoutait. Ladislas se sentait stupide. Une seule solution. Il ouvrit sa petite sacoche et en sortit une cigarette bourré de chanvre. Il l'alluma et tira une longue bouffée. Cela fit tout de suite son effet, il sentit ses membre se détendre et sa mâchoire se desserrer. Il aurait bien prit quelque chose de plus puissant, mais cela aurait été trop long à préparer. Peut être prendrait il un bol d'ayahuasca plus tard dans la soirée... La clope en main, il se rendit compte qu'il venait, sans ménagement, de s'allumer un joint dans une petite chambre close, avec une coloc potentiellement non fumeuse. Merde. Réaction, vite! Lui proposer une clope, ça marchait toujours, même sur les non fumeurs. Ils déclinaient mais vous passiez moins pour un connard sans respect. Ladislas se tourna lentement vers Eleanor pour croiser son regard et leva la main avec la cigarette.

"Excuse moi, t'en veux une?"
_________________
Ladislas Jagellon

For:9 Agi:13 Mag:16 Sag:17 End: 12
Revenir en haut
Kira
Elite d'Illusia

Hors ligne

Inscrit le: 14 Mar 2006
Messages: 505
Date de naissance du personnage: 18/09/1282
Race: Ange Dechu
Arme(s): Shiranui de la Confusion
xp: 134 693
Moyenne d'xp: 266,72

MessagePosté le: 25/04/2018    Sujet du message: Chambre n°2 Répondre en citant

Ce que le Trompeur avait tiré comme leçon de ses deux dernières formations ? Qu’il avait de la malchance en femmes. Même si après deux copines claquées sur trois, on peut déjà s’en douter. Et surtout que ses disciples avaient toujours plus de chance en amour (ou baise) que lui. La preuve : Lynn, la-seule-copine-pas-clamsée, se tapait à présent un chat fou furieux nommé Aidan, et les Gardiens savent si d’autres vautours ne lui tournaient pas autour en ce moment [Je vous ai à l’œil Irkaal et Vost…]. Quant à Erwan, il s’envoyait probablement encore en l’air avec la bombe de la Capitale, qui plus est une bombe expérimentée puisqu'ayant exercé dans un bordel. Inutile de vous décrire de quelle couleur était Kira : il était vert. Y avait-il un transfert de chance ou de sex-appeal entre lui et les élèves qui passaient leur épreuve pour devenir Officier ? Ou alors on le lui aurait caché, mais un des acquis des Traqueurs était le pouvoir de pulvériser des phéromones irrésistibles sur les cibles de leur choix ? Ou alors c’était la saison des chaleurs chez les Orthros et les Lycans ?

Enfin, après avoir déambulé encore un peu à la Capitale, l'Ange noir que le sort n’épargnait pas fut bousculé par un délinquant en fuite qui tenait fermement un sac contre lui. Dans un beau carambolage humain où les deux partis embrassèrent le béton, le bagage tomba au sol et son contenu fut répandu. Dans un pêle-mêle confus d'imprécations et de coups (in)volontaires, les deux hommes parvinrent à se dépêtrer l’un de l’autre. Sans présenter ses excuses (à moins que
"Dégage putain !" et "Connard !" soit les nouvelles façons de se saluer dans la Capitale, ce qui était fort possible) le vaurien ramassa ses briques et ses broques et disparût au carrefour de la rue suivante. Il fallut un peu plus de temps à l’autre victime de l’accident pour se remettre sur pied, toujours désorientée par la violence de la collision. Kira vérifia l’intégrité de ses fringues en s’époussetant et remarqua alors que son malappris d’agresseur avait oublié dans sa précipitation quelques petits paquets de la taille d’un poing, bien emballés et scotchés. A peine en eut-il saisi un pour l’analyser de plus près qu’un sifflet retentit de façon stridente dans la ruelle déserte où il se trouvait. Trois flics précédés par un chien accourraient dans sa direction. A quel moment de la nuit les Gardiens avaient-ils déformé son souhait de "Je souhaite poursuivi par des poulettes déchaînées" en remplaçant par le mot "poulets" ? L’Ange Déchu remarqua alors que sachet qu’il tenait dans sa main -et qui était probablement à l’origine de son succès fortuit- contenait de la poudre blanche. De la farine ? De la lessive ? A moins que l’individu qui l’avait bousculé plus tôt soit l’incarnation moderne du petit chaperon rouge, il était peu probable qu’il s’agissait de la commission pour sa bonne petite mamie (ou alors celle-ci était à la tête d’un sacré réseau de marché noir et il valait mieux éviter d’oublier de l’appeler tous les mois pour prendre de ses nouvelles). Non, le mode d’emploi n’était pas vendu avec l’emballage mais Kira se doutait qu’il s’agissait de quelque chose comme "Tracez de jolies petites lignes bien parallèles, si possible à la règle. Penchez-vous au-dessus en vous bouchant une narine et respirez bien fort !"

Quand on vous prend la main dans le sac d’un méfait que vous n’avez pas commis mais que vous avez la gueule de l’emploi, voici mon conseil : Envolez-vous.

Kira n’attendit pas une ni deux et déploya ses ailes en faisant ses adieux mental à sa belle chemise, qui partit en lambeau. Il laissa en-dessous de lui la brigade des stups qui vociféra des saletés à son égard que l’on ne retranscrira pas pour le bien-être du lecteur. Le sorcier répondit par un geste impudique du majeur avant de battre douloureusement des ailes en direction d’Illusia. Vous vous posez alors deux questions :
1) Comment fait-on pour s’envoler si on est pas un Ange ?
2) Et le petit paquet de coke, alors ?
Les réponses sont dans l’ordre :
1) Démerdez-vous.
2) Bien sûr, il l’a gardé avec lui. Quitte à être accusé à tort, autant donner du crédit à cette accusation.



*-------------(Après un vol ennuyeux passé à chasser les pigeons)-----------*


Kira atterrit sur le parvis d’Illusia avec la grâce d’un maître des airs. Malheureusement il y avait peu de spectateurs et il n’eut pas le droit à l’ovation méritée. Il rangea donc ses grandes ailes noires et sans perdre de temps se dirigea vers sa chambre avec de multiples intentions : en finir avec sa colocataire, ouvrir son petit paquet de farine et prendre une douche pour se laver du sang. Dans l’ordre que vous voulez.
Mais les (més)aventures de notre vil ami ne devaient pas s’arrêter là, car une vision d’horreur s’imposa à lui lorsqu’il ouvrit le battant de la chambre n°2. Hé oui, après avoir revu le petit minois de sa colocataire si encline à partager un moment de détente en tête à tête et avoir échangé un sourire aguicheur avec elle, il remarqua très vite un obstacle à ses plaisirs.
Il y avait un homme dans la chambre.
Celui-ci était couché tout habillé sur un des lits vacants, jambes croisées et un bras confortablement replié derrière sa tête pâle en guise de support. De son bras libre, il fumait nonchalamment ce qui à l’odeur semblait être un joint bien chargé en THC. La chambre en était déjà tout enfumée. Allons bon, c’était le jour des drogués ? Kira s’approcha du nouvel arrivant avec son plus beau sourire de sa panoplie de Trompeur et lui tendit la main.


Kira : Salut. Ladislas, c’est ça ?

Le susnommé Ladislas répondit par un sourire et un hochement de tête positif, l’air d’apprécier que leur rencontre se déroule sans anicroche. Après tout, il vaut mieux, non ? Surtout quand on est voués à vivre à quatre non-stop dans un espace aussi réduit ? Le blanc-bec aux cheveux cérulescents coinça sa clope au coin de ses lèvres pour serrer la paluche de l’Ange Déchu qui, après avoir affermi sa prise autour de la paume de son colocataire, ne la relâcha pas d’un pouce. Il savoura un instant l’expression interloquée du gringalet et sa stupeur lorsque d’un geste brusque Kira lui tira sur le bras pour le redresser. Ils se dévisageaient en chien de faïence lorsque jeune homme aux cheveux d’ébène ajouta, avec un sourire carnassier :

Kira : Tu gènes.

Et en deux temps, trois mouvements, Kira souleva le pacifique fumeur de joints dont les lacunes en force comme en poids ne permirent aucune protestation incommodante pour son bourreau. Le dit gêneur se retrouva donc aussi rapidement qu’il ne faut de temps pour dire "Ouf !" enfermé dans la salle-de-bains, la poignée de porte bloquée de l’extérieur par la chaise de bureau.
Le videur autoproclamé de la chambre se tourna vers la douce sorcière de la chambrée qui semblait très amusée par la scène de ménage. Elle n’avait d’ailleurs pas bougé d’un cil pour aider l’un ou l’autre des partis pendant cette lutte qui s’était déroulée sous ses yeux. En cela, elle avait agi comme la plupart des femelles de la nature au printemps qui contemplaient avec crânerie les mâles s’entredéchirant pour obtenir des faveurs. Mais Kira se contrefichait bien de l’amusement qu’elle pouvait éprouver à cet égard, à moins bien sûr que cela n’influe sur ses chances de conclure avec elle. Comme on dit, femme qui rit à moitié au…

Enfin, deux secondes plus tard peut-être, les deux Elites de la chambre n°2 étaient en train d’échanger de fiévreux et langoureux baisers. La petite planche à pain embrassait d’une manière bien plus sensuelle et excitante que son corps linéaire n’aurait pu le laisser espérer. Par intermittences le sorcier percevait les éclairs sulfureux de ses eux violines. Il en ressentait un étrange trouble, peut-être parce que la situation lui rappelait un peu trop sa petite Ainsel. Mais en même temps, pas du tout. Ainsel n’était pas aussi engageante. Il eut aussi un cran de culpabilité en pensant à Lynn, mais parvint à chasser l’image de la jeune femme dans la fougue des préliminaires.

Mais… Soit qu’il réfléchisse trop à de multiples femmes en même temps, soit que le brouillard de THC dans lequel ils nageaient y soit pour quelque chose, ou encore qu’entendre le protagoniste délaissé dans la salle de bains protester et tenter de défoncer la porte le perturbe, Kira ne se sentait pas si emballé que ça. Du moins, pas son corps en tout cas. Notamment son plus fidèle compagnon dans ces situations qui semblaient bouder dans son caleçon. Bon… Il allait falloir reporter la situation, sans compter que Ladislas allait vraiment finir par abîmer la porte et qu’ils seraient tous lynchés en mission pour s’en être pris au mobilier de chambre. Il va sans dire que Kira était très amer. Il marmonna une litanie d’excuses vaseuses à sa camarade, accompagné à presque chaque syllabe par les tambourinements de porte derrière eux.

La soirée semblait être gâchée et pourtant, bien qu’ils ne le réalisent point encore, il y avait dans cette chambre tous les ingrédients pour le cocktail d’une soirée mortelle (dans presque tous les sens du terme) : de l’alcool, des cigarettes, du cannabis, de la coke et de l’ayahuasca. Peut-être bien plus encore, si la jeune demoiselle avait d’autres idées secrètes derrière la tête…


_________________
Revenir en haut
Ladislas Jagellon
Eleve d'Illusia

Hors ligne

Inscrit le: 06 Sep 2009
Messages: 57
Date de naissance du personnage: 13/05/1282
Race: démon
Arme(s): Deux gourdins piqués de pointes en fer
xp: 76 263
Moyenne d'xp: 1 337,95

MessagePosté le: 30/04/2018    Sujet du message: Chambre n°2 Répondre en citant

Ladislas n'en revenait pas. Il venait purement et simplement de se faire enfermer dans la salle de la chambre. Passé un moment de stupeur pendant lequel il n'avait pas bougé, son cerveau ayant du mal à enregistrer la réalité des évènements, il s'était escrimé avec la poignée de porte. En vain. L'élite, nommé Kira, l'avait probablement bloqué. Le démon se mit à réfléchir, mais ses pensées étaient parasitées par des sentiments d'incompréhension, de frustration et de colère. Merde, il ne s'était pas sentit aussi fébrile depuis des années. Il remarque que ses mains tremblaient. On se caaaalme, pensa-t-il. Il se concentra sur sa respiration et parvint à se reprendre légèrement. Sa quiétude d'esprit lui permit alors d'entendre ses deux collocs, de l'autre coté. Ladislas écarquilla les yeux. Les deux élites étaient en train de se bécoter! Il eut envie de rire. C'était aussi simple que ça. Il regarda autour de lui. Dans la bousculade, il avait perdu son joint. Bordel, Kira aurait put lui expliquer, lui demander de partir, n'importe quoi d'autre plutôt que de l'enfermer dans les chiotte! La colère remonta. Mais pour qui il se prend ce con? Je te jure si je sors je lui fous mon poing dans...

Ses pensées s'arrêtèrent alors qu'il entendit du bruits derrière la porte. On le libérait! Pas trop rassuré et peu confiant, il se prépara à hurler en serrant les poings. Aucun son. Les poings se relâchèrent. Les yeux grand ouvert, Ladislas ouvrit la bouche légèrement. Il était figé. Eleanor, qui venait d'ouvrir la porte, se tenait devant lui, les vêtements n'importe comment, probablement suite à la séance de bécotage que Ladislas avait entendu. Elle le regardait d'un air espiègle, amusé. Ladislas ne savait pas s'il devait lui sourire ou s'énerver. Elle s'approcha de lui rapidement, sans qu'il puisse réagir, et lui effleura la joue avant de lui voler un baiser. Le démon sentit ses jambes se dérober et recula contre le lavabo. Ce genre d'évènements ne lui arrivait pas souvent. Il avait même du mal à se souvenir de la dernière fois. Vas-t-elle penser qu'elle me dégoute? "Je..." commença-t-il. Eleanor le regardait toujours en souriant, reculant vers la chambre. L'invitait elle à venir? Et puis merde, de toute façon il n'allait pas rester dans la salle de bain éternellement.

La chambre était encore baigné des émanations de son joint, Ladislas, romut aux odeurs et aux saveurs, détecta aussi des relents d'alcool et de sueur. Ou plutôt de sueurS. Par dessus, toute les plantes des affaires de Ladislas s'ajoutait pour former un coktail des plus étrange. Il ne savait pas s'il trouvait ça écoeurant ou... enivrant.

Kira était toujours là, apparemment pas trop ravi de revoir Ladislas. Quoiqu'il se soit passé, sa libération n'était pas du fait de l'ange déchu, c'était certain. Ladislas le regarda droit dans les yeux, sans trop savoir quoi dire. Eleanor semblait s'amuser de cette confrontation. Il les regarda l'un et l'autre. Ses années passé à observer les gens discrètement l'aidait parfois à lire sur eux. Kira semblait surtout agacé mais aussi... gêné. Ou frustré. Le démon réalisa la situation. Un sourire naquit sur ses lèvres. Sans un mot, il alla fouiner dans ses affaires et en sortit un petit flacon qu'il montra fièrement à ses colocataires. Eleanor le regarda curieusement, Kira le regarda l'air de dire "c'est quoi c'te bouteille, pauvre tâche?" Ladislas ouvrit la bouteille et imbiba un mouchoir de son liquide. Puis, dans un grand mouvement, il fourra son visage dans le tissu, releva la tête et inspira de toute ses forces.

La chaleur lui monta, dabord depuis la poitrine, directement au cerveau. Il avait l'impression de rougir, il se SENTAIT rougir. Il savait qu'il n'en était rien, mais apprécia la sensation. La tête lui tournait. Tout ses membre étaient détendu, son angoisse commença à s'envoler, et un sourir béat s'afficha sur son visage. Il remontra alors sa petite fiole. "Huile essentiel d'Enthéa Alaria, fabriqué maison." Il avait l'air d'un commerçant charlatan, en tendant sa fiole et en souriant comme un abruti. Mais son état parlait de lui même. Ladislas, précautionneusement, s'assit en tailleur au pied de son lit, en respirant à nouveau dans le mouchoir. Cela faisait longtemps qu'il n'en avait pas prit. Il se sentait maintenant confiant, chaud, rieur.

"Fais voir" lui dit Eleanor, qui s'était approché, en prenant la fiole. Elle imita Ladislas et inspira un grand coup. Lorsqu'elle eut finit, elle se tourna vers lui et éclata de rire. "Ah effectivement" Parvint elle à articuler à travers ses hoquets. Ladislas se mit à rire également. Son coté espiègle ressortait encore plus. Ladislas sentit monter en lui une autre chaleur. Kira s'était également approché. Ladislas le sentait hésitant, sceptique. Mais il n'avait probablement pas envie d'être laissé pour compte. Il imbiba lourdement un mouchoir et respira à son tour. L'importante dose qu'il avait mit le défonça probablement plus. Il s'assit par terre, probablement plus vite qu'il ne l'aurait voulu, les jambes molles. "Putain la vache... c'est bon ton truc" lâcha-t-il. Ladislas, qui s'était mis une clope au bec, acquiesça avec en souriant.

Ils étaient tout les trois assis par terre au milieu de la chambre en train de triper. Ladislas savourait ce moment, il se sentait bien, très bien, pour une fois. Il était temps de passer à la vitesse supérieur. Il se saisit cette fois d'une vrai bouteille au liquide opaque. On pouvait apercevoir des racines qui macéraient à l'intérieur. Il leur montra la bouteille. "Alors là, c'est autre chose. Ayahuasca, bouilli puis laisser à infuser." Pendant son laius, il remarqua qu'Eleanor avait commencer à caresser la jambe de Kira, qui ne s'en plaignait pas le moins du monde. Ladislas servit trois petit bol. "Santé!" Puis il se mit à boire la mixture. Les deux autres le regardèrent un moment avant de lui emboiter le pas. Lorsque tous eurent finit, ils reposèrent leur bol. Il y eut un moment de flottement. "Vous inquiétez pas, ça va venir" les rassura-t-il en s'affalant un peu en arrière. Il commençait, par habitude, à sentir venir les effets. Les couleurs étaient plus vives, les odeurs plus prononcées, les sons comme déformés mais envoutants. Vu leur têtes, Eleanor et Kira devaient eux aussi commencer à monter. Des lumières qui ne semblaient venir de nul part apparaissaient. Ladislas, motivé, ressortit son flacon d'huile, et ils en reprirent tous une bouffée.

Sans s'en rendre compte, ils s'étaient tous affalé par terre, comme si la position couché les appelait de ses voeux. Ladislas, sans s'en rendre compte avait saisi la mains d'Eleanor et lui caressait les doigts. Il ne savait pas pourquoi, ça lui avait semblé la chose à faire. Et c'était agréable. Il avait l'impression de s'envoler, comme lorsqu'il partait en quête de songes à dévorer. De temps en temps, les deux élites échangeaient des baisers. Ladislas se surprit à être jaloux. Il se releva légèrement et regarda ses deux colocataires. Il planta ses yeux dans ceux d'Eleanor, puis de Kira.
_________________
Ladislas Jagellon

For:9 Agi:13 Mag:16 Sag:17 End: 12
Revenir en haut
Eleanor
Elite d'Illusia

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2006
Messages: 669
Date de naissance du personnage: 27/06/1207
Race: Malak
xp: 136 013
Moyenne d'xp: 203,31

MessagePosté le: 01/05/2018    Sujet du message: Chambre n°2 Répondre en citant

Un écho lointain d'une mise en garde s'efface petit à petit, comme noyé par des sensations étranges, envoûtantes...
Les sens troublés, le don d'empathie tente malgré lui d'étouffer les émotions diverses et diffuses de ses deux colocataires. Les siens, en supplément.

Une de ses mains jouant avec celle de Ladislas, la Malak fixe le plafond d'un air absent. Est-ce une tâche sur le plafond ? Ou l'ombre portée de la lampe, créant une étrange forme ? Ou bien des petites tâches provenant de ses yeux asséchés et fatigués ? Ou le fruit de son imagination déjà débordante, subissant l'attaque de substances plus ou moins licites ? Néanmoins, elle se sent bien. Apaisée en quelque sorte. Tout comme les deux autres également. Le jeune homme aux cheveux blancs a vu la pression sciant ses épaules s'envoler, tandis que la frustration de Kira mue lentement vers un mélange un peu plus relaxé bien quelques pulsions inassouvies lorgnent encore sur ses membres.
Perdue dans la contemplation de ce qui semble alors se mouvoir oniriquement sur un plafond blanc, ou bien rosé... à moins que ce ne soit bleuté, Eleanor réalise avec un temps de retard que leur colocataire au teint pâle la fixe. Ou plutôt les fixe, son regard azuré balayant tour à tour les deux Élites. Elle pouvait sentir, entre autres, ce léger sentiment de délaissement...

Lâchant un sourire à l'égard du pâle Ladislas qui s'est permis de l'interrompre dans sa profonde réflexion (dont elle a déjà oublié le tenant, ô désespoir !), la frêle Eleanor qui passe alors ses bras derrière son cou. Sans lui laisser alors de possible échappatoire, elle l'attire vers lui, apposant fiévreusement ses lèvres sur celle du Sorcier chétif. Puis, au bout de longues secondes d'échanges, grâce à sa force herculéenne de mouche, elle finit par le pousser sur le côté. Celui-ci certainement déstabilisé par l'assimilation de fragrance étrange et l'ingestion de boisson dont la composition n'est certainement pas légale partout s'affala alors entre Kira et elle. Se tournant alors vers le nouvel invité, elle commence à lui caresser lentement les cheveux, amusée les étranges visuels colorés s’immisçant dans son champ de vision.
Ce petit moment de tendresse est rapidement interrompu par une autre main qui la stoppe dans son mouvement. Levant alors ses yeux améthystes, la Malak remarque alors que le colocataire aux cheveux ébènes se sent à son tour laissé pour compte.
Difficile de mettre tout le monde d'accord et à pied d'égalité lorsqu'il y a trois partis...

La bouche un peu trop prisée pour s'élancer dans des babillages explicatifs, la Malak tente alors de réfléchir pour établir un semblant d'équilibre dans le « partage relationnel ». Elle se redresse avec une certaine lenteur. Et alors qu'elle se prépare à dévisager ses deux colocataires pour se donner quelques idées, voilà que Monsieur Kira se saisit de ses minces épaules et malgré l’élément Lad entre eux, voilà que le Trompeur ne lui arrache un fougueux baiser. Sous la poigne pressante de l'être aux cheveux ébènes, Eleanor tente de se dégager. Elle a d'autres plans en tête pour ce petit trio. Enfin, son esprit joueur a eu bon de d'imaginer quelques petits amusements annexes...
Un petit jeu d'action ou de vérité, par exemple... Bien sûr, elle se doute fortement qu'avec le fort (ou mauvais) caractère de l'Elite, qui plus est Trompeur, il profiterait certainement de ses talents pour le mensonge afin d'échapper aux questions ciblées, ou ferait en sorte de ne pas se prêter aux gages qui lui sont donnés...
Il leur reste donc l'option du Poker mais quelque leur manque : des cartes.

Aidant Ladislas à se redresser, elle laisse les deux mâles en tête à tête. Peut-être que, les sens envasés ou comme dit-on : enivrés, ils se prêteraient à des échanges langoureux, afin de distiller les différentes tensions les partageant ?
Arpentant à quatre pattes le sol de la chambre, Eleanor farfouille à la recherche d'un sac. Pas le sien : celui de l’Élite squattant cette chambre de temps à autre : le Chaton nommé Aidan. Elle sait que celui-ci possède un (ou plusieurs) set de carte qu'il n'hésite pas à exhiber lors de missions ou de formations un peu trop fastidieuses...
Fouillant alors dans la besace de celui-ci, d'étranges items lui passent entre les mains. Bien que son imaginaire loquace lui émet un bon nombre de propositions parfois déplacées sur certains objets, elle trouve enfin l'objet de ses désirs : des cartes. Celles-ci ne ressemblent pas réellement à celles qu'ils utilisent normalement... Emballés dans une sorte d'écrin noir très sobre, Eleanor fronce les sourcils : « Jeu de Cartes Kamasutra – 54 cartes à jouer »
Oh, allons bon. Dommage que le Chaton n'ait jamais pris le temps de lui montrer ce set là... Passons !
Strip Poker ! Apparemment tous plus ou moins ravis de cette proposition, voilà que le petit trio se met en place autour de la table basse déjà assaillit de bol, verres, bouteilles. Les illustrations sur les cartes arrachent des gloussements et babillages amusés mais dès lors que le jeu se lance un semblant de sérieux semble gagner la pièce.

Le souci, quand vous jouez au (Strip) Poker, c'est qu'il faut faire attention à vos adversaires... ~
Surtout quand l'un d'eux se révèle être un Trompeur, bluffeur invétéré, entraîné à pouvoir faire gober n'importe quoi, à n'importe qui et une empathe, capable de décrypter vos ressentis...
Autant dire que le pauvre Ladislas n'a pas eu le temps de finir sa seconde cigarette que la nudité s'est amouraché de ses pales membres. Le regard amusé d'Eleanor parcourt le corps du jeune homme, partiellement caché par la table. Elle lui adresse un clin d’œil espiègle avant de se reposer distraitement sur ses cartes explicitement illustrées. Sirotant les restants de son verre, elle finit par laisser son regard lorgner sur l'Illusien aux faux semblants d'Arenien.

Adversaire redoutable, Kira arbore encore une belle chemise et un peu trop de vêtements. Clope au bec, celui-ci semble étudier ses cartes également...
Eleanor le sait ; dans le jeu du bluff et de la manipulation, le Trompeur la devance fortement. Cependant, quand il s'agit de jouer sur les sentiments et de déconcentrer son adversaire, autant dire que la petite Malak peut jouer sur les cordes sensibles.
Sous la table, elle se permet de caresser la jambe étendue de son ennemi et sous prétexte de chaleur incommodante, elle déboutonne sa chemise un peu trop grande pour elle qui glisse légèrement sur ses frêles épaules. Dommage qu'elle n'ait pas de probants attributs au niveau de la poitrine. Elle n'aurait pas manqué l'occasion d'y noyer l’Élite pour pouvoir gagner.
Adoptant une moue pensive, elle juge une dernière fois ses cartes avant de reposer ses yeux améthystes sur Kira...

*~*~*

(Ne dévoilons pas tous les talents cachés de la petite Naine d'Eleanor... Ce qui s'est passé entre ces murs restent entre ces murs...)
Et c'est ainsi que Kira, ne tarda pas à rejoindre Ladislas dans sa nudité. Une petite danse de la victoire de la part de la Malak avant que celle-ci ne se perde dans ses nombreuses pensées... Parfois un peu plus sombres. Tentant tant bien que mal de ne pas se laisser happer par la noirceur de ses raisonnements labyrinthiques, elle soupire afin de reprendre consistance. Est-ce là, les effets de la descente ?
Levant les yeux toujours embrumés vers ces deux colocataires, elle fronce les sourcils... Ces deux là sont en train de préparer un mauvais coup...

_________________
Revenir en haut
Kira
Elite d'Illusia

Hors ligne

Inscrit le: 14 Mar 2006
Messages: 505
Date de naissance du personnage: 18/09/1282
Race: Ange Dechu
Arme(s): Shiranui de la Confusion
xp: 134 693
Moyenne d'xp: 266,72

MessagePosté le: 04/05/2018    Sujet du message: Chambre n°2 Répondre en citant

C'est vraiment n'importe quoi - se répétait l'hémisphère gauche pragmatique de Kira
Tu déconnes ? C'est trop génial ! Regarde toutes ces couleurs ! Et regarde ce corps nu de jeune éphèbe ! - rétorquait l'hémisphère droit plus créatif, hippie et visiblement engagé LGBT que son antithèse.
Kira : Que.... quoi ?!
Fais pas ta mijaurée - lui cingla l'hémisphère droit que nous appellerons HD pour des raisons pratiques. On voit bien que tu aimes ça. Regarde, ton troisième bras est au garde-à-vous !
Kira : C'est un rouleau de monnaie !
Désolé mais tu n'es plus fringué donc ce genre de répartie ne... - commença HG, l'ami inséparable de HD.
HE REGARDEZ UNE LICORNE QUI PASSE ! - cria HD
Mais non... C'est Ladislas... Et la corne c'est sa...

Kira secoua la tête. Il eut l'impression de secouer une boule de Noël, car quand il rouvrit les yeux, ce fut pour constater une ribambelle de flocons colorés danser dans son champs de vision. Les deux voix dans sa tête ne s'arrêtaient pas de parler. Il avait une étrange sensation d'extra-lucidité, comme s'il percevait des choses qui échappaient au commun des mortelles (sans doute, vu qu'il hallucinait) et en même temps, il se sentait tout engourdi... Non plutôt, super léger... Comme transcendé. Ce qui faisait que ses sensations de toucher, comme celles de la vue, lui renvoyaient des informations inhabituelles.
Devant lui passait son colocataire dans la tenue d'Adam, qui laissait derrière lui un arc-en-ciel. Effectivement, à un ou deux détails près, il pouvait passer pour le portrait craché des licornes de dessin animés pour enfants ou bien pour Nyan Cat. La différence ? Il fallait interdire le jeu ou la vidéo aux enfants. Il était en train de subir les moqueries de leur colocataire féminin, qui était toujours vêtue quoique débraillée. Les regards ardents de ses partenaires étaient fixés sur elle, sans doute voulaient-ils faire flamber ses vêtements d'un clin d'oeil pour qu'elle les rejoigne dans la nudité.

Les plaisanteries de l'Illusienne sur les deux jeunes hommes étaient de toute évidence une façon de les provoquer. D'abord, elle était clairement dans une position qui laissait suggérer le dessous de son kimono et soit que Kira n'ait plus la vision perçante qu'il se connaissait, soit elle avait oublié de mettre des sous-vêtements. Mais non, le plus probable était qu'elle les ait retiré... peut-être était-ce pendant ce fameux "blanc" du Poker où il avait perdu tout le contrôle de son jeu. Oui voilà, il y avait eu quelque chose comme ça.
Kira étant un homme d'initiative qui savait réagir lorsqu'une jeune et jolie demoiselle lui envoyait des signaux aussi clair, s'approcha de l’aguicheuse et glissa dans son dos. Là, il lui tira fermement les bras en arrière et, tout en les maintenant ainsi, échangea avec elle un langoureux baiser renversé.
[En vrai, chers amis, ne faites pas ça ni tout ce qui va suivre avec une fille si vous n’êtes parfaitement sûr qu’elle soit consentante. C’est un coup à vous retrouver avec la police au cul le lendemain et, si vous êtes malchanceux, un procès pour pédophilie. Donc, sérieusement, faites lui presque signer un contrat pour vérifier son accord avant. Ce genre de petits malheurs arrive à tout le monde…] Lad semblait attristé et jaloux d'être laissé pour cause. Le brouillard de THC, les restes d’Enthéa Alaria et enfin le puissant breuvage d’Ayahuasca bonifiaient la générosité de Kira, qui une fois n’est pas coutume se sentait d’humeur partageuse. Bon prince, il ouvrit le col de la jeune femme pour dévoiler ses petits seins ronds et fermes aux bouts d’un rose saisissant, et fit un geste pour inviter le sorcier à s’approcher et à toucher. Après tout, on était pas au musée ici, il n’y avait pas ces panneaux débiles avec marqué « Toucher avec les yeux » qui donnaient franchement envie d’encastrer la face du gardien dans l’œuvre d’art pour voir ce que cela donnait de « Toucher avec les yeux »… Bref. Malgré le regard faussement irrité que l’Illusienne lancé à son bourreau, elle sourit à Ladislas lorsqu’il s’approcha et ils échangèrent à leurs tours des baisers fiévreux. Cela ne fit qu’attiser l’impatience de Kira qui, pour tâcher de se contenir, caressait les formes de sa partenaire dessus et dessous le tissu. Sa main parfois ripait malencontreusement sur Ladislas mais, pour une raison qui lui échappait totalement, cela ne le dérangeait pas plus que ça. Il se sentait relativement à l’aise et confortable avec ces deux-là. L’androgyne commença à déshabiller la demoiselle qui, même si elle était libre de ses mouvements, n’aurait pas pu opposer beaucoup de résistance avec son petit 6 en Force contre lequel le 9 du Blanc-bec. Avec ses 17 en Force, Kira était tel Hercule parmi les frêles mortels. Ce décalage décuplait l’infinité de possibles qui s’offrait à eux pour la suite de la nuit. D’ailleurs, si vous mettez un 6 et un 9 ensemble ça fait… un 69.

C’est ainsi que commencèrent les heures de gymnastiques de nos trois sorciers en manque d’exercices. Lorsque l’inspiration leur manquait, ils ressourçaient leur imagination dans le jeu de carte du Kamasutra et repartaient de plus belle. 54 cartes, 54 positions, il y avait de quoi combler la nuit et bien d’autres choses… Certes, les positions n’étaient pas toujours destinées à trois acteurs mais d’abord, on a tous le droit de se reposer de temps en temps, et ensuite c’est comme la cuisine, il faut faire à sa sauce (cherchez le jeu de mot) lorsqu’on suit la recette ! C’est avec cette philosophie que furent produites les postures de la Licorne volante, du Perfect Tetris, du Buisson, du Sandwich, puis du Sandwich inversé et enfin renversé, suivi du Bagel infini… Oui, comme tout ce sport leur donnait faim mais qu’ils n’avaient pas grand-chose de nourrissant à se mettre sous la dent (sauf… non bref) ils donnaient des noms de bouffe à leurs innovations. Eleanor était particulièrement inventive pour trouver des noms qui collaient à leurs différentes positions. Ils finirent en beauté sur l’incroyable « Blanquette de Veau » dont nous tairons le secret, qui les porta à l’orgasme tous les trois avant qu’ils ne décident de finir en beauté par un petit rail de coke chacun. Voilà.



*------------------(Le lendemain après-midi)------------------*


Kira se réveilla dans un capharnaüm de bouteilles d’alcool vides, de mouchoirs sales, de vêtements trempés de sueur et autres, de mégots et enfin de préservatifs usagés [Sortez toujours couverts les enfants, même dans la débauche la plus totale]. Ses deux autres colocataires dormaient toujours, à des coins improbables de la pièce. Lui-même était étalé entre la moquette de la chambre et le carrelage de la salle de bains. Il se redressa péniblement avec l’impression d’un bucheron fou furieux lui hachait le crâne. Celui lui rappela un souvenir au milieu de la nuit… Oui, à un moment Eleanor s’était mise à pleurer. Bad trip. Pour la réconforter, Kira avait tenté un petit Ténèbres bienveillant sur elle. Non VRAIMENT bienveillant, pas comme pour Erwan ou les autres guignols qu’il croisait d’habitude. C’est là, tandis qu’il lui faisait passer un moment onirique plutôt agréable et dans la continuité de leur soirée, qu’il parcourut indiscrètement ses souvenirs… Il vit que la raison de ses pleurs était les souvenirs de la mort d’une amie passée. Mais ce qui attira le plus son attention malheureusement fut l’apparition fugace dans les souvenirs récent d’un homme que Kira ne connaissait que trop bien pour le mal qu’il lui avait fait…

Renji.

Ce salopard était vivant. Et en forme en plus. Et de retour à Arena, d’après les informations qu’il avait pu sortir de cet entracte. Il avait décidé de laisser cela de côté pendant la soirée, mais à présent qu’il avait rechuté de son petit nuage aphrodisiaque et euphorique, il se sentait d'une humeur noire et rongeait les souvenirs de ses altercations avec ce sombre connard. Le souvenir d'Ainsel, lui répétant de le pardonner, résonnait certes quelque part dans sa tête, mais difficile d'y prêter attention quand vous haïssez autant quelqu'un. Même Eleanor semblait s'entendre comme cul et chemise avec ce tueur psychopathe. Chassant cette réalité qui ne faisait pas sens pour lui, l'Ange Déchu prit une douche glaciale pour se réveiller, but beaucoup d’eau et se prépara avec la lenteur d'un cadavre en décomposition. Ses deux colocataires semblaient dans le coma ou dans un état proche de la mort. Il s’en foutait. Tâchant de garder l'équilibre, il récupéra le Shiranui et sortit de la chambre. Il remarqua alors que quelqu’un avait collé un post-it "Chambre de la Débauche" contre leur porte. Un voisin quelque peu irrité ou amusé par leur tapage nocturne, visiblement. Il hésita à arracher le papier et à le froisser dans un même mouvement, mais il avait d’autres préoccupations plus urgentes telles que : remplir son estomac à la Cafétaria, passer en ville s’armer jusqu’aux dents et prier pour que la déesse de la Chance écarte le Vampire de son chemin. Mais il savait que son destin était de le rencontrer un jour ou l’autre, ne serait-ce que dans les raids des sources du néant… Alors autant se tenir prêt.


HRP : Désolé c'est pas super long comparé à mon temps de réponse mais bon le taff les femmes blablabla. Honnêtement, Lad', tu médites une médaille pour t'être tapé deux admins... simultanément (qui plus est un de chaque sexe.). Une vraie performance. Continue comme ça et tu seras bientôt le maître de la débauche absolu du Velm (pour l'instant j'ai le statut de numéro 1) ! Allez mes petites coquines, je vous laisse, j'ai un Vampire à lacérer.

_________________
Revenir en haut
Kira
Elite d'Illusia

Hors ligne

Inscrit le: 14 Mar 2006
Messages: 505
Date de naissance du personnage: 18/09/1282
Race: Ange Dechu
Arme(s): Shiranui de la Confusion
xp: 134 693
Moyenne d'xp: 266,72

MessagePosté le: 16/06/2018    Sujet du message: Chambre n°2 Répondre en citant

Après avoir surmonté la mort à plusieurs reprises durant l'ensemble de la mission, l'effondrement du Temple de la Foudre était sans doute l'événement qui avait causé le plus de dégâts dans les rangs du raid. Avec son agilité hors norme, Kira s'en était plutôt bien tiré et avait même réussi à donner un ou deux petits coups de pouce utile à ses colocataires. Et il avait même pu assister au délicieux spectacle de son pire ennemi se jetant sur le passage de décombres pour sauver l'amant de sa donzelle. Le blanc bec en détresse s'en était sorti en perdant connaissance ou tombant sans le coma, mais son sauveur avait par contre perdu toute une partie de son corps. Forcément, aux yeux de l'Ange Déchu récemment sauvagement amputé d'une aile par cette même personne, cela ressemblait fort à un coup du karma et il en était bien aise. Son seul regret était que l'Albinos avait été transféré au Refuge pour des soins intensifs. Il risquait de s'en sortir. Mais bon, on ne peut pas tout avoir. Au moins Kira se savait tranquille pour un moment et avait pu se réjouir d'un magnifique carnage. Il espérait juste que cela n'ait pas tué dans l'oeuf l'alliance qu'il allait nouer avec l'autre amant de la blondasse. Au pire il pourrait toujours user de ses talents de Trompeur pour le rallier à sa cause.

L'infirmière cessa de lui administrer ses soins et lui fit l'habituel petit bilan qui met bien : son aile bionique semblait en bon état, pas de rejet, pas de fractures, quelques points de souture, hématomes et brûlures électriques à surveiller. Le plus grave, les répugnants oeufs pondus par endroits dans son corps par les créatures du Temple, avaient été retiré par un infirmier et ses outils provenant tout droit du Refuge. Il avait d'ailleurs tenté d'obtenir des informations sur le Vampire en simulant être un vieil ami inquiet. Son interlocuteur lui avait simplement répondu qu'il ne traitait pas ce patient et donc ne pouvait pas s'avancer sur son état, mais qu'il était toujours au bloc.

Libéré de cette merveilleuse séance de charcutage, l'Elite partit non sans emporter son paquet cadeau de traitements (pommades, antidouleurs, médicaments sensés accélérer la cicatrisation, vitamines...) à pendre rigoureusement pendant sa période de convalescence. On avait insisté : pas de clopes ! Ça tombait bien, il n'était pas d'humeur à fumer, il avait plutôt une grosse fringale et envie de fêter tout ça. Il y avait bien sûr quelques ombres qui obscurcissaient sa joie lorsqu'il songeait à Lynn et Irkaal, ou bien à la possibilité que son ennemi s'en remette. Mais enfin, chaque chose en son temps.

Ladislas était toujours à l'Infirmerie, il l'avait vu en sortant. Il chercha Eleanor, qui lui semblait-il était partie avant lui, mais ne la trouva pas dans leur Chambre. Il décida d'aller prendre à emporter les meilleurs plats et boissons de la Cafétéria en usant de son badge d'Elite, son sourire aguicheur et ses talents de baratineur et de les attendre dans leur antre de débauches. Cependant il n'avait pas envie de recommencer une nuit de folie de la sorte de si tôt. Des trucs plus softs et moins psychédéliques à la limite.

Ladislas fut le second à revenir en Chambre. Lorsqu'il poussa le battant de la porte, Kira s'esclaffa de le voir en piteux état avec la mine déconfite par la fatigue et sans doute les soins barbares de l'Infirmerie. Lui-même n'était pas sous son meilleur jour physiquement, mais plutôt rayonnant moralement. Il était assis sur son lit, en train de battre distraitement le jeu de carte coquin de la vilaine Eleanor. Il fit un geste amical à son acolyte.


Kira : Salut, Lad'. Envie de quelque chose à boire ou à manger ? Sers-toi sur la table. Est-ce que tu aurais vu notre chère Eleanor, au fait ?

Sur la table où reposait la bouffe se trouvait également une petite liste de missions secondaire rémunérées. Certaines pouvaient peut-être plaire à ses colocataires. Lui en tout cas avait bien envie de bouger une fois qu'ils se seraient remis de leurs émotions...

_________________
Revenir en haut
Eleanor
Elite d'Illusia

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2006
Messages: 669
Date de naissance du personnage: 27/06/1207
Race: Malak
xp: 136 013
Moyenne d'xp: 203,31

MessagePosté le: 09/07/2018    Sujet du message: Chambre n°2 Répondre en citant

« Tu te sens comment ?
- Oh total trop bien ! Voyons, quelle question ! Toujours la pêche ! Ah, tu veux parler du Temple de la Foudre ? Du Prêtre pas net qui voulait nous scier en deux ? Ou bien de la Matrice dérangée qui a décidé d'explorer mon conscient -et ses assimilés- dans un jeu ? Jeu qui s'est fini par la visitation d'un de mes pires souvenirs ? Souvenir qui a été exposé aux yeux de personnes que je connais à peine, ou presque, ou qui ont tenté de me tuer aux cours des dernières semaines ? À moins que tu n'essaies de me faire parler de cette scène finale avec Renji ? Certes, il a tenté de m'étriper il y a peu... Mais... Je sais pas... La pauvre Gaby... Et... Ça m'a rappelé...
- C'est pour ça que tu te caches à la bibliothèque ?
- Je me cache pas, je dépéris. C'est le meilleur lieu pour éviter les contacts et interactions sociales...
- Même moi ?
- Non mais toi tu comptes pas.
T'es dans ma tête.
 »

La rouquine lâche un sourire avant de disparaître dans un flou...
Comme absente, Eleanor souffle légèrement, le regard perdu dans le vide. Allongée sur le sol, les étagères remplies de livres et d'encyclopédies lui offrent un abri, la protégeant des regards indiscrets. Un épais monticule de poussière se présente sur les nombreux ouvrages non consultés depuis des années...
Oubliés.

Son passage à l'infirmerie, contrairement aux autres, a été court. Certainement plus chanceuse que d'autres, elle n'a hérité que de quelques écorchures et blessures superficielles. Pas de grosses brûlures, balafres, brochettes -par là, elle entend se faire empaler amicalement- ou arrachage de membre en bonne et due forme.
Puis, l'avantage d'être Acolyte, c'est de pouvoir se soigner les petits bobos soi-même ! Ainsi, vous évitez de vous faire tripoter -ou plutôt charcuter langoureusement- par une paire de mains inconnues.

Les genoux pliés et jambes surélevées par une pile de livres que personne n'a touché depuis des décennies, la Malak finit par soupirer. Son ventre tente alors de la rappeler joyeusement à l'ordre par un gargouillis gigantesque mais si ce n'est elle, personne ne s'est vu auditeur de ce spectacle privé.
Tel un Zombie perdu et décadent, ses petites jambes la portent à la Cafétéria. Malgré les sucreries, la multitude de muffins et autres macarons, l'humeur morose ne semble guère s'égayer...

Arrivée devant la porte numéro deux, Eleanor marque un temps d'arrêt.
Les voix masculines s'élevant annoncent la présence de ses colocataires. À moins que l'un de ses mêmes colocataires n'ait décidé de se parler à haute voix pour combler la solitude. Oh, probable aussi~
Inspirant profondément, la petite tête brune se décide alors à pousser la porte en bois.

Arborant un sourire radieux, elle trottine à l'intérieur de la chambre, répondant aux banalités avec sa légèreté habituelle. Elle dépose alors la multitude de desserts, remarquant que l'un de ses compagnon de chambre eut une idée similaire. Son attention est alors captée par les quelques fiches posées non loin de là. Elle ne tarde pas à les attraper, les détaillant une à une avec une moue dubitative.


« Oh... L'un de vous est prêt à remettre le couvert ? Je parle des mission, hein... Ça me dirait bien. »

Eleanor leur adresse un clin d’œil, avant de s'affaler sur son lit en attendant une quelconque réaction.
S'occuper l'esprit avec une nouvelle mission ? Pourquoi pas...



HRP : C'est court, je sais, mais bonnnn, c'est les chambres hein... Désolée Lad, je savais pas si tu avais commencé ou non mais j'espère que ça ne te bloquera pas~

_________________
Revenir en haut
Ladislas Jagellon
Eleve d'Illusia

Hors ligne

Inscrit le: 06 Sep 2009
Messages: 57
Date de naissance du personnage: 13/05/1282
Race: démon
Arme(s): Deux gourdins piqués de pointes en fer
xp: 76 263
Moyenne d'xp: 1 337,95

MessagePosté le: 12/07/2018    Sujet du message: Chambre n°2 Répondre en citant

Ladislas s'en était finalement plutôt bien tiré. Aucune blessures graves, mais un épuisement extrême du à l'utilisation de son pouvoir. Son séjour à l'infirmerie avait donc consisté à se reposer. On aurait pu imaginer pire comme convalescence, certains de ses coéquipiers ne s'en étaient pas sortis aussi indemne. A tout avouer, Lad serait probablement mort lorsqu'ils avaient fuit le temple si personne ne lui avait donné un petit coup de pouce. Mais bon, c'était ça les missions, non? Le travail d'équipe, tout ça. Il n'avait pas à rougir. Le démons avait chassé ces pensées pour se concentrer sur sa glandouille, et le sentiment de satisfaction qui l'enveloppait, pour finalement quitter l'infirmerie quelques jours plus tard.

Ladislas émergea de sa rêverie et reporta son attention sur son collocataire. Lorsqu'il était rentré, il avait trouvé Kira et Eleanor au milieu d'un monceau de bouffe. Il s'était rapidement installé avec eux. Maintenant, Kira examinait plusieurs fiches de mission étalé devant lui. Sur son lit, Eleanor avait finalement fini par s'endormir, ne leur portant plus aucune attention.
Repartir en mission... Ladislas avait un peu fait la moue à la suggestion de Kira, mais après tout, Illusia n'était pas une colonie de vacance. Il s'était résolu et laissait maintenant l'élite choisir la mission. Celui ci saisit une fiche, décidé, et la tendit vers Ladislas.


" Tiens, celle là, ça pourrait être intéressant" lâcha-t-il avec un sourire. Ce n'était pas bon signe. Ladislas parcourut rapidement la fiche. Un Battle Royal? Du combat? Encore courir, cracher ses poumons et risquer sa peau? Cela ne lui disait rien, mais l'air de Kira lui fit comprendre qu'il n'avait pas vraiment le choix finalement. Ce dernier se leva et commença à sommairement ranger le bordel environnant. "De plus, ça pourrait être une occasion pour toi. Tu t'es plutôt bien démerdé au Temple de la Foudre, et t'es ici depuis pas mal de temps."

"Ouai... et...? C'est à dire?" Marmonna Ladislas sur un ton épuisé, sans comprendre.

" Le rang d'officier, ça te dit quelque chose?" Ladislas mit quelque secondes à percuter, puis écarquilla les yeux.

" Une formation tu veux dire?"

" Ouai. Je suis à même de la faire. Suffit que je m'occupe de ça avec l'administration."
Comme précédemment, Ladislas sentait qu'un refus n'était pas tolérable. Il n'avait rien contre, mais une formation, passer officier... ce n'était pas anodin et ça allait probablement chambouler sa vie. Après une longue pause, il se décida à répondre.

" Si tu pense que j'ai le niveau..."
Kira lui jeta le sac poubelle qu'il était en train de remplir.

" Remue toi un peu, j'te propose pas une randonné ou une partie de bowling là. Si t'es pas motivé ça sert à rien." Son regard était soudain devenu dur et le fixait. Ladislas ne se détourna pas.

" Ok. Je le ferai."
répondit il d'un ton décidé.

" Parfait. On part dans quelques jours. Repose toi et prépare toi, ça sera pas une partie de plaisir."

Ladislas s'éffondra sur le dos les mains derrière la tête. Sa vie évoluait décidément bien vite en ce moment.
_________________
Ladislas Jagellon

For:9 Agi:13 Mag:16 Sag:17 End: 12
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 20/08/2018    Sujet du message: Chambre n°2

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    †La Malédiction de l'Eternité † Index du Forum -> Illusia -> Les chambres Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

Sauter vers:  


Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Chronicles phpBB2 theme by Jakob Persson (http://www.eddingschronicles.com). Stone textures by Patty Herford.