†La Malédiction de l'Eternité † Index du Forum †La Malédiction de l'Eternité †
RPG dans une école de combat et de magie
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Labyrinthe des souvenirs

 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    †La Malédiction de l'Eternité † Index du Forum -> L'extérieur -> Le Palais maudit
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Lynn
Officier d'Arena

Hors ligne

Inscrit le: 10 Juil 2009
Messages: 97
Date de naissance du personnage: 23/12/1284
Race: Orthros
Arme(s): Katars aux lames rétractables.
xp: 83 471
Moyenne d'xp: 860,53

MessagePosté le: 19/02/2018    Sujet du message: Labyrinthe des souvenirs Répondre en citant

    Froide.

    Sa main courait avec une certaine lenteur sur la grille fermée de cette échoppe. Les vitres étaient salies par la poussière et parfois fendues. À l'extérieur, on pouvait apercevoir vaguement des chaises, tables et un comptoir où quelques cadavres de bouteilles et de verres s'étaient amoureusement allongés. L'intérieur était désert, gris, sombre. Certainement grouillant de rats, d’araignées et d'autres indésirables que personne n'osait déranger. Aucune âme qui vive ne semblait avoir remis les pieds ici depuis un petit moment.
    Lâchant un soupir et sans se soucier de savoir ce qui avait pu causé la fermeture de cet établissement, l'Orthros tourna les talons. Ce bar lui rappelait de nombreux souvenirs d'une certaine personne. Cette même personne qui s'était amusée à la balader pendant trop longtemps avant de se décider à l'ignorer plus longuement, peut-être même définitivement.

    Ses pas traînèrent dans les dédales de la Capitale pendant de longues minutes; peut-être une heure même. Perdue dans de sombres pensées, la notion du temps lui semblait si lointaine... Puis reconnectant enfin avec la réalité et sans demander son reste, la guerrière quitta la ville avec une certaine amertume. Peut-être que le ciel grisâtre avait tendance à accentuer chez elle, un sentiment dépressif, mélancolique...
    Chargée, ses pieds emboîtèrent la direction du Palais Maudit, - son lieu de rendez-vous - tandis que sa faux ainsi que son fleuret cliquetèrent dans un tintement régulier. Elle garda une main sur la capuche de son gilet lorsqu'une bourrasque assez violente se faisait sentir. C'était le temps idéal pour aller s'enfermer dans un palais accompagné d'un Traqueur...


    Dépitée.

    La jeune femme ne tarda pas à apercevoir le fameux édifice. Que dire, si ce n'est qu'il semblait immensément grand ? Ou qu'elle s'en fichait éperdument ? Ses yeux gris commencèrent à se perdre devant, avant de se détourner sur le ciel. Quelques oiseaux de mauvais augures le déchirèrent dans un croassement sonore peu rassurant.
    Lynael semblait être un peu en avance contrairement à son instructeur. Elle ne savait pas réellement combien de temps allait durer sa "formation" d'Officier... Elle n'était pas réellement très renseignée sur le sujet, du moins, les informations étaient largement filtrées à ce sujet, si ce n'est qu'elle serait accompagnée d'un Traqueur pour cette quête.
    Un orage violent se mit à gronder, faisant frissonner l'Orthros. Elle détestait ce son. Cela avait tendance à lui remémorer les baffes violentes de son père. La pluie quant à elle commençait petit à faire son apparition. Sifflant un juron, elle s'écarta des arbres, priant pour que son tuteur ne tarde point.

    Un portail vaporeux déchira les environs. Non pas une, mais deux personnes firent leur apparition. Toutes deux vêtues de longues capes noires, ils semblaient la jauger de loin et ce tout en faisant des messes basses. La jeune guerrière qui commençait à durement prendre la flotte leva les yeux au ciel, maudissant le Créateur, encore une fois. Moue boudeuse, l'Orthros tripotait un bout de son gilet humide, ils avaient déjà eu tout le temps de parler, pourquoi la faire patienter plus ? Son aversion le lui rappelait : ils étaient illusiens et condescendants... Un mélange si parfait qu'elle commença à serrer les dents, regrettant de s'être proposée et vue assignée pour cette formation.


    « Sloan Lynael ? »

    La jeune guerrière leva la tête encore couverte par sa capuche détrempée à l'appel de son nom. Les deux Elites restèrent muet après ça. Elle resta figée, attendant quelque chose. Un mot, un signe, un geste... Mais rien. Le duo capé tourna les talons et se dirigèrent vers l'entrée du Palais Maudit. Bien qu’infiniment blasée et peu déconcertée, elle suivit le pas silencieusement...

    Infini.

    Malgré l'obscurité poignante, on pouvait sentir l'immensité des lieux. Il dégageait une ambiance glauque, malsaine, à limite du démoniaque... Torche allumée, le Traqueur se racla la gorge comme pour attirer l'attention de la jeune Arenienne qui avait préféré se lancer dans une séance d'observation plutôt que de fixer avec dédains les deux Illusiens. Celle-ci fronça les sourcils, se débarrassant au passage de sa capuche encore humide.

    « Bienvenue dans le Palais Maudit. Tu y passeras quelques temps en notre compagnie, le temps de pouvoir développer tes capacités et tes aptitudes à être un Officier de qualité. Il y a un second Elite avec moi pour m'épauler. Le Palais Maudit n'est pas un lieu où on va passer du bon temps. J'espère que tu as bien signé une décharge car nous ne serons en aucun cas responsable de ta mort. Tu pourrais bien mourir de diverses manières : un monstre, perdue, accidentellement...
    Il esquissa un sourire presque malsain en disant ce mot. Enfin bref, nous allons d'abord tester tes aptitudes de survie dans un milieu inconnu et changeant et ensuite, je te formerai quant aux faits que tu souhaites devenir un Officier Traqueur si je t'en juge réellement apte. Autrement, tu pourras retourner te saouler à la Capitale. »

    Était-ce une pique ciblée ? Sa voix lui semblait familière mais il lui était impossible de se rappeler où elle l'avait entendu. Peut-être lors d'une de ces soirées stupides inter-écoles où les élèves passaient la plupart de leur temps près de la buvette ou à se chahuter sur la piste de danse... Ou ailleurs. Lynn hocha silencieusement de la tête. Ne l'ayant écouté que d'une seule oreille, les objectifs de cette quête lui étaient toujours inconnus, mais l'envie de relancer cet homme sur un nouveau monologue des plus inintéressant ne la tentait guère. Elle pourrait toujours voir ça, plus tard, quand l'humeur sociale se ferait sentir... Si tant est qu'elle se fasse sentir.
    Son regard se posa quelques secondes sur le second Elite qui n'avait pas lâché un mot jusque là avant de se reporter sur l'incessant bavard. Il retira sa cape, laissant apparaître ses cheveux bruns en bataille et une barbe de quelques jours.


    « Je ne sais pas si tu te rappelles... Je suis Aidan, Traqueur Illusien. Lui aussi il vient d'Illusia, c'est un Elite Trompeur, là pour superviser en cas de problème. Pas d'Arenien pour cette fois hé, ils sont pas assez sensés pour comprendre ce que veut dire "discrétion" et "sensibilité". » Un autre sourire moqueur fendit ses lèvres avant qu'il ne commence à vérifier l'équipement qu'elle avait apporté, puis, n'ayant rien d'autres à ajouter, il ouvrit la marche dans les dédales sombres et humides...

    L'Orthros fronça les sourcils. Se rappeler de quoi ? Non, il ne lui avait définitivement pas marquer l'esprit. Comme beaucoup d'autres. Bras croisés et pensive, elle devança le duo laissant son regard dévorer les lieux... La luminosité était faible mais on pouvait presque entendre le vent souffler au travers de petits interstices dans les murs... À moins que ce ne soit la respiration de créatures vivant en ces lieux...

_________________
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 19/02/2018    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Kira
Elite d'Illusia

Hors ligne

Inscrit le: 14 Mar 2006
Messages: 505
Date de naissance du personnage: 18/09/1282
Race: Ange Dechu
Arme(s): Shiranui de la Confusion
xp: 134 693
Moyenne d'xp: 266,72

MessagePosté le: 21/02/2018    Sujet du message: Labyrinthe des souvenirs Répondre en citant

Le hasard est vraiment une belle chose...

Ne vous emballez pas, c'était ironique.

En voyant Lynn s'approcher, reconnaissable malgré la petite capuche de son gilet, Kira avait tout d'abord cru à une punition divine. Il avait jeté un regard vers les cieux, avant de se rappeler que ceux-ci étaient vides et sa race damnée depuis des temps immémoriaux, puis avait cherché autour de lui tous les refuges possibles. Enfin, alors qu'il calculait toutes ses chances de s'échapper, il se rappela qu'il était en mission officielle, donc pas une du genre où on se fait la malle en chantonnant, le majeur levé vers le ciel. La demoiselle écouta les instructions de Aidan avec une application blasée et l'Ange Déchu jura l'entendre grincer des dents à plusieurs reprises pendant le discours. Mais lorsqu'elle lui jeta un coup d’œil, elle ne sembla pas le reconnaître. Peut-être que sa capuche lui couvrait trop le visage, ou bien elle était devenue myope entre temps. Aidan lui fila même, involontairement, un coup de main en évitant de le nommer - ou alors cet abruti avait oublié son nom, avec ses synapses pleines de boules de poils.
A partir de cet instant, la situation parut beaucoup plus comique au sorcier, qui se ravit de pouvoir tromper encore un peu plus longtemps sa partenaire. Ils allaient après tout passer un moment d'une longueur indéterminé ensemble, alors autant s'amuser un peu et tenter de rendre l'événement mémorable. On ne devient Officier qu'une fois et, souvent, c'est la dernière.

Dans sa prise avec le génie de la perfidie, Kira faillit passer à côté d'un élément de la conversation qui venait de se découler. Aidan n'avait-il pas dit...



Aidan : Je ne sais pas si tu te rappelles...
*------- Mini flash-back --------*


... Qu'avait-il voulu dire ?
Lynn n'avait pas semblé comprendre non plus, pour peu que l'on puisse décrypter les tiques agacées de sa mine fermée. Aidan avait la mémoire d'un pois-chiche fermenté aux yeux de Kira, donc peut-être était-ce un simple malentendu, ou alors leur rencontre n'avait rien eu de bien significatif. Oui, cela devait être ça.

Le fil de ses pensées lui avaient fait perdre celui de leur progression. Ils étaient à présent posés à l'intérieur du Palais Maudit. Les lieux semblaient comme toujours à moitié à l'intérieur d'un manoir défraichi, à un quart à l'intérieur du ventre d'un dragon et avait un certain pourcentage caractéristique de grotte enchantée. Pour le reste, il fallait s'en référer aux amateurs de films d'horreur, où chaque couloir, chaque fenêtre ou porte sans issue semblait prête à s'ouvrir pour laisser jaillir un coupe-gorge.
Kira s'installa nonchalamment sur une pierre dans un coin, les bras croisés, tandis que Aidan continuait d'instruire son élève.


Aidan: Voilà comment nous allons tester ta survie: ces lieux sont hostiles et regorgent de monstres, s'orienter est de plus très difficile. Nous n'avons aucune provision et seulement nos armes pour nous défendre, mais à moins d'extrêmes complications tu seras la seule à t'en servir. Il nous est à tous strictement interdit de sortir de ces lieux tant que tu n'auras pas terminé ton entrainement, même si l'un d'entre nous se retrouve à l'agonie.
Il existe diverses sources d'eau dans le Palais Maudit, assez difficiles à repérer. Pour commencer, guide-nous à l'une d'entre elles sans perdre de vue la direction de notre point de départ. Si tu es vraiment aussi maligne que tu en as l'air, tu devrais pouvoir y arriver. Nous verrons ensuite ce que tu vaux face à un monstre... enfin, sauf si on a la chance de ne pas en croiser.


*Ce qui revient à espérer que le feu ne brûle pas*
Voulut rajouter Kira, mais il se retint de faire le moindre commentaire pour ne pas se dévoiler.

Ils se mirent en route, l'Orthros en tête. Le Traqueur et le Trompeur la suivaient tous les deux à une bonne distance d'écart, ce qui leur permettait d'échanger des messes basses, ou plus exactement, ce qui permettait à Aidan de jaser sur la jeune Sloan.


Aidan: Hé, elle est jolie, non ? Ils en ont de sacrément bien foutues à Arena. On dirait une poupée...

Kira (d'un ton cynique): Tu dis ça parce que tu ne l'as jamais fréquentée. Une poupée ? Laisse-moi rire. Ou alors du genre qui découpent ceux qui veulent jouer avec elle en morceaux avant de se régaler de leurs parties sur un autel démoniaque.

Aidan: Oh ! Tu la connais, alors ? Ne me dis pas qu'avec elle, toi aussi tu as...

Il ne finit pas la phrase, sûrement à cause du regard indescriptible de stupéfaction et de fureur avec lequel le transperça Kira, ou bien parce qu'il avait réalisé qu'il avait parlé un peu fort. Lynn devant eux semblait avoir dressé les oreilles dans leur direction, car elle leur avait jeté un coup d’œil furtif. L'Ange Déchu dut réciter un long mantra intérieur d'amour et de paix pour ne pas étrangler immédiatement Aidan et lui extirper le rapport exact de ses racontars. Ces sous-entendus et demi-phrases en suspens commençaient à lui taper sur le système Qu'avait-il voulu dire ? L'Illusien n'était pas vraiment dupe, même s'il aurait préféré l'être. La chute de ce genre de phrase est rarement quelque chose de banal, type
"avec elle toi, aussi tu as enfilé des colliers de perles ?". Non en général, ce genre de phrases se finit par des propos bien plus crus. D'ailleurs, en y réfléchissant, lui-même et la jeune femme avaient consommé leur première nuit torride sous un flot de vodka, nuit dont il n'avait gardé que peu de souvenirs si ce n'est quelques griffures délicieusement douloureuses. Etait-il possible que la guerrière soit du genre à se jeter sur le premier venu dès que l'alcool est à volonté ? Et que cette fois-ci, elle était celle qui ne se souvenait de rien ? Bien que cela n'ait pas de réelle importance ni impact, il se demanda si cette fois-ci c'était de la Vodka, du Rhum ou du Gin Tonic qui l'avaient mise dans cet état... Pour sûr, ce n'était pas du diabolo menthe.

Mais enfin, tout cela n'était que (presque) pures spéculations, même si son petit doigt lui disait que ce n'était pas loin de la vérité. Trop tard pour "demander" des détails à son imbécile de compagnon. L'Orthros les soupçonnait clairement de quelques chose et avait sensiblement ralenti le pas. Feignant l'indifférence, Kira haussa les épaules pour esquiver la conversation et reporta son regard sur le dos de la jeune femme. Il n'était pas mécontent de pouvoir l'observer en catimini.

Comme prévu, les premiers ennuis ne tardèrent pas à arriver.
Il y eut tout d'abord le rythme lent et balancé de chaussures à talons, qu'un homme digne de nom sait toujours reconnaître. Le son ne venaient pas de Lynn, pour sûr. Déjà, pas sûre qu'elle sache marcher avec des talons. Les pas provenaient de beaucoup plus loin, au bout des couloirs. Il ne se rapprochait ni ne s'éloignait.
Le trio tendit l'oreille à cet instant, mais comme il était impossible de déterminer la source des pas, ils continuèrent leur marche, la candidate Officier toujours en tête.
Le bruit s'arrêta brusquement quelques secondes. Ils retinrent tous leur souffle instinctivement pour mieux écouter. Les claquements recommencèrent, mais précipités et beaucoup plus proches qu'auparavant, comme si la présence avait traversé un mur. Bientôt face à eux déboula une créature de forme féminine (très belles, les formes) vêtue d'une belle robe dorée dont le tissu se mélangeait à la peau diaphane. Il se dégageait, dans sa façon de courir vers eux avec un pas de mannequin filant à la vitesse de la lumière, et son regard parfaitement vitreux, quelque chose de d'inhumain et de singulièrement flippant. Ou alors c'était à cause des éventails en acier imbibés de sang qu'elle brandissait vers eux comme pour les évent(r)er.


Face à l'apparition, les deux Illusiens et l'Arenienne se mirent en garde - les deux Elites, seulement pour la forme, car ils ne devaient intervenir que dans l'urgence la plus extrême. L'habitante du Palais Maudit n'était plus qu'à quelques bonds d'eux et sa nature surnaturelle ne faisait plus de doute. Le décor autour d'eux se mit à trembler légèrement et d'autres corridors, gothiques et sombres, éclairés par des lustres miteux, s'ouvrirent tout autour d'eux. Au bout de chacun résonnait des claquements de talons puissants. Les parois de la gorge du Palais se lissèrent et prirent des tintes dorées, un tapis rouge vermeil se déroula sur leurs pieds.
Kira laissa s'échapper un sifflement admiratif et les regards des nouvelles venues se tournèrent brusquement vers lui. Leurs yeux avaient quelque chose d'avide et leurs bouches s'étirèrent jusqu'aux oreilles pour laisser apparaître de grandes rangées de dents pointues. Il avait connu des sourires plus sexy.

Lynn ne se laissa pas démonter, certainement comme Aidan l'attendait d'elle (car Kira lui s'en contrefoutait, il serait parti en courant à sa place). Elle brandit sa faux devant elle et lança un regard de défi à leurs adversaires. Du moins, pour peu que ses yeux ternes puissent refléter quelque chose de ce genre.
Quelques secondes avant le contact. Les choses prenaient une tournure intéressante. Mais Lynn était une bonne combattante et l'Ange Déchu avait peur de s'ennuyer. Alors, pour la stimuler un peu plus, voire avec un peu de chance la déstabiliser, Kira abaissa sa capuche et siffla une note aguicheuse.


Kira: Vas-y, poupée, impressionne-moi.

L'Orthros se tourna un instant vers lui avec une expression de surprise. Kira lui adressa un clin d’œil.
Hé oui, ma belle. C'est ça d'être un Elite Trompeur.



_________________
Revenir en haut
Lynn
Officier d'Arena

Hors ligne

Inscrit le: 10 Juil 2009
Messages: 97
Date de naissance du personnage: 23/12/1284
Race: Orthros
Arme(s): Katars aux lames rétractables.
xp: 83 471
Moyenne d'xp: 860,53

MessagePosté le: 22/02/2018    Sujet du message: Labyrinthe des souvenirs Répondre en citant

    Brouillée.

    Son esprit essayait tant bien que mal de se rappeler de où, quand et comment, elle avait pu rencontrer cet « Aidan ». Peut-être lui avait-elle enfoncée une porte dans le nez durant une soirée ou... La dernière fois qu'elle avait bu à outrance, elle était avec sa colocataire, Katy. Et ensuite, Vost était arrivé et... Les messes-basses des deux mâles illusiens l'agaçaient passablement, l'interrompant dans sa réflexion.
    Et puis... des monstres. Ou plutôt des femmes-monstres aux formes bien apposées.
    Qui pouvait donc dégager autant de d'hormones pour attirer une horde de femelles humanoïdes en chaleur ?

    Elle aurait du s'en douter.

    Cette voix, qui avait suivit ce sifflement agaçant... elle la connaissait. Ses yeux bleus se tournèrent vers ledit provocateur. Kira. Bien sûr, il fallait que ce soit lui. Qu'avait-elle fait au créateur pour avoir subir cela ? Un voile trouble s'empara d'elle, se remémorant dans quel état elle avait été à cause de lui. Elle détourna son attention sur les nouvelles venues comme pour se reprendre, comme pour ne plus se souvenir que cette même personne s'était joué d'elle à multiples reprises. Puis, n'avait-il pas jeter à son égard, lors de leur dernière rencontre qu'ils n'avaient plus rien à ce dire ?
    En garde, les yeux de l'Orthros balayèrent rapidement les lieux, ses adversaires, ses alliés. Aidan et Kira avaient dégainé leurs armes mais leurs postures indiquaient clairement qu'ils ne prendraient pas part au combat. Elle devait donc se battre seul, comme le Traqueur lui avait indiqué. Cependant ; les cinq ou six femmes à talons semblaient nettement plus intéressées par les deux mâles ici présents que par la guerrière. Lynn pourraient tout bonnement les laisser se faire abuser par ses demoiselles hargneuses et profiter du spectacle. Puis elle était persuadée que l'Ange Déchu n'allait pas trouver cela déplaisant. Il devait avoir l'habitude de jouer et de vendre son corps à tout va. C'était un charmeur. Après tout, il s'était bien joué d'elle, plus d'une fois.


    Fulminante.

    Dans un feulement agacé, Sloan rabattit sa faux. L'une des créatures lâcha un cri strident qui fût interrompu lorsque son bassin se décrocha du reste de son corps. Une flopée de sang doré marqua les murs joliment décorés et éclaboussa Lynael ainsi que les créatures restantes. La plupart d'entre elles se tournèrent vers la responsable de cet affront. Les autres préféraient s'avancer, le pas lancinant, en direction des deux seuls mâles de la meute. Les deux Illusiens ne bougèrent point, trouvant certainement le spectacle récréatif. La guerrière grinçait des dents. Là encore, elle se voyait tourner les talons, laissant les deux hommes le plaisir de la compagnie de ces -peu- charmantes mégères mais elle essayait de garder à l'esprit qu'il s'agissait d'une mission officielle et que non, jeter en pâture un des deux responsables n'étaient pas une bonne chose à faire.

    En supériorité numérique, Lynn devait se débrouiller pour mettre, hors d'état de nuire ces créatures le plus rapidement possible. Profitant de la distraction offerte par les deux hommes, l'Orthros chargea deux créatures côte-à-côte.
    L'un des deux cibles fit un vif mouvement de main rabattant non loin du visage de la guerrière, son éventail lamé. Lynn regarda quelques uns de ses cheveux voler. Note pour plus tard : s'attacher les cheveux. Son pied se logea dans l'abdomen de la coiffeuse de fortune. Celle-ci se retrouva éjectée sur sa consœur et toutes deux se heurtèrent au mur. S'en suivit de sa faux, qui vint à son tour s'enfoncer dans les parois dorées. Deux têtes roulèrent par-ci par-là dans une effusion de vert ou doré, tandis que les corps s’effondrèrent sur le sol. Une pensée la traversa : « Quelle est la race d'Aidan ? » - de peur que celui-ci ne devienne agressif voire incontrôlable en présence de sang, même celui de créature.
    Avec l'élan et ayant frappé plus fort que prévu, sa faux se retrouva coincée. Lâchant un juron mais n'ayant pas de temps à perdre, la jeune Orthros dégaina à présent son fleuret. Elle aurait moins de chance de toucher les murs ou à -accidentellement- exécuter un de ses alliés.
    Les autres créatures restantes s'étaient rapprochés des deux hommes qui semblaient apparemment plus amusés qu'autres choses. Bras grands ouverts, mais toujours armées de leur éventail d'acier, ces démones semblaient murmurer quelque chose. Peut-être essayaient-elle de faire du charme ?


    Inspire.

    Prenant une bouffée d'air, Lynn s'approcha à vive allure du petit comité. Alors qu'Aidan faisait face à l'une de ces créatures armé de son charmant sourire, Sloan le saisit par l'épaule, l'écartant brusquement. Cette même créature s'embrocha sur le fleuret argentée dans un bruit désagréable. Ne mourant pas sur le coup, elle enfonça ses ongles dorées dans l'avant-bras de la jeune guerrière. Un feulement plaintif s'échappa de la gueule de l'Orthros tandis que la lame du fleuret remonta dans les organes de la créature, qui ne tarda pas à s'effondrer. Dans un geste vif, elle apposa sa main sur sa nouvelle blessure pour la comprimer mais il en restait une...
    Maintenant et devant elle, Lynael faisait face à Kira. Celui-ci avait aux lèvres un sourire amusé, provoquant. Résistant à un excès de rage et de rancœur elle s'avança d'un pas de course décidé, levant au passage son fleuret dans un mouvement rapide. Le premier réflexe de l'Ange noir avait été de se baisser pour éviter le coup. Très bonne initiative de sa part.
    Ainsi, il avait évité de finir décapité, ou la tête arrachée après un câlin torride de la créature qui se trouvait juste derrière lui. N'avait-il pas senti un filet de bave lui couler sur ses cheveux ébènes ?

    Autour, les créatures gisaient sur le sol. Le regard rempli d'un certain ressenti mêlant de la colère et du dédain, Lynael fixa l'Ange Déchu. Ses pensées pestaient de nombreuses horreur à l'égard de cette personne mais, mâchoire crispée, aucun mot ne sortit de la gueule de l'Orthros.
    Elle n'avait rien à lui dire.
    Elle n'avait pas à partager la manière dont elle avait souffert par sa faute. À décrire l'état mental pitoyable dans lequel elle avait été, à citer ses sombres pensées et associations faites entre son rejet et son passée. Ni à dépeindre le sentiment d'avoir été abusée et jeté pour la énième fois.

    Alors qu'elle rengainait son fleuret, le simple fait d'entendre ce même Illusien l'interpeller lui donna des envies de meurtre. L'Orthros lança un coup droit à l'attention du nez de cette même personne mais il para aisément son coup. Le regard moqueur, il se tourna à l'attention du Traqueur. Il lâcha quelques mots que la jeune guerrière ne prit guère loisir d'écouter préférant réitérer son assaut avec cette fois-ci, un crochet...

_________________
Revenir en haut
Kira
Elite d'Illusia

Hors ligne

Inscrit le: 14 Mar 2006
Messages: 505
Date de naissance du personnage: 18/09/1282
Race: Ange Dechu
Arme(s): Shiranui de la Confusion
xp: 134 693
Moyenne d'xp: 266,72

MessagePosté le: 25/02/2018    Sujet du message: Labyrinthe des souvenirs Répondre en citant

[HRP]Quelle violence ! C'est ce RP qui aurait du s'appeler "Dans la douleur" ![/HRP]


Le combat ne dura pas plus longtemps que les deux Illusiens ne l'escomptaient. Kira connaissait déjà plus ou moins les talents guerriers de l'Arenienne. Celle-ci avait maintenant fait ses preuves face à Aidan qui, à la dernière créature tuée, poussa un sifflement d'admiration. Le son irrita l'Ange Déchu, qui le trouvait imitatif du sien. Mais cela, en quelque sorte, ne l'étonnait pas de son confrère sorcier, car il était connu parmi les Elites pour ses capacités d'adaptation et d'imitation. A se demander à quel moment il avait raté sa carrière de Trompeur. Peut-être parce qu'il aimait trop renifler les jupes des filles, ce qui faisait de lui un atout parmi les Traqueurs. Peu importe : Kira le trouvait agaçant.

Quant à Lynn, elle vint directement à lui après avoir achevé son carnage, ce qui ravit l'Ange Déchu, qui se sentit aussitôt préféré à son confrère. Sauf qu'elle tenta de le frapper en plein nez. Doucement, Mademoiselle Sloann... On n’abîme pas la marchandise comme ça, surtout de cette qualité. C'est ce que voulut dire le sorcier pour plaisanter, quoiqu'il le pense plus qu'à moitié. Au lieu de ça, il voulut narguer son partenaire instructeur:


Kira : Tu vois, je te l'avais dis que... (il reçut le crochet en pleine mâchoire) Par les couilles des Gardiens !

Visiblement satisfaite d'elle-même, avec un air presque hautain, Lynn laissa son ancien compagnon de beuverie et de nuits sans sommeil avec son saignement de gencive, non sans un ultime coup de pied dans le tibia en souvenir des souffrances psychologiques qu'il lui avait fait subir.
Maugréant des blasphèmes inintelligibles tandis qu'il se tâtait l'intérieur de la bouche pour vérifier que rien n'était cassé, l'Ange noir entendit malgré lui plus qu'il n'écouta le rire ravi d'Aidan, qui trouvait visiblement la situation très à son goût et à son avantage. Il était presque en train de faire la cour à Lynn. Oubliant ses problèmes de traumatisme mandibulaire, l'homme aux cheveux d'ébène revint vers ses deux coéquipiers.


Aidan : ...Et bien, tu es bien plus douée que je le pensais. A vrai dire, tu es impressionnante !...

Là, il exagérait. Kira haussa les épaules en guise de félicitations. Déjà, parce que la moindre des choses aurait été de lui faire exécuter une série de squats et de pompes pour la punir de s'être attaquée à un de ses instructeurs, et ce en lui grimpant sur le dos histoire de lui faire les muscles, ensuite parce que sa prouesse n'était pas non plus époustouflante. Quoi, ce n'était pas non plus comme si elle avait fait s’effondrer sur ses bases le Palais Maudit, non ? Mais le Traqueur semblait lancé dans son interminable apologie aux faux airs de sérénade et d'ode héroïque. A croire qu'il aimait s'entendre déverser un flot de compliments continu, une notion qui échappait plus qu'un peu à l'Elite Trompeur.

Aidan (plus solennellement) : Félicitations, Mademoiselle Sloan. Il ne manquerait plus que vous nous trouviez un point d'eau, et je parie que la suite se fera toute seule.

Au moment même où il prononçait ces mots, le décor se mit à vibrer et ils retrouvèrent au milieu de galeries de pierre lisse, comme le nid d'un vers géants. Les murs dorés, les tapisseries gothiques, les lustres de cristal et le sol marbré s'en étaient allés comme un lointain rêve de prospérité. Ne restait en témoignage de leur vécu onirique que les morceaux de cadavres féminins autrefois si bien agencés ensemble, là semés un peu partout par l'Orthros. Kira titilla du bout de sa chaussure un pied encore chaussé d'escarpins, détaché de son corps, s'amusant à le faire cliqueter au sol comme auparavant. Bizarrement, ce jeu ne semblait intéresser que lui.
Après une courte pause, ils se remirent en route derrière la postulante Officier. Lynn menait toujours le train d'un pas vif et entêté, presque sec, mais cette fois-ci Aidan la suivait de beaucoup plus près, comme une groupie. Kira restait obstinément à l'écart, plus loin derrière. Pas seulement parce qu'il avait peur de recevoir un coup de pied arrière s'il s'approchait de trop, non. Il tâchait d'évaluer leur chemin, au cas où son coéquipier se révélerait trop obnubilé par la seule femme du groupe pour le faire. Car si la demoiselle les perdait ou si un événement les séparait, il valait mieux pour eux qu'ils puissent se retrouver d'eux-mêmes.

Bientôt, le clapotis d'une source lointaine se fit entendre. La tigresse à l'ouïe fine les y mena, son visage sévère ne daignant jamais accorder un regard au tuteur qui s'était attiré un peu plus tôt ses foudres. Ce qui convenait très bien à celui-ci pour le moment. Ils arrivèrent face à une mare d'eau de taille moyenne, alimentée par des gouttes de condensation au stalactites d'une vaste voûte pierreuse. Le Traqueur se mit à discuter avec Lynn de choses relatives à l'eau du Palais Maudit, mais Kira n'écoutait pas. Il connaissait la plupart des informations que son collègue lui fournissait, pour en avoir discuté avant la mission avec lui, et avoir déjà formé des élèves auparavant. Ses pensées vagabondaient à des sujets pragmatiques, sans rapport à ce qui se passait ici, comme la façon dont il allait dépenser son argent accumulé toutes ces années. Son regard sombre se posa sur l'Orthros et l'Illusien discutant ensemble en se regardant dans les yeux, leurs visages bien trop proches à son goût, le petit sourire d'Aidan... Ce tableau lui sembla grotesque. Mais il détourna le regard en songeant que c'était certainement pour le mieux et qu'il n'avait rien à redire là-dessus.


Aidan : … Oui, tu as raison, l'eau est potable. Bien, tu es très observatrice. C'est quelque chose d'essentiel... je veux dire, de primordial, si tu veux devenir un jour une Traqueuse. N'oublie pas que la finalité de cet entraînement est de pouvoir reconnaître en un seul regard la race et les talents des individus que tu croiseras. Cette haute sensibilité dont tu feras preuve à l'avenir, tu dois l'acquérir ici, même si tu l’affûteras au fur et à mesure de tes missions à venir. A présent, je vais te révéler quelque chose. La plupart des monstres ici sont tous des humanoïdes et dégagent une aura très forte. Si tu veux survivre quelques semaines ici, il te faudra apprendre à les sentir et à les éviter. Ni Kira ni moi ne t'aiderons dans la tâche. Si tu veux en finir vite avec tes adversaires, apprend à les observer rapidement et à déterminer leurs faiblesses. Sois logique et intuitive. Bon, je pense que ce sera suffisant pour aujourd'hui. Je conseille que nous montons le camp ici, le secteur est sans danger pour ce soir. Mais à l'avenir, c'est toi qui choisiras où nous irons et quand nous nous reposerons. Nous ne ferons aucun tour de garde. Si jamais un danger nous guette pendant la nuit, nous avons pour devoir de ne pas t'avertir, tu dois savoir être toujours aux aguets.

Pour le premier soir, également, Aidan montra à Lynn une espèce de tubercule qui poussait dans les coins les plus terreux du Palais Maudit. Il lui confia que ce serait la seule plante comestible qu'il lui désignerait et qu'il était de son devoir d'apprenti de trouver d'elle-même les créatures et végétaux comestibles de ces lieux, quitte à risquer l'empoisonnement. Il lui dit enfin, sur un ton vaguement hautain et crissant aux oreilles de Kira, que normalement en conditions de survie extrême les instincts primitifs se réveillaient et que les animaux sauvages savaient toujours distinguer ce qui les nuisait de ce qui pouvait les nourrir.

En l'absence de quoi faire cuire les tubercules, ils durent les mâcher crus. Ils étaient croquants comme des pommes et durs à mâcher comme du caoutchouc. Leur suc avait un goût désagréable, entre jus d'endive et celui de chaussette molle, mais il fallut s'en contenter. Même s'ils reconnaissaient des espèces meilleures à l'avenir, ils ne devaient de consommer exclusivement que ce que Lynn leur proposait, et ce uniquement après qu'elle y eut goûté elle-même. L'Elite Trompeur espérait simplement qu'elle ne fasse pas exprès de leur imposer des rations d'atrocités infâmes de ce genre les semaines qui suivraient.
L'examen était difficile, certes. Mais d'habitude, il l'était encore plus. Pour avoir déjà vu d'autres élèves le passer, Kira savait que l'examinateur révélait rarement autant d'informations à l'aspirant. L'élève devait normalement agir de lui-même et ne penser que par lui-même, son tuteur et son gardien ne le suivant que comme des ombres passives pour l'évaluer et, à de rares occasions, lui donner quelques objectifs à atteindre.

La ''soirée'' (le temps était difficile à évaluer en l'absence de lumière naturelle) se déroula ensuite dans le calme. Bavard comme à son habitude, Aidan tenta d'engager la conversation à chacun de ses deux compagnons, se souciant peu que ses tentatives prennent fruit ou non, avant de les laisser enfin en paix en s'endormant. Ou presque : il ronflait. Kira resta longtemps couché sur le flanc à dévisager les ténèbres du couloir sur lequel débouchait leur alcôve de pierre moite. Irrésistiblement, son regard glissa vers Lynn, adossée près d'un mur, à contempler le vide comme un écran sur lequel elle déroulait ses amères pensées. La jeune femme ne semblait pas trouver le sommeil.
Il avait envie de la rejoindre, mais savait que ce n'était pas une décision très sage. Ni pour lui, ni pour elle. Il était conscient qu'il l'avait fait sacrément tourner comme une girouette, ces dernières années, entre les périodes extatiques où il la désirait et celles, plus noires, où il la rejetait. La guerrière avait tenté à plusieurs reprises de le poursuivre, elle lui avait même montré de l'attachement. Kira avait piétiné tout cela, le plus cruellement qu'il avait pu. Il le savait, il l'avait voulu : pour qu'elle cesse de le suivre, de nourrir de faux espoirs sur sa capacité à s'attacher à autrui, et surtout à elle. Lors de leur dernière conversation, à la Capitale, des mois auparavant (il ne savait même plus combien), il avait porté le coup fatal à leur relation. Pourquoi ?... Car il avait peur, voilà tout. C'était son karma : aimer puis perdre.

Ne pouvant résister d'avantage à la tentation de renouer un semblant de lien avec la demoiselle, l'Ange Déchu se leva. Il profita qu'ils soient relativement en intimité, les conversations camouflées par le borborygme nocturne d'Aidan, pour aller s'asseoir près d'elle. Bien qu'il la sentit se raidir, elle ne le fuit pas. Ils restèrent ce qui lui sembla presque une heure ainsi, épaule contre épaule. La tension habitait toujours la jeune femme. Finalement, Kira murmura, presque pour lui-même:


Kira : Ca faisait longtemps, hein, Lynn ?

La guerrière ne semblait pas vouloir lui répondre. C'était compréhensible. Il hésita à s'excuser, avant d'imaginer que cela ne ferait que l'irriter d'avantage. Il laissa échapper un soupir et sortit une cigarette et un briquet de ses affaires, avant de reprendre:

Kira : Tu ne devrais pas trop te rapprocher de Aidan... J'ai déjà fait une mission d'Officier avec lui. Je trouve qu'il agit bizarrement avec toi. Je n'aime pas ça.
   
 

_________________
Revenir en haut
Lynn
Officier d'Arena

Hors ligne

Inscrit le: 10 Juil 2009
Messages: 97
Date de naissance du personnage: 23/12/1284
Race: Orthros
Arme(s): Katars aux lames rétractables.
xp: 83 471
Moyenne d'xp: 860,53

MessagePosté le: 26/02/2018    Sujet du message: Labyrinthe des souvenirs Répondre en citant

    HRP : Oh, tu peux aller les rejoindre si tu veux <3. Je suis sûre que Renji serait ravi.

    L'Orthros fronça les sourcils écoutant la voix de l'Ange Déchu lui adresser quelques propos... Était-ce de la jalousie déplacée ? Une inquiétude sincère ? Ou encore une fois, une manipulation subtile venant du côté profond connard qu'il était ? Différentes émotions la traversèrent : la surprise, l'incrédulité ainsi que l'agacement grandissant. Sans compter cette agressivité latente qu'elle ressentait encore, toujours.
    Gardant de faire des commentaires corrosifs, Lynn resta silencieuse fixant les murs d'un air usé. Il n'avait aucun « conseil » à lui donner quant à ses fréquentations. Il lui avait fait comprendre lors de leur dernière rencontre. Ils n'étaient rien, l'un pour l'autre, même pas de simples amis.
    Ce jeu, ce manège dont il était le maître, il semblait vouloir reprendre la partie. Mais cette fois-ci l'Orthros était bien décidée à laisser toute cette histoire derrière elle : ne plus subir cette vague répétitive de suis-moi-je-te-fuis/de fuis-moi-je-te-suis, ne plus voir ses sentiments piétinés comme à chaque fois.
    Fatiguant.
    Agaçant.
    Usant.

    L'Arenienne le fixa allumer sa cigarette qu'il ne tarda pas à porter à sa bouche. L'odeur lui attaqua aussitôt le nez et tandis qu'elle levait les yeux au ciel, elle lui arracha la clope des mains, l'écrasant sur le sol. Elle avait hésité à lui écraser sur la main mais s'était retenue. Apparemment surpris, il ne dit rien, la fixant. Elle le fixait également, ses yeux bleus le dardant d'un regard sévère.


    « Tu peux garder tes inquiétudes pour toi. Tu l'as dit. On a plus rien à se dire. »

    L'Orthros se releva et s'écarta sans se retourner. Au passage, elle lui cracha sur un ton acerbe et odieux :

    « Et tu peux aller te faire foutre. »


    Le reste de la "nuit" se passa dans un silence austère. Lynael eut le sommeil léger, parfois, elle se sentait observée, peut-être par Kira, Aidan, ou bien par les murs. Le vent s’immisçait dans les parois, laissant l'impression de murmures incessants. Parfois, il lui semblait même sentir les surfaces se mouvoir légèrement. Le Palais portait bien son nom après tout. Elle avait l'impression de se sentir dans une entité vivante, la digérant lentement tout en s'amusant à la perdre dans ses sinueux intestins.
    La nuit n’avait pas été de tout repos pour l'Orthros. Ses pensées avaient vagabondé amèrement sur ses souvenirs, sur les futurs temps à venir, sur cette épreuve... Néanmoins, elle espérait en finir au plus vite. S'éloigner le plus rapidement possible de son propre maléfice ; cet être qui la tourmentait. Sloan réveilla son tuteur d'une petite tape sur l'épaule. Il mit un petit temps à émerger, si bien qu'elle du réitérer son geste, sans violence. Et bien sûr, elle fut nettement agréable envers l'autre Sorcier, qui fut réveillé de manière un peu plus brutale et glaciale. En effet, Lynn avait décidé de lui déverser le contenu de la gourde, la lâchant au passage sur le visage de sa victime. Aidan lâcha un rire furtif avant de -prétendre- gronder la guerrière. Celle-ci ne s'excusa point, leur donnant au passage de nouvelles tubercules. Elle prit soin de donner la plus juteuse à Kira tandis que le Traqueur lui donnait de plus amples directives sur leur journée.

    Il fallait qu'elle trouve de quoi boire et manger. Autre chose que des racines serait bienvenue, mais elle n'espérait pas grand chose en ces lieux. Peut-être diverses baies ou champignons empoisonnés, mais elle n'avait pas oublié qu'elle se devait de goûter la nourriture avant de la donner à ses formateurs. Contrairement à la veille, Aidan resta en retrait cette fois-ci, non loin de Kira. Peut-être s'écartait-il pour éviter de donner de plus amples d'indices à son élève.
    Ils durent marcher une heure et demie ainsi. Les pieds de la guerrière la dirigèrent dans les dédales incertains de ce Palais Maudit. Elle se concentrait sur les sons, les murmures qu'elle distinguait, espérant ainsi leur éviter des rencontres inattendues et non désirables. 


    Lumière.


    Lynn les avait mené dans une pièce éclairée ; sa main se plaça devant son visage, essayant de filtrer la forte luminosité. Un trou béant se situait sur le plafond de cette pièce, laissant à la fois apparaître la douce lumière du jour, et quelques racines garnies qui semblaient vouloir envahir les lieux. D'autres plantes cloisonnaient les parois de la pièce. Les deux Illusiens décidèrent de se caler dans un coin afin de ne pas l'influencer. Cependant, elle les entendait vaguement marmonner. Ne les écoutant pas, elle se rapprocha d'un mur ou de nombreuses fleurs, fruits ressemblant à des litchi et lianes s’entremêlaient. Peut-être que ces fruits diaphanes aux reflets violines étaient comestibles.
    Avec prudence, elle en arracha un. Elle entreprit de l'ouvrir pour humer le parfum. L'odeur n'était en point désagréable, une touche douce et sucrée à la fois. Mais en ces lieux, tout était trompeur. Méfiante, l'Orthros se demanda si une si belle apparence ne cachait pas un doux poison... Après tout, cela était pareil avec les hommes et femmes. Une belle apparence pour un comportement odieux. 
    Lynn le savait; elle était odieuse et caractérielle. Une liste non exhaustive commençait à faire éruption tandis que son regard se perdait sur le mur végétal. 


    Brille.

    Une faible lueur capta le regard de l'Orthros. Derrière les lianes, on pouvait distinguer une sorte de masse. Curieuse de savoir de quoi il pouvait s'agir, elle y passa la main, cherchant à ramasser ledit objet. Peut-être allait-elle perdre un doigt, la main... Mais non, il s'agissait bel-et-bien d'un objet. Le contact lui fit penser à un sac. La lourdeur de celui-ci lui indiquait qu'il contenait quelque chose. Sa main fût griffée par quelques épines mais elle ne tarda pas à récupérer le précieux butin.
    Du sang séché ornait la besace et une broche semblait attachée. Cédant à sa curiosité, elle l'ouvrit, révélant une sorte livre. Le cuir et le loquet cuivré semblait être attaqués et usés, comme attestant de leur authenticité. Observant un peu plus précisément la chose, Sloan remarqua que le sol aux teintes grisonnantes étaient un peu plus pourpre, un peu plus sanguin sous ses pieds. Quelqu'un s'était certainement vidé de son sang ici, laissant son sac et journal caché derrière ces quelques plantes. Ses yeux fatigués balayèrent les environs. Mais autour, aucun ossement. Peut-être avait-il été totalement ingéré par les créatures environnantes ou par le palais lui même.

    Haussant les épaules sans réellement faire attention aux deux Illusiens, Lynn entreprit d'ouvrir le livre. Tout comme le sac, il avait été baigné dans du liquide carmin. Les bords de pages y étaient totalement imbibés et un vieille odeur nauséabonde s'en échappait. Curieuse, elle commençait à feuilleter. Il s'agissait d'un journal datant d'il y a quelques années. Une mission réunissant les deux écoles avait eu lieu ici selon les écrits. Un certain Alberto, Ainsel, Lulu... Elle tiqua sous l'écriture du nom Renji. L'ancien amant de sa colocataire. Peut-être devait-elle lui apporter sa trouvaille ?
    Absorbée par ses pensées, elle sursauta quand quelqu'un apposa une main sur son épaule. Fermant l'ouvrage et se tournant, Aidan la dévisagea avec un sourire au lèvre. Elle n'avait pas senti une once d'hostilité, raison pour laquelle elle n'avait pas réagi plus tôt.


    « N'oublies pas de toujours rester alerte. Chose à laquelle l'Orthros acquiesça d'un léger signe de tête presque désolé. Tu as trouvé quelque chose d’intéressant ? Oh de la lecture. Tu peux garder ça pour l'instant, j'y jetterai un coup d’œil plus tard. Bon, nous avons une nouvelle tâche pour toi... Notre ami Kira (Lynn grinça des dents essayant tant bien que mal, de masquer son air désenchanté) va aller se cacher dans le Palais Maudit et tu auras pour mission de le retrouver. Je te jugerai sur plusieurs critère : ta rapidité, eh oui, ça serait dommage qu'il ne meure de faim ou qu'il se retrouve définitivement perdu... ou encore la qualité de ton exécution. Par là, je veux dire que si tu peux, tu dois éviter tout combat ou rencontre inutile. Bien. Je vais aller prévenir notre ami et lui donner plus d'amples directives. »

    Sloan hocha affirmativement la tête bien qu'intérieurement, ses pensées étaient toutes autres. Profondément désabusée, elle laissa ses pensées errer quant aux nombreuses possibilités. Que se passait-il si elle venait à échouer son épreuve ? Si délibérément, elle se refusait à retrouver l'Ange Déchu tout en priant qu'il se fasse avaler par les murs ? Possiblement rien, elle se verrait juste renvoyer à Arena, tandis que le Traqueur irait récupérer l'autre Élite sans difficulté...
    Ses yeux se posèrent sur le derrière du Traqueur qui s'écartait... Elle jurerait avoir déjà vu ce même dos avant... sans vêtements.
    Rester concentrée. Elle tentait de se répéter cela, tandis que Kira s'éloignait dans les méandres de ces lieux maudits...

_________________
Revenir en haut
Kira
Elite d'Illusia

Hors ligne

Inscrit le: 14 Mar 2006
Messages: 505
Date de naissance du personnage: 18/09/1282
Race: Ange Dechu
Arme(s): Shiranui de la Confusion
xp: 134 693
Moyenne d'xp: 266,72

MessagePosté le: 28/02/2018    Sujet du message: Labyrinthe des souvenirs Répondre en citant

Aidan: Qu'est-ce qui t'arrive, Kira? T'as pas l'air en forme.

L'Ange Déchu sortit une nouvelle cigarette de son étui avec un geste irrité, le dos à demi-tourné par rapport à l'Elite. Dans le recoin de son champs de vision, Lynn semblait batifoler gaiement avec la flore locale et se livrait à des observations archéologiques inintéressantes aux yeux de ses deux compagnons. Tout en allumant sa clope, le sorcier répondit à son camarade si inquiet à propos de sa santé.

Kira: Tu peux garder ta sollicitude pour toi, Aidan.

Loin de s'offusquer, le Traqueur partit dans un petit rire presque ravi qui donna aussitôt des frissons meurtriers à son acolyte. Kira tira une longue bouffée de sa cigarette, les dents serrés, le regard détourné. Le rire de son partenaire lui donnait une sérieuse envie de le secouer comme un prunier, puis de lui frapper les testicules jusqu'à ce qu'il pleure : voilà qui ferait une mélodie bien plus en accord avec les lieux, avec leur situation. A tout, en fait. Alors que les gloussements niais que sortait ce plaisantin...
Sensible malgré les apparences aux émotions d'autrui sans être empathe, Aidan reprit de la contenance et s'adoucit en voyant la contrariété de son partenaire. Il donna une étreinte virile aux épaules de celui-ci avec un bras, croyant l'égayer ainsi. Ce jeu, emprunté au stéréotype de bonne entente masculine, manqua de rendre complètement fou Kira, qui se dégagea avec un claquement de palais et un regard noir. Apparemment désireux de le titiller jusqu'au bout, Aidan se plaça face à lui sans se départir de son grand sourire qui devait faire tomber raides mortes un tas de pucelles sur les pavés d'Illusia. Dans tous les sens du terme.

A deux doigts d'en découdre, le Trompeur écrasa sa clope sans la terminer sous ses semelles et croisa les bras, jaugeant son ''rival'' avec une froideur infinie et une colère indéfinissable. Premièrement, ce type ne lui revenait pas. Toutes les fibres de son corps, sans parler du crissement de son rire, étaient répulsives pour l'Ange noir. Deuxièmement, le regard appuyé de Lynn sur les fesses du Traqueur ne lui avaient pas échappé (cette perverse pouvait bien lui faire la morale, elle ne savait pas mater discrètement). Troisièmement, ces deux là cachaient quelque chose, dans leur complicité et leur façon indécente de se détailler. Et quatrièmement... y avait-il vraiment besoin de raisons supplémentaires pour en arriver aux nécessités qui vont suivre ?

*Ténèbres*

Cela faisait longtemps que le jeune Sakuya n'avait pas utilisé ses pouvoirs. En libérer les vannes lui donna un certain plaisir de puissance, notamment lorsqu'il sentait son esprit subjuguer celui de sa victime et avoir pleine possession de ses souvenirs, même les plus tabou. Toutes les choses indécentes qu'il aurait pu découvrir sur ce prétentieux... Tout ce qu'il pouvait décider de lui faire subir, à l'infini. Mais poussé par sa curiosité malsaine Kira se contint aux souvenirs récents, tâchant de retrouver l'image de Lynn entre eux. Pendant ce temps là, pour ne pas s'épuiser, il laissait l'esprit d'Aidan dans une boîte noire dans laquelle celui-ci, comprenant qu'il était victime du pouvoir de l'Ange Déchu, resta étrangement calme. Avait-il les moyens de s'en libérer s'il le souhaitait ? Le sabreur ne connaissait rien du pouvoir de son confrère et contrairement à lui, il n'avait pas les capacités de le deviner au premier regard. Peu importe.
Un flash. Kira la voit comme au travers de ses propres yeux. Lynn... Une Lynn éméchée, un peu débraillée (vu l'état de ses cheveux, on dirait qu'elle sort d'un concert de métal à faire du headbang), particulièrement engageante et sauvage. Une courte vision qui rappelle à l'Ange Déchu quelques scènes fiévreuses de leur relation décousue. Inutile de vous décrire ce que notre ami emplumé vit dans le détail : non seulement cela heurterait la pudeur de certains, mais ce serait du voyeurisme, sans compter qu'on n'étale pas comme ça la vie sexuelle d'autrui. Oups, un indice a été donné. Mais enfin, restons entre gentlemen, messieurs. Comme les plus perspicaces d'entre vous ont dû le deviner, la scène faisait intervenir quatre acteurs : Aidan, notre bien aimé casse-pied de service, Lynn ou plutôt son double maléfique, alcolo-Lynn, avec une personnalité radicalement différente, un lit grinçant d'auberge quelconque, un tonneau de whisky. Les ingrédients d'un cocktail molotov qui enflamma définitivement le sang-froid de l'Ange Déchu. Celui-ci perdit le contrôle plus qu'il ne rompit le lien entre son esprit et celui de sa victime.
Le contre-coup l'avait vidé de presque la moitié de son énergie


Aidan: Ce n'est pas la peine de t'emporter ainsi, tu sais. C'est encore toi qu'elle préfère, ça se voit. Mais vu la façon dont tu agis avec elle (et avec moi), ce ne sera pas longtemps le cas, je peux te l'assurer. Tu devrais être plus patient, moins agressif...

Etait-ce un conseil d'ami pas très subtilement glissé, ou une menace impertinente de jeune connard inconscient ? Kira ne chercha pas à trancher.

Kira: Touche à ton cul, Aidan, tu connais l'expression?

Aidan (riant): Ce n'est pas la peine d'être si vulgaire, mon vieux. Et puis, tu peux parler, avec ce que tu viens de...

Kira (avec un grand sourire aimable): Ecoute, petit con, si tu veux pas que je touche à ton cul (et crois moi, ça risquerait de te déplaire) ou à ta petite cervelle, évite de me provoquer. Je me fiche bien que tu aies fricoté avec Lynn, surtout pour qu'elle t'appelle par mon prénom. Elle choisira en toute sobriété celui dont la compagnie lui déplaît le moins et si c'est toi, ça voudra tout simplement dire qu'elle a mauvais goût.

Sur ce final, le Trompeur s'éloigna finalement dans les dédales du Palais Maudit, non sans un certain soulagement. Trop préoccupée par ses calculs de circonférences de postérieurs, Lynn n'avait rien remarqué de cette altercation.
Ellipse à la con. Un seul fait à retenir : une heure plus tard, Kira était loin de son point d'origine.

S'il avait quelqu'un à qui se confesser à cet instant, il avouerait que le voile rouge qui avait obstrué quelque peu sa vision pendant toute sa marche ne l'avait pas tout à fait aidé à se repérer et qu'à un ou deux tournants près, il était à peu près perdu. Mais bon, le but premier de son égarement hors du trinôme n'était pas de faire des prouesses en orientation sur un terrain on ne peut plus versatile, mais bien de s'enfoncer dans le labyrinthe du Palais et de s'y dissimuler le plus habilement possible. Un rôle qui ne lui revenait pas au hasard : il savait en effet se fondre dans un décor, pas seulement parce qu'il avait un goût pour les jeux de cache-cache; il était aussi capable d'étouffer sa présence et de tromper l'instinct de plus d'un guerrier ou sorcier aguerri, capable en quelque sorte de pressentir le danger autour d'eux. Cet environnement-ci lui donnait certes plus de fil à retordre que la Capitale, par exemple, où la foule et les nombreuses boutiques regorgeant d'accessoires qui lui donnaient un éventail sans limite de choix pour se soustraire à la vue d'un poursuivant, par exemple. Le danger de plus dans ce lieu vivant où il se trouvait était que, par exemple, une armoire qui se trouvait là par hasard n'était pas "vraiment", une armoire. S'il s'y cachait, l'armoire pouvait très bien se transformer en mur, ou en gosier d'une quelconque créature. Mais enfin... la saveur de la vie serait bien fade sans le piment du risque, non ? Un argument qui justifiait sans doute son choix curieux pour les femmes dangereuses.

En parlant de danger public avec ovaires intégrés, Lynn devait déjà être à sa poursuite, en supposant bien entendu qu'elle n'ait pas décidé que c'était l'occasion rêvée pour ne plus jamais entendre parler de lui et rester tranquille avec l'autre imbécile heureux. Mais non, assez rapidement en fait, peut-être à peine une vingtaine de minutes plus tard, elle se trouvait dans la salle où il était. Finalement, peut-être qu'elle avait vraiment le flair, pour être Traqueuse. Mais pour le trouver, c'était encore un autre exploit: il était sous sa forme de tigre noir, enroulé sur lui-même dans un vase pas très grand qui ornait l'entrée de la pièce onirique. Les grandes roses fanées en dépassaient toujours naturellement, déjouant l'idée que quelqu'un aurait pu se trouver là-dedans. Sans compter que la cachette était saugrenue et peu confortable, même sous la forme souple d'un félin.
Il ne pouvait la voir et l'entendait assez mal de l'intérieur de son pot de fleur. Il se demandait si elle se trimbalait toujours avec ses trouvailles archéologiques... D'abord, pourquoi est-ce que ça l'intéressait ?

Restait à présent à savoir si la jeune demoiselle le trouverait et, dans le cas échéant, si elle l'aiderait à sortir. Il faudrait alors qu'il récupère ses fringues, cachés ailleurs dans la pièce, soigneusement pliés à l'abri de la poussière dans une autre cachette. Et tout cela bien entendu idéalement, sans l'apparition du moindre pathétique petit monstre.

_________________
Revenir en haut
Lynn
Officier d'Arena

Hors ligne

Inscrit le: 10 Juil 2009
Messages: 97
Date de naissance du personnage: 23/12/1284
Race: Orthros
Arme(s): Katars aux lames rétractables.
xp: 83 471
Moyenne d'xp: 860,53

MessagePosté le: 05/03/2018    Sujet du message: Labyrinthe des souvenirs Répondre en citant

    « Que dirais-tu d'un rendez-vous après ta formation ?  Si tu réussi ton épreuve avec brio, je t'invite dans un des meilleurs restaurants de la Capitale et ensuite, je pourrai te rafraîchir la mémoire quant à la soirée que tu sembles avoir oubliée... »

    Lynn regarda le Traqueur avec un air indescriptible ; un mélange de gêne, d'incertitude, de trouble. Presque outrée, elle repensa à ces dires, ces bribes d'indices qu'il avait lâché de temps à autre et ce, depuis le début de cette formation. « Soirée » ? Oh. Hm. Une vague impression de déjà-vu s'était emparée d'elle lorsque le Traqueur s'était tourné auparavant... Se pourrait-il que... Avec lui.. Probablement que oui...
    Se sentait-il insulté que l'Orthros n'en ai gardé aucun souvenir ? Était-ce parce que l'expérience avait été des plus anodines ? Banale ? Peu mémorable... ?
    Quel alcool ? Quel quantité ? Quel bar ? Quel musique ? Quelle position ? S'était-elle monumentalement fracassée le crane contre la tête de lit au point d'en perdre ses souvenirs ?
    À moins que lui et l'Ange Déchu ne soient de pair et aient concocté cette stupide blague ensemble... Cependant, aucune trace de malice ne semblait s'échapper du Traqueur...


    Doute

    L'Orthros n'aimait pas ça. Cette formation était en train de prendre une tournure personnelle. Trop personnelle. Trop d'interaction.
    Avant d'être jetée dans ce palais avec ces deux Illusiens, la demoiselle s'était préparée psychologiquement au minimum. Le minimum étant : avoir à répondre à des questions basiques, écouter -ou feindre d'écouter- sans apparaître trop indifférente aux conseils et ordres de ses formateurs. Elle s'était même entraînée à simuler la surprise et l’intérêt sur son visage... Mais avec ses maigres talents de comédienne... Puis il y avait Kira se jouant -encore- d'elle et Aidan essayant de lui faire du charme...
    Elle aurait dû s'y attendre ; le hasard ne fait jamais bien les choses. À croire que l'Entité -si tant est qu'il y en ait une- qui les surplombe s'amuse passablement à se jouer d'elle.

    En guise de réponse, la guerrière s'était contentée de le fixer longuement l'air un peu perdu. Elle finit par se détourner prétextant devoir répondre à l'appel du devoir. Il rit, répondant qu'il n'attendait pas la réponse immédiate et qu'il réitérerait sa proposition dans les jours à venir...
    Devait-elle se sentir flatter ?


    Confuse.

    Lynael laissa ses pas déchirer les corridors du Palais Maudit. Retrouver Kira s'annonçait plutôt aisé ; elle avait juste à suivre le flot de phéromones qui suintait dans l'espace... Mais l'envie était toute autre. Elle espérait ne pas le revoir, qu'il disparaisse éternellement dans les dédales de cet édifice et qu'elle n'entende plus jamais parler de lui. Elle retournerait de temps à autre à la Capitale, accompagnée ou non de ses colocataires pour descendre quelques bouteilles. Barils. Malheureusement, ce plan était compromis d'avance ; il y avait de fortes probabilités qu'il ne soit pas perdu et, si c'était le cas, il ne serait pas étonnant de voir Aidan aller le récupérer...
    Pouvait-elle lui demander cette faveur ? Ce rendez-vous contre... laisser le Trompeur dans ces lieux ? Pour justifier ça auprès des écoles... Comme dit précédemment, un « accident » peut si vite arriver...

    Ses pas se stoppèrent dans une pièce des plus étranges. Des colonnes, des tableaux, des alcôves... Du mobilier, sans compter d'innombrables vases ornés de fleurs fanées...
    Un léger trouble s'empara de l'Orthros. Celle-ci se figea devant un vase décoré de roses desséchées... Un souvenir furtif de roses rouge-sang la traversa. Un soupir interrompit ses pensées, ce qui surpris le Traqueur qui l'interrogeait d'une mine interrogative auquel elle répondit d'un léger signe de tête.


    « Si ça ne te dérange pas, je souhaiterai jeter un coup d’œil à la sacoche que tu as précédemment trouvée. »

    Sitôt demandé, ledit sac finit dans les bras d'Aidan qui s'élança à la vague lecture tandis que Lynn continuait ses recherches avec un air totalement désintéressé. Elle sentait bien que cet Ange noir était dans les parages, il devait certainement se jouer d'elle, d'un air de dire « Tu ne me trouveras pas ! ». Ou peut-être était-il déjà dans l'estomac d'un monstre qui traînait dans le coin...

    À fouiller dans les parages, l'Orthros fit une étrange découverte : des vêtements. Ceux de Kira sans nul doute. Dissimulés dans un tiroir à double fond, elle aurait certainement manqué cela si l'odeur -ou bien le claquement distinct d'une boucle de ceinture- ne s'était pas manifesté.
    Oh. Si les vêtements de l'Illusien étaient ici... Cela voudrait dire que actuellement, l'Ange noir est... nu ?
    Sans pensées perverses, un sourire se dessina sur le visage de la guerrière...
    Accroupie, ses mains se perdirent sur le pantalon, plus précisément sur les poches. Puis, alors qu'elle se saisit du briquet, surpris de la voir sourire et farfouiller délibérément dans des affaires qui ne sont pas les siennes, Aidan s'approcha.


    «  - Je peux savoir ce que tu fais ? Ah, ce sont les affaires de notre ami ?
    -  Oui. J'ai froid. Ce sont des matériaux inflammables... »

    Non, elle n'avait pas froid. Et elle savait éperdument que faire un feu dans les environs ameuterait les créatures du coin. La vengeance était un plat qui se mangeait chaud, brûlant, et tant pis si Kira se retrouvait nu pour le reste des jours à venir. Très mauvaise menteuse, le Traqueur devait se douter que la vérité était bien loin de là mais il se contenta de sourire en haussant les épaules se ré-interessant à sa lecture.
    Mais, alors qu'elle se préparait à embraser les vêtements du Trompeur, une étrange sensation lui déchira l'échine. Étaient-ils en danger ? Ou était-ce une fabulation de son esprit afin de ne pas assouvir sa vengeance d'une manière totalement puérile ?
    L'Orthros se redressa dardant les lieux d'un regard accusateur. Fronçant les sourcils, elle tourna sur elle-même, jaugeant la situation. Aidan restait impassible, ne voulant pas donner d'indices à son élève.
    Quelque chose semblait se mouvoir dans cette pièce... Était-ce le vent qui, soulevant la poussière et murmurant dans les alcôves créait cette impression de murs qui bougent... ? Ou bien juste un moment de fatigue ?
    Les murs mouvaient réellement ; le sol également, s'agitait, de manière furtive. Le plafond également, semblait s'abaisser... Le grand lustre tremblait légèrement, ses ornements se rapprochant peu à peu des décorations diverses.
    Le Palais maudit était truffé de monstres, pièges... L'Orthros souffla, mécontente. Apparemment, il fallait qu'elle presse le pas pour dénicher Kira de sa cachette et les extirper au plus vite de cette fichue pièce. Elle attrapa le bras du Traqueur, lâchant sur un ton revêche :


    « On sort d'ici. Je n'ai pas envie de finir broyer. Voyant que celui-ci se préparait à rétorquer l'initiale tâche de sa quête du jour, Lynn enchaîna :  Je sais. Je dois d'abord trouver ce c... Kira. »

    Elle se tourna alors vers les nombreuses et possibles cachettes ornant la pièce piégée. Ses pas l'avaient entraîné ici et elle était sûre que l'Illusien s'y cachait. Outre les murs mouvant, il lui avait semblé repérer, quelques minutes plus tôt, une anomalie avec un des énormes vases présent dans la salle...

    Roule.

    Aidan ouvrait la marche, se conformant aux indications de l'apprentie avec un air amusé collé sur son visage. Derrière, Lynn qui, avec difficultés, poussait un énorme vase. À l'intérieur, une masse difficilement visible grognait sans pour autant pouvoir s'y extraire. En réponse aux nombreux grognements, l'Orthros feula sévèrement, comme pour imposer le silence. Rapidement, ils quittèrent la pièce qui rétrécissait au fur et à mesure et lorsqu'ils dépassèrent la porte, celle-ci se referma aussitôt dans un vif claquement. Divers sons de fracas se firent entendre tandis que la demoiselle stoppa son effort. Ils étaient en haut d'un corridor délivrant sur un escalier en marbre sculpté. Sur les murs, des dorures ornaient les nombreux masques divers et tableaux anciens. Des feux-follets déchiraient le champ visuel de couleur bleuté, iridescent, changeant. Aucune hostilité ne se faisait sentir, pour l'instant, même si les masques accentuaient un certain sentiment d'angoisse.

    Reprenant son souffle car il n'était pas aisé de pousser un vase géant, contenant un immense tigre (qu'elle n'avait toujours pas daignée sortir de sa cachette), le regard de l'Orthros qui avait balayé les lieux se posa successivement sur trois choses : Aidan, l'escalier, le vase... Puis sur l'escalier, le vase...
    Sans attendre la désapprobation du tuteur, les mains de la guerrière vinrent à pousser le contenant qui, dans le mouvement, ne tarda pas à rouler sur le tapis grisâtre pour ensuite dévaler et embrasser, aussi violemment que possible, la raideur de l'escalier. La Vengeresse, bras croisées, se délectait du spectacle. Le Traqueur quant à lui adoptait une mine un peu plus empathique, se crispant à chaque rebond. Il lâcha même un petit « Outch » lorsque la porcelaine se fracassa.
    En contrebas, le tigre noir étalé de tout son long laissa s'échapper un rugissement plaintif.

_________________
Revenir en haut
Kira
Elite d'Illusia

Hors ligne

Inscrit le: 14 Mar 2006
Messages: 505
Date de naissance du personnage: 18/09/1282
Race: Ange Dechu
Arme(s): Shiranui de la Confusion
xp: 134 693
Moyenne d'xp: 266,72

MessagePosté le: 08/03/2018    Sujet du message: Labyrinthe des souvenirs Répondre en citant

Ce qui se passait au cours de cette formation d'Officier méritait d'être diffusé sur BFVelm-TV avec un gros titre larmoyant du genre "Martyre d'un animal innocent au Palais Maudit : mais que fait la SPA ?" ou encore le révoltant "Arena, Illusia, le respect perdu des aînés" sans compter le très controversé "Comment j'ai tué mon ex / épisode 3 : en le balançant dans des escaliers coincé dans un vase". Pourquoi pas ? Cela aurait probablement autant de succès, voire plus encore, que l'inconsistante télé-réalité "Les Iles Terribles de la Tentation" qui, par ailleurs, n'avaient même pas le mérite de se passer réellement sur le dangereux archipel (pour des raisons de sécurité des acteurs, soit-disant, pourtant selon l'avis de la plupart l'émission y gagnerait en piment et pluies de tripes, ce qui augmenterait considérablement son audience déjà tristement à crever le plafond. Mais apparemment, un autre programme exploite déjà une idée proche en envoyant des incompétents tenter de survivre sur une île un chouilla hostile. Comment s'appelait-elle déjà ? Koh-... quelque chose. Ou bien c'était Fortmachintruc.)
Abrégeons. Tout cela pour témoigner de l'état d'incrédulité et l'indignation dans lequel Kira se retrouva, après avoir été roulé contre son gré sur plusieurs mètres, à se sentir rouler encore plus vite avec la sensation qu'on lui tapait dessus avec un marteau. Et pour cause : Miss Sloan l'avait poussé dans un escalier, au bout duquel le vase se fracassa en morceaux, laissant le pauvre tigre coincé à l'intérieur se cogner la tête dans une roulade qui le rattrapa disgracieusement quelques pas plus loin, complètement sonné, le pelage en désordre et recouvert de petits fragments de céramique.


Kira : Ca va pas non ?!

C'est ce qu'il voulut hurler à ses deux acolytes, mais sous sa forme animale il ne put émettre qu'un grognement de protestation, très compréhensible cependant. Aidan sembla prêt à répondre, mais se contint à temps avec l'expression d'un enfant qu'on a failli prendre à faire une bêtise. A côté de lui Lynn feula à nouveau pour toute réponse, les bras croisés. Dans son regard brillait une lueur d'amusement et de satisfaction qui achevèrent d'exaspérer le Trompeur déjà moralement fatigué et dont le corps félin était tout courbaturé. Avec un soupir, il s'assit sur ses pattes arrières et entreprit une toilette sommaire de ses poils ébouriffés. Faire le baby-sitter était décidément le plus ingrat des métiers. Moitié-hilare moitié-désolé, c'est-à-dire mi-connard mi-con, Aidan l'avait rejoint pour lui conter dans le détail les "exploits" de leur élève au cours de la Traque et ce qui en avait résulté. Kira s'en fichait à peu près à l'ignorait soigneusement, sa queue noire fouettant le sol avec la même éloquence qu'un bras d'honneur.

Soudain, tandis qu'il se passait un nouveau coup de langue rapeuse sur ses coussinets, il réalisa qu'il lui manquait des artefacts qui avaient leur importance : son arme et ses vêtements. Il se redressa sur ses quatre pattes et regarda ses deux collègues les pupilles dilatées, reniflant l'air avidement. Il vit qu'Aidan s'était appuyé sur Shiranui comme une canne, ce qui le rassura et provoqua sa colère dans le même temps. Ses vêtements, eux, étaient introuvables. L'expression corporelle de son inquiétude pour ses objets perdus devait être assez compréhensible puisque le Traqueur se tourna vers Lynn avec un petit sourire matois.


Aidan : Oh, as-tu pensé à prendre les vêtements de notre ami ?

Kira claqua des mâchoires au mot "ami", regrettant probablement de ne pas les enfoncer dans le cou de celui qui avait eu l'idée de prononcer ce mot dissonant, mais il perdit de sa contenance en voyant l'Orthros répondre à la négative de la tête.
Le tigre noir grogna, sans que cela ne lui ramène ses beaux vêtements perdus à jamais dans les entrailles du Palais Maudit.


~ Vous l'aurez voulu... ~

Autant qu'il le pouvait sous sa forme actuelle, le Trompeur haussa les épaules et, se concentrant, commença à reprendre peu à peu forme humaine dans le plus simple appareil, sans doute son meilleur atout mais pas dans toutes les circonstances. Dans cette circonstance ci, et bien, difficile de savoir si les réactions lui étaient favorables ou non : en tout cas, il semblait qu'il faisait plus d'effet à Aidan, qu'à Lynn, ce qui était quelque peu inquiétant à son goût. Pas pour Lynn, qui le regardait fixement les bras toujours croisés, l'air de vouloir lui montrer qu'il en fallait plus que ça pour l'impressionner. Ou alors était-ce parce qu'elle l'avait trop vu dans sa tenue d'Adam ? Pourtant, cela faisait un moment... Bref, ce n'était pas Lynn qui l'inquiétait mais clairement Aidan. Il l'avait menacé de toucher à ses fesses et il ne voulait pas que la menace se retourne contre lui.
C'est sous l'astre du meilleur gag de l'année que celui-ci lui annonça par ailleurs qu'il avait en fait caché les vêtements de Kira sous sa cape et donc que la scène de nu qui venait de se produire était parfaitement inutile. Une nouvelle preuve qu'il avait absolument voulu voir ses attributs, sans doute pour les comparer aux siens et savoir qui avait les meilleurs avantages physiques pour plaire à la demoiselle ici-présente. L'Ange Déchu haussa les épaules et tandis la main pour que son confrère ait l'aimabilité de lui rendre ses biens, ce qu'il fit sans hésiter. Kira lui saisit alors le poignet, le tira vers lui et lui assena un coup de poing en plein nez. C'était la deuxième fois que le sang coulait de cette façon pendant leur mission, mais cette fois-ci le sorcier s'en trouva ravi.

Le soir même, Lynn les fit s'arrêter dans une salle de grande envergure, qui ressemblait à une cave complètement vide, creusée à même la roche, et dans laquelle brillaient au plafond de petits cristaux phosphorescents à la douce pâleur violine. Une couleur mélancolique qui semblait plaire à l'Orthros, qui coulait de long regards vers le plafond, accroupie dans son coin. N'ayant pas envie de sociabiliser plus que ça ce soir, surtout pour se prendre un râteau ou un coup-bas comme la guerrière les appréciait, Kira alla s'allonger aussi loin d'Aidan que la pièce le leur permettait. Il se coucha sur le dos, bras croisés derrière la tête, et se perdit lui aussi dans la contemplation du plafond qui faisait office pour eux de ciel étoilé. Ce n'était pas désagréable. Ce violet était doux et apaisant... Il semblait bercer l'âme en lui promettant un sommeil réparateur, ce qui était rarement le cas ici. Kira n'avait même pas envie de fumer, contrairement à l'habitude à cette "heure"-ci. Sans prévenir, cette couleur améthyste rappela à l'Ange Déchu la couleur parme des yeux d'Ainsel. Il se redressa brusquement, comme poignardé par le souvenir, et serra les poings sans prononcer le moindre mot.

Comme par un malheureux hasard, à côté de lui se tenait Aidan. Kira lui jeta un coup d'oeil en travers sans lui prêter plus d'attention. Il ne l'avait pas entendu approcher... Celui-ci lui tenait le carnet tout abimé que l'archéologue en herbe du groupe avait trouvé lors de ses fouilles improvisées dans les couloirs du Palais Maudit. Pourquoi diantre tout le monde voulait-il qu'il s'intéresse à des vieilleries toutes moisies ?


Aidan : Tu devrais lire. Il y a quelque chose pour toi dedans.

Vraiment ? Sceptique surtout face au Mister Gag du groupe, le sorcier tendit lentement la main et ouvrit avec un manque évident d'entrain le carnet en question. Il s'attendait presque à ce que quelque chose se jette à sa figure, tant son camarade semblait prompt aux plaisanteries de mauvais goût. Mais non, il n'y avait pas de farces et attrapes dans ce qui semblait être un journal de bord de mission. Deux noms frappèrent instantanément son regard.
Renji.
Le nom d'une personne qu'il souhaitait voir rôtir pour toujours dans la Prison de Feu. Puis aussitôt, avant même qu'il ne formule de noires idées :
Ainsel.
Sous la surprise, il lâcha le livre, qui tomba à terre dans un bruissement de feuilles. Lynn tournait un regard légèrement interloqué vers eux. Les mains légèrement tremblantes, Kira leva les yeux vers Aidan, qui le dévisageait pour la première fois avec sérieux, le regard empli d'une compassion qui sonnait comme de mauvais augure pour l'Ange Déchu. Celui-ci se leva et, emportant le journal avec lui, s'éloigna dans les dédales du Palais Maudit. Son besoin viscéral de fumer l'étouffa et il dut allumer une cigarette et inhaler profondément sa fumée pour pouvoir respirer de nouveau correctement. Etrange, de toujours oublier que le Palais Maudit était son tombeau, à elle... Le jeune homme trouva un coin où s'asseoir ou il se sentit plus en intimité, et attaqua sa lecture l'estomac noué.

Cette chose avait vraiment pris de sale coups dans les entrailles du Palais, les pages s'émiettaient facilement. Il l'ouvrit délicatement et relut la préface faite par le chef de groupe. Il tourna lentement les pages, qui montraient un mélange hétéroclite d'écritures.
Il arriva finalement sur les pages d'Ainsel. Il reconnut son écriture toute petite et serrée, qui le fit sourire de nostalgie en repensant à quel point elle-même était minuscule, désespérément plate et pourtant attachante.
Le journal se révéla tout d'abord extrêmement décevant, voire un peu ennuyeux. Le groupe ne rencontrait rien d'extraordinaire et se plaignait du manque de vivre, du froid et de l'obscurité. Renji refusait vraisemblablement d'écrire ou apposait quelques fois deux mots griffus en guise de commentaire. Ainsel se contentait de résumer la journée, sans parler de ses sentiments.
Les changements apparurent au premier mort du groupe et aux vagues oppressantes de créatures anciennes et puissantes dans les profondeurs du Palais Maudit. Renji n'écrivit plus du tout et les autres membres se mirent à parler plus souvent de leur peur que de ce qu'ils vivaient. Certains transmettaient des messages à leurs proches restés sur l'école au cas où ils crèveraient. Ainsel tentait de résumer les journées, mais l'effort lui paraissait difficile. Après plusieurs semaines dans les souterrains, ils avaient perdu le compte du temps et dormaient peu, terrorisés à l'idée de se faire attaquer pendant leur sommeil. Kira malgré tout lisait désespérément, espérant trouver dans le journal une issue différente de la vérité qu'il connaissait déjà.

La petite Néphilim ne faisait aucune allusion à Kira, qui en plus d'être déçu ne comprenait pas comment Aidan avait pu lier le journal à lui, même avec ses talents de Traqueur. Quand il lut cette phrase, la dernière écrite de la main de la Néphilim.


Si je ne succombe pas de mes blessures, un monstre me tuera probablement donc... J'écris ces derniers mots, au cas où, même si je ne sais pas s'ils referont surface hors de cet endroit maudit. Ce message s'adresse à Kira Sakuya : Je te connais et je sais que tu vas encore fomenter une vengeance contre Renji s'il revient et pas moi, mais respecte mes dernières volontés : ne le fais pas. Il ne m'a pas attaquée ici et sa force a été vitale au groupe. C'est quelqu'un qui a beaucoup souffert. Pardonne-lui si tu peux...
Je suis désolée de te laisser seul. J'aurais voulu rester plus longtemps avec toi...
Je t'aime, Kira.


Il n'y eut qu'un bruit. Celui d'un journal que l'on déchire.

_________________
Revenir en haut
Lynn
Officier d'Arena

Hors ligne

Inscrit le: 10 Juil 2009
Messages: 97
Date de naissance du personnage: 23/12/1284
Race: Orthros
Arme(s): Katars aux lames rétractables.
xp: 83 471
Moyenne d'xp: 860,53

MessagePosté le: 13/03/2018    Sujet du message: Labyrinthe des souvenirs Répondre en citant

    Avec sa vue irréprochable, Lynael avait observé les deux Illusiens et rien de bon ne semblait à prévoir. L'air trouble gisant sur le visage d'Aidan ne lui avait pas échappé, tout comme le fait qu'il incitait l'Ange Déchu à s'adonner à la lecture de l'ouvrage qu'elle avait déniché précédemment. Recelait-il de sombres secrets ? Elle qui comptait lire davantage pour ensuite pouvoir faire part de sa trouvaille à sa colocataire Arenienne... Il lui apparaissait, à présent, impossible de récupérer l'ouvrage. Le Traqueur devait certainement, après la lecture du Trompeur, devoir ramener cet effet à Illusia pour de possibles archives.
    Elle retint un soupir, portant de nouveau son attention aux nombreuses pierres et améthystes phosphorescentes. Autant laisser les deux élites en confidence. Assise, Lynn ramena ses genoux pour se recroqueviller puis, alors qu'elle se préparait à fermer les yeux pour tenter de se reposer, elle entendit un bruit sourd.


    Alerte.

    Kira, dans la précipitation ramassa le livre. Chose que l'Orthros regarda avec une certaine appréhension. Aidan paraissait également douché par cette réaction. Sans échanger le moindre regard avec ses compagnons, l'Ange Noir disparaissait, une nouvelle fois, dans les dédales du Palais Maudit.
    Cette image la renvoya à leur dernière rencontre. La Capitale. Le rejet. Les larmes. La détresse.
    L'abandon.
    Une sensation étouffante s'empara d'elle. Le sentiment d'être poignardée, à maintes reprises. L'air s'absentait de ses poumons alors qu'elle essayait, main contractée sur sa poitrine -sans effet- de respirer. Elle était en proie à ce qui pourrait s'apparenter à une crise d'angoisse.


    Irréalité...

    Quelque chose s'était apposé sur son épaule, la secouant légèrement comme pour lui faire reprendre un point d'ancrage avec la réalité. Mais l'Orthros était déjà à la dérive, portée par de lourds tourments. Sanglots et angoisses obscurcissaient sa vision.
    Une présence se fit sentir près d'elle. Enlacée, Lynn se retrouva à pleurer à chaudes larmes...




    « - J'ai pu lire dans un ouvrage que certaines espèces animales, comme les poulpes ou les calmars, avaient la capacité de s'auto-amputer pour assurer leur survie...
    L'Orthros le regarda avec une certaine incompréhension, non certaine de bien saisir la tenue de ses propos. Ses yeux étaient rouges, gonflés par les précédents pleurs que le Traqueur a néanmoins réussi à calmer.
    -  Je suis pas sûre de comprendre... Tu me compares à un poulpe ?
    Il rit, avant de secouer la tête à la négative ce qui le décoiffa quelque peu. Passant une main dans ses cheveux bruns, le Traqueur répondit :
    - Pas du tout ! J'essayais simplement de dire que parfois, pour notre propre survie, il y a des choses auxquelles il est préférable de renoncer.
    -  Oh... Je vois... »

    Lynael abordant une mine pensive, ses doigts s'entrelaçaient tandis qu'elle se perdit dans ses pensées... Et si l'Ange Déchu était l'une de ces choses dont Aidan parlait ?
    Irait-elle mieux ?



    Leurs pas résonnèrent dans les corridors du Palais Maudit. Les décors, changeant, laissaient apparaître des architectures d'une grande diversité. Ils pouvaient parfois entendre, au travers d'une porte dorée, de sourds grondements. Probablement les maîtres des quartiers... Parfois, ils croisaient quelques créatures.
    La notion du temps était totalement abstraite en ces lieux. Quel jour était-il ? Quelle heure ? Depuis combien de temps parcourraient-il ces terrains labyrinthiques ? Combien de temps s'était-il écoulé depuis le début de sa formation ? Depuis combien de temps cherchait-elle le Trompeur Illusien ? N'était-il pas du devoir d'Aidan d'aller le récupérer et le ramener par la peau des fesses ?
    L'Orthros lâcha un feulement sourd pour attester de son mécontentement quant à cette nouvelle traque. Puis, elle se concentra à nouveau sur ses instincts, sur la sensibilité dont Aidan parlait tant...


    Minutes ?
    Heures ?

    Le duo s'enfonçait de plus en plus dans les intestins du Palais, Lynn toujours sur les traces de l'Ange Déchu.
    Il était là.
    Au milieu d'une salle déserte de tout mobilier. Comme à leur précédent lieu de campement, il s'agissait d'une grotte mais cette fois-ci, les petits cristaux avaient laissé place à de la mousse et autre type de végétation. Il était assit sur un rocher et à ses pieds, les lambeaux du carnet qu'elle avait trouvé... Il ne réagit même pas lorsqu'elle et le Traqueur s'approchèrent. Inquiète, elle tourna les yeux vers Aidan qui opina légèrement, comme pour l'encourager à prendre la parole.
    Lynn commença d'abord par prononcer son nom, comme pour invoquer sa présence mais aucune réaction. Pas un regard, ni un geste ; il était comme absent. Comme cette fois, sous la pluie, juste après Ydila... Elle réitéra son invocation, l’inquiétude grandissante. Etait-il... « cassé » ? Elle jeta un vague coup d’œil au carnet déchiré, laissant apparaître de différentes écritures, des différents noms...
    Aidan avait vaguement parlé d'un message adressé à Kira, et l'écho, d'une ancienne conversation sur les Îles Terribles la traversa. Rapidement, elle fit le lien. Du moins, un probable lien.
    Quelqu'un qui était cher à l'Ange noir était mort ici...
    Mais cela justifiait-il sa dernière réaction ? Son exil silencieux ? Et est-ce que la perte de proche justifiait le comportement qu'il avait adopté au regard de l'Orthros ?
    Celle-ci fronça les sourcils, soupirant faiblement. Sa main vint se poser sur l'avant-bras de l'Illusien avant de secouer légèrement celui-ci. Là encore, aucune réaction si bien que Lynn accroupie face à lui rapprocha légèrement son visage du sien, comme pour espérer voir ou entrapercevoir un semblant de vie, de réaction.


    Sourire.

    Non, l'Orthros ne rêvait pas. Il y avait bien un sourire sur le visage du Trompeur. Se moquait-il encore d'elle ? Probablement. Après tout, le titre d’Élite pour sa classe était : « Trompeur »... Quelle ironie.
    Il devait certainement jubiler de voir que la jeune guerrière était encore tombée dans le panneau. Encore. Encore... N'avait-il rien de mieux à faire que de prétendre pour ensuite mieux manipuler ? Pour ensuite essayer de se faire pardonner et justifier cela par les pertes qu'il a subit ?
    Elle qui mentait en disant qu'elle n'avait plus rien à lui dire... elle vit rouge. Et sur un ton acerbe, elle cracha :


    «  Maintenant ça suffit ! Tu crois que tu es le seul qui a perdu des êtres chers ? Tu crois que tu es le seul à souffrir ? Tu crois que tu peux prendre ta misère et me la coller en pleine gueule à chaque fois ? Et tu crois que ta souffrance justifie tout ça ?! T'as aucun droit de faire ça ! Encore... et encore... Donc tu prends ta foutue douleur et tu vis avec ! »

    Gifle.
    Elle vit son père.

    Sur les fesses, l'Orthros siffla un juron, dévisageant avec acidité son bourreau, la main sur la joue rossée. Par automatisme, son autre main s'était apposée sur la garde de sa rapière. Le métal de ses deux armes avaient tinté sur le sol tandis que le Traqueur s'était avancé d'un pas. L'Ange Déchu, apparemment agacé par ces interactions se leva et, comme précédemment s'éloigna des deux autres sans un mot...



    Lynn dévisageait, bras croisés, le Traqueur en face d'elle sans un mot. À ses côtés, Kira, qu'elle prenait soin d'éviter du regard. Prétendre qu'il n'existe plus, lui et ses problèmes... Elle aurait du faire cela, il y a bien longtemps.


    «  Aux vues de l'ambiance un peu électrique et de la bonne progression de ton évaluation, je propose que l'on s'attaque à l'étape finale. L'avant dernière épreuve consistera à sortir, de tes propres moyens, du Palais Maudit. Moi, et possiblement (?) mon associé
    (Il n'avait pas dit « notre ami », cette fois-ci...) t'attendront en dehors de ces lieux. Tu seras donc seule avec ton instinct. Une fois à l'extérieur, il ne te restera plus qu'une dernière épreuve pour parfaire ta formation. Courage, c'est bientôt la fin ! »

    « La fin de quoi ? » voulu-t-elle souffler. Mais aucun mot ne sorti de sa bouche. Elle s'éloigna de quelques pas, boudeuse, tandis qu'Aidan donnait d'autres directives à l'Ange déchu. Au bout de longues secondes, ou minutes, il revint vers elle. Quelques conseils, quelques encouragements s'élancèrent avant qu'il ne lui tape sur l'épaule, amicalement. L'Orthros inclina légèrement la tête, regardant les deux Illusiens disparaître dans un portail vaporeux, qui se referma aussitôt.
    Elle lâcha aussitôt un cri hystérique, maudissant les Créateurs et cet imbécile d'Ange noir. Elle regrettait également ne pas avoir accès à un oreiller pour hurler plus longuement sans avoir la peur de voir débarquer la compagnie, ou bien un sac de frappe pour déverser sa rancœur.

    Reprenant sa contenance et son souffle, l'Orthros s'avança alors dans les entrailles des lieux...

_________________
Revenir en haut
Kira
Elite d'Illusia

Hors ligne

Inscrit le: 14 Mar 2006
Messages: 505
Date de naissance du personnage: 18/09/1282
Race: Ange Dechu
Arme(s): Shiranui de la Confusion
xp: 134 693
Moyenne d'xp: 266,72

MessagePosté le: 16/03/2018    Sujet du message: Labyrinthe des souvenirs Répondre en citant

Lorsqu’il sentit la présence de Lynael près de lui, Kira se sentit revenir quelque peu à la réalité. Oui, après tout, ne devait-il pas se préoccuper des vivants plutôt que des morts ? Il lui restait cette jeune femme, qui avait bien voulu de lui, il y a quelque temps. Si elle le lui laissait encore une chance, il pouvait bien se reconstruire avec elle... peut-être même qu'ils s'amuseraient beaucoup, tous les deux. Mais à cet instant, le cœur n’y était pas pour l’Ange Déchu. Il convint cependant en lui-même qu'il était préférable de la rassurer, s’il ne voulait pas aggraver la situation de défaveur dans laquelle il se trouvait déjà aux yeux de l’Orthros. Heureusement pour camoufler son accablement il lui restait sa tête, son esprit vil et retors presque toujours en état pour fomenter des intrigues et masquer ses sentiments. Il tâcha de se rappeler que c’était ce talent qui lui avait permis de survivre jusqu’ici et d’aborder le badge des Trompeurs. Alors, un effort mon vieux : on sourit à la belle, on dit « Tout va bien ne t'en fais pas. », suivi d’une plaisanterie qui la fâchera, par exemple sur sa poitrine - enfin, n’importe quoi qui la fasse réagir, et elle en oubliera le visage qu’elle vient de voir à l’instant…

Le plan s’arrêta au sourire. Il n’avait pas dû avoir le temps de recomposer parfaitement son visage, ou alors il avait été trop convainquant et sa propre performance s'était retournée contre lui, car la jeune femme lui feula :


Lynn : Maintenant ça suffit ! Tu crois que tu es le seul qui a perdu des êtres chers ? Tu crois que tu es le seul à souffrir ? Tu crois que tu peux prendre ta misère et me la coller en pleine gueule à chaque fois ? Et tu crois que ta souffrance justifie tout ça ?! T'as aucun droit de faire ça ! Encore... et encore... Donc tu prends ta foutue douleur et tu vis avec !

Difficile de décrire ce que Kira ressentit en se faisant hurler dessus de la sorte, alors qu’il n’avait après tout rien demandé. Aucun doute sur le fait que ça ne lui fit pas du bien : il venait de lire le journal de sa petite amie décédée quelque part dans les profondeurs de ces boyaux rocheux, ça méritait un peu de recueil non, merde ? Et il se faisait remonter les bretelles pour avoir tiré la tronche, ou bien même a contraire pour avoir tenté de dissimuler sa peine. Si ce n'était pas une vaste plaisanterie, tout de même...
Une colère noire bouillonna en lui. C’était une éternelle insatisfaite et ingrate, qui ne connaissait pas la démesure dans sa façon d’exprimer son mécontentement à tout le mal qu’elle estimait qu’on lui avait fait. Elle l’avait insulté et frappé à plusieurs reprises depuis leur nouvelle entrevue, martyrisée même. Passe encore – il pouvait le tolérer, par jeu. Mais qu’elle se permette de lui parler comme un chien, comme si elle savait tout, comme si la perte d’Ainsel n’était rien…
La gifle partit de façon fulgurante.
Cela faisait longtemps que le jeune homme aux cheveux ébène n’avait pas porté la main sur une femme. Frapper quelqu’un qui ressemblait autant à son amie d’enfance n’était pas sans lui rappeler d’amers souvenirs. Lynn le transperça d'un regard furieux, visiblement outrée, la main sur son arme. Allons bon. L’humeur du sorcier était réduite à un petit tas de cendres. Avant de s’emporter d’avantage, il s’éloigna vers le Traqueur du groupe, qui donna ses dernières instructions avec un air quelque peu déconfit. Ils traversèrent ensuite le portail, non sans un soulagement indicible pour l’Ange Déchu qui commençait sérieusement à suffoquer.

A l’extérieur, l’air frais du petit matin anesthésia un peu de sa colère, de sa rancœur et, soyons honnêtes, de sa douleur. Il tourna la tête vers le soleil qui lentement s’élevait au-dessus de la forêt en contre-bas. La lumière… Cela faisait longtemps qu’ils n’en avaient pas bénéficié. Quel dommage qu’il ne soit pas dans de meilleures dispositions pour en profiter. Il avait envie de rentrer à Illusia, ou plutôt non, de s’en aller seul dans la forêt, de rester un long moment avec lui-même, sa peine et son désespoir. Il en avait par-dessus la tête de cette formation, de ces gens qui l’accompagnaient et lui renvoyaient comme des miroirs de son propre dédain.
A côté de lui, Aidant l’observait avec une expression faciale qui aurait pu être interprétée comme de l’appréhension. Il se tortilla légèrement sur place, l’air de vouloir chercher ses mots…


Aidan : Dis donc, Kira, la gifle tout à l’heure… (Kira tressaillit, les dents serrées. Il voulut lui dire de se taire, mais il ne parvint pas à parler) C’était pas très gentleman. Tu sais, elle va vraiment te détester si tu continues comme ça, c’est même sûrement déjà le cas…

A ces mots, l’Ange noir sentit quelque chose céder en lui. Le dos toujours tourné au Traqueur, il se pinça l’arête du nez, la tête légèrement inclinée en avant, et poussa un profond soupir étranglé…

Aidan : Mais… tu pleures ?

Kira : Ta gueule, bon sang…

Aidan : Tu veux un câlin ?

Kira : Dégage, pédale.

Soit qu’il n’avait pas été assez clair, soit que le Traqueur s’en contrefiche, le sorcier se retrouva bientôt entouré des deux bras qu’il désirait le moins au monde dans le Velm, peut-être derrière ceux d’un albinos heureusement probablement six pieds sous terre. Mais bizarrement, il ne trouva pas la volonté de le repousser et de lui faire manger son poing une nouvelle fois. A la place, il resta prostré, interdit, la main toujours plaquée contre son visage, camouflant ses yeux. Et ce foutu soleil, qui allait vers son zénith au lieu de son crépuscule, qui ne lui rendait pas un fier service… Tout ce qu’il pouvait sentir, et qui entrecoupait le rythme de ses noires pensées, était le tapotement doux qu’Aidan faisait dans son dos, pensant sûrement le soulager de ses peines de la sorte.


*------------------*


Quelques jours plus tard, alors que, rabibochés de leurs mésaventures dans le Palais Maudit, les deux Illusiens s’affrontaient déloyalement dans une énième partie d’un jeu de carte que le Traqueur gardait précieusement sur lui, Lynn leur apparut enfin. Elle était un peu en avance sur les prévisions d’Aidan qui s’en ravit aussitôt, s’épanchant comme auparavant en compliments divers et variés. Comme à son habitude, Kira se tut à ce moment-là. L’apparition de la jeune femme avait seulement réveillé sa morosité et son irrépressible besoin de fumer. Il se donna de la contenance en cherchant son paquet de clope puis, se souvenant qu’il n’en avait plus, farfouilla encore ses affaires pour se rabattre sur une cigarette électronique qu’il avait chapardée quelque part à la Capitale, dans le sac d’une vieille dame un peu trop sensible aux compliments des hommes de son âge. C'était pas trop son truc, mais quand on est drogué, on fait pas le difficile.

Avant qu’ils n’entament la dernière épreuve, Lynn eut le droit à un temps de pause. Par exemple, pour profiter quelque peu de la lumière du jour, même si en réalité le ciel étendait des voiles nuageux au-dessus d'eux. Malgré lui, Kira observa sa pupille à la dérobée. Elle avait beaucoup pâli, s’était amaigrie de façon inquiétante, semblait épuisée, plus abîmée en elle-même que d’habitude et quelque peu blessée. Mais tout ça ne concernerait bientôt plus, ou du moins s’efforçait-il de le penser, tout en focalisant son attention ailleurs. Ces derniers jours, Aidan avait insisté régulièrement pour que le Trompeur demande pardon à la jeune femme lorsque celle-ci réapparaîtrait. Mais pour l’intéressé, il n’en était pas question : ce n’était qu’une gifle, il avait reçu bien pire sans réclamer ni recevoir d’excuses, de plus elle l’avait cherchée. Certes, au fond de lui, Kira aurait préféré renouer avec elle, il avait prévu avant leur dispute de l’emmener fêter son grade d’Officier quelque part… Mais les choses en avaient décidé autrement et l’Ange Déchu en avait assez de luter toujours à contre-courant du destin.
De nombreuses heures dans un silence particulièrement inconfortable s’écoulèrent, seulement entrecoupé par les tentatives stériles de l’élément sympathique du groupe pour le briser.
Finalement, avec un soupir, voyant que sa protégée s’était remise de ses émotions et avait hâte d'en finir, Aidan se releva. Il dessina un portail, qu’il traversa tout seul, avant de revenir accompagné. Il y avait là une belle brochette de jeunes recrues, avec un air niais de "j’ai-pas-encore-vu-mes-colocataires-mourir" et de "mais-ou-sont-les-toilettes-ici" . Apparemment, il n’avaient aucune idée de pourquoi ils se trouvaient ici, mais le Traqueur leur avait donné l’ordre de rester muets comme des tombes pendant la durée de l’épreuve.


Aidan : A présent, Lynn, tu dois deviner tout ce que tu peux sur ces six jeunes gens. Viennent-ils d’une Ecole ou non, si oui laquelle ? Quelle est leur race, quelles sont leurs aptitudes, leurs pouvoirs, leur personnalité, leur histoire ?... Tant est soi peu qu’il y ait quelque chose à dire là-dessus, bien entendu. Fais le maximum.

_________________
Revenir en haut
Lynn
Officier d'Arena

Hors ligne

Inscrit le: 10 Juil 2009
Messages: 97
Date de naissance du personnage: 23/12/1284
Race: Orthros
Arme(s): Katars aux lames rétractables.
xp: 83 471
Moyenne d'xp: 860,53

MessagePosté le: 19/03/2018    Sujet du message: Labyrinthe des souvenirs Répondre en citant

    Le métal léchait allégrement le sol rocailleux. Dans un feulement essoufflé, l'Orthros ne tarda pas à s’effondrer sur le sol, lâchant au passage, sa faux. Non loin d'elle, le cadavre d'une sorte de mi-dryade, mi-golem. Adversaire redoutable, qui avait mis à mal la Guerrière par la rapidité de ses mouvements mais également par la propriété changeante de ses membres...

    Le sol n'avait jamais été si confortable à ses yeux. Son corps, tiraillé par la fatigue, la faim et ses fraîches blessures lui paraissait lourd... Pourquoi faisait-elle cet effort ? Devenir Traqueur ? Pour retourner ensuite dans les bars de la Capitale, se noyer dans des litres d'alcool avec ses colocataires avant de finir dans des bras de parfaits inconnus pour le reste de la nuit ? Ce plan ne paraissait pas si mal, au fond... Plus à se soucier d'un certain Illusien, ni de tenter de s’enquérir de son état...
    Son imagination lui laissa humer le doux parfum d'un plat chaud. Elle profiterait certainement d'être libre pour faire un détour par la Capitale pour acheter une liqueur alcoolisée. Si bien sûr elle n'était pas forcée de rentrer directement à Arena.
    Dans un énième soupir, Lynn rouvrit les yeux, fixant à présent le plafond couvert de stalactites. Il ne manquerait plus que ceux-ci se décrochent dans un tremblement pour empaler l'élève. Laissant ses sombres pensées et son imagination débordante de côté, l'Orthros se redressa. Au moins, jusqu'à preuve du contraire, le Palais Maudit n'avait pas pour don de lire dans les pensées de ses captifs...



    Lumière.

    Les pâles rayons de l'astre brûlèrent, par la surprise, les yeux bleus de l'Orthros. Celle-ci, par réflexe, apposa sa main devant sa vision. L'air frais s'infiltra dans ses poumons tandis que le vent caressa son visage. Si la demoiselle n'avait pas aperçu, au loin, les deux Élites Illusiens, elle se serait couchée à cœur joie sur le sol... Retenant un soupir, elle avança avec une lenteur, traduisant son état de faiblesse, en direction des deux hommes.


    Repos


    Un test.

    Encore un. Il est vrai qu'Aidan avait précédemment prévenu que l'échappée du Palais Maudit était une partie de la dernière épreuve ; là, il s'agissait du Final. Lynael retint un soupir fatigué, le visage fermé à toute émotion. Outre ses écorchures et éraflures, sa jambe, blessée par ses précédentes altercations dans le Palais Maudit la lança douloureusement. Écoutant avec une application blasée les consignes du Traqueur, elle opinait doucement, d'un simple signe de tête. Si elle échouait cette épreuve, échouait-elle la formation entière ? Ou y avait-il une prolongation de son entraînement dans les profondeurs du Palais Maudit ? Cependant, s'imaginer en train de se couler un bon bain chaud avant de pouvoir profiter d'un plat copieux la motiva à donner le meilleur de ses capacités. Mettant sous silence cette question, l'Orthros acquiesça de nouveau avant de poser son regard d'abord sur l'Ange Déchu, puis sur ses cibles...

    Bien sûr, le Traqueur avait pris soin de prendre des personnes qui semblaient tout à fait normales, physiquement ; comme de simples Humains. Les attributs physiques n'aidant en rien, la Guerrière se concentra sur ses récents acquis... Ou plutôt, son instinct qu'elle s'était forcée, plus amplement, à développer au cours des dernières semaines. De plus, ses gênes d'Orthros pouvaient également l'aiguiller.
    Deviner la race, les talents, ou même la personnalité et quelques sombres secrets à propos de quelqu'un, juste en prenant quelques minutes à l'observer... Peut-être devrait-elle se lancer, en parallèle, dans une carrière de détective à la Capitale ? Elle aurait sûrement quelques clients types, comme la pauvre mariée se demandant où son mari passe tous les mercredis, jeudis et samedis soirs loin d'elle, ou bien qui suit donc le paranoïaque en manque d'opiacé...
    Déjà fatiguée de son futur monologue explicatif, elle posa alors son regard fatigué sur Aidan, planté comme un piquet à côté d'elle. Il se tenait droit, main derrière son dos, fixant en silence les six cobayes. Lorsqu'il sentit le regard fixe de l'Orthros sur sa personne, il se tourna vers elle, interrogateur.


    «  Il y a trois Areniens, deux Illusiens... La dernière personne, tu l'as soudoyé en lui payant une bouteille, qu'il cache dans la poche intérieure de son manteau... Pour leurs histoires respectives, rien de bien palpitant, mais c'est peut-être digne d'un épisode d'une plate série télé... Lui c'est un hybride Elfe, bon coureur mais très mauvais à l'arc... Il vient d'une famille aisée, pensant que tout doit lui être apporté sur un plateau d'argent.. Mais avec sa récente arrivée à Arena et ses décousus avec une bande de Lycans, il regrette juste que Papa/Maman ne soient pas pour venir le couvrir la nuit... Entre autre. D'où viennent ses déductions ? L'Hybride présentait quelques hématomes, masqués par ses vêtements, quelques traces de griffes dépassait de son col. Vu l'état de ses mains, il avait ripé de nombreuses fois sur la corde et cela ne ressemblait à rien aux blessures acquises avec des armes blanches. Quant à ses vêtements, ils suffisaient à justifier le côté enfant-gâté attendant ses parents. Lynn haussa des épaules, voyant qu'apparemment, ses dires énervaient la cible. Elle ne disait que la vérité ; mais toute vérité n'est pas bonne à entendre. Lui, le grand ours blond, un futur protecteur... Ange Déchu se refusant de voler. Il avait un faible pour une Danaïde mais maintenant, il voue une aversion pour les poissons et assimilés... Et elle, également une Arenienne... Succube. Vicieuse, amatrice de poisons. Inconsciemment, Lynn retroussa ses lèvres pour laisser apparaître ses crocs. Sa race détestait ces créatures... Viles manipulatrices. Ses dagues présentaient encore les récentes applications, une sorte de nacre noirâtre luisait sur le tranchant de ses lames. Elle a passé sa vie à découcher à droite, à gauche, utilisant hommes et femmes présents dans son entourage pour la couvrir de futilités, réaliser des tâches déplaisantes... Et apparemment, ça marche plutôt bien, même à Arena... Le pouvoir de cette Illusienne : manipulation d'éléments végétaux présents dans son entourage... La portée de son sort est très réduite, tout comme la puissance de celui-ci. Son inexpérience en est la cause... Elle a déjà rencontré la Succube précédemment et malgré la réticence, aux vues de la manière dont elle tente de la dévorer du regard, à la dérober, elle a comme qui dirait un petit crush... À savoir si cela est du au charme et l'attraction innée... »

    L'Orthros continua à parler de longues minutes, mais, fatiguée d'entendre sa propre voix, elle finit par se taire, observant à présent le Traqueur qui n'avait ni opiner, ni réfuter ses propos jusque là. Elle apposa également, un regard furtif sur le Trompeur Illusien, qui semblait se demander pourquoi il était encore là...

    « Eh bien, je ne suis pas du tout déçu ! Tu as omis quelques petits détails mais dans les grandes lignes, tu as vu juste ! Avec le temps, tu feras certainement une excellente Traqueuse, Mademoiselle Sloan ! »

    Après quelques applaudissements, Aidan esquissa un sourire, créant au passage un nouveau portail. Il invita lesdits Areniens à s'engouffrer dans celui-ci, puis, une fois celui-ci fermé, en fit apparaître un nouveau et ce, jusqu'à la disparition de leurs invités surprises.
    Alors que l'Orthros s'éloignait un peu pour récupérer ses maigres affaires pour pouvoir se préparer à s’éclipser le plus rapidement possible, quelque chose la stoppa dans sa quête.


    « Hey ! Tu oublies quelqu'un, là ! »

    Interloquée, Lynn se tourna, en fronçant les sourcils. Non, il n'y avait pas d'homme invisible, ni même l'once d'une présence inconnue... Juste, eux trois. L’incompréhension de la jeune femme fit sourire le Traqueur qui s'approcha d'elle, un large sourire dessiné sur ses lèvres.

    « Je comprends que l'appel du grand air te donne l'envie de prendre la clé des champs, mais... Je suis là. Tu dois deviner, si ce n'est pas déjà fait, ma race ainsi que mon pouvoir. Tu as du remarqué que je ne l'ai jamais utilisé une seule fois durant ta formation. Quant aux autres détails, tu peux les garder pour notre prochain rendez-vous. »

    Sloan resta bloquée quelque instant, fixant avec appréhension son tuteur. Ce n'était non pas la tâche qui lui était demandée qui la paralysait, mais plutôt sa ferveur à lui imposer un « prochain rendez-vous ».
    Sous la stupeur, Lynn opina timidement comme pour se débarrasser le plus rapidement de ce moment de gêne.
    Durant cette longue formation semée d’embûches et de tortures psychologiques, le Traqueur n'avait aucunement manifester un quelconque signe, un syndrome signalant son appartenance à des races dites Prédatrices... Le sang n'avait rien réveillé chez lui, ni agressivité latente, rien. Et puis, l'absence de bains nocturnes, de longues siestes sans fin, d'immenses oreilles... Elle aussi, semblait humaine. Rien ne la dissociait ; elle n'avait ni pelage apparent, ou de oreilles velues. Il en était de même avec Kira, sans ses ailes, difficile de savoir qu'il s'agit en réalité d'un Ange Déchu. Aidan n'était pas un simple Humains. Tout comme ses deux acolytes,
    Lynael s'approcha alors du Traqueur et alors qu'elle glissait délicatement sa main dans les cheveux bruns, elle lança, avec un léger sourire :


    «  Pour un chaton... Tu n'as pas beaucoup dormi ces derniers jours. »

    Une once d'irritabilité se dégagea de l'Ange Déchu tandis qu'Aidan d'abord bienheureux de ce geste d'affection grimaça lorsque l'Orthros tira légèrement sur ses petites oreilles pointues, dissimulées par ses cheveux ébouriffés. Quant à son pouvoir... Elle s'approcha alors de lui, murmurant quelque chose à son oreille. De nouveau un sourire fendit le visage du Traqueur tandis que la Guerrière recula de quelques pas.

    « Tu as officiellement réussi cette épreuve ! Mademoiselle Sloan vous voici détentrice du titre de Traqueur ! Félicitations, Maîtresse ! »

    Une certaine joie, mêlée à un sentiment d'accomplissement traversa la demoiselle, mais l'incompréhension ne tarda pas à bousculer ses autres ressentis. Maîtresse ? Elle eut un léger mouvement de surprise, puis fronçant le sourcils, elle jeta un regard plein de questions à l'attention de son tuteur. Elle fit un signe de main comme pour mettre le Félys en pause puis, quelque peu gênée, Lynn commença à tortiller ses mains, laissant son regard couler tour à tour, sur les deux Illusiens.

    «  Je... Merci pour la formation... Et... mh. Kira... je suis... désolée. » Sa voix s'étrangla quelque peu sous l'effort. Elle se mordit la lèvre, baissant les yeux. Trop d'émotions ; la fatigue psychologique et physique, le soulagement, la culpabilité, la rancœur... Il semblait surpris, puis à son tour, marmonna vaguement.

    Sensible à la détresse et la jeune de son élève, Aidan attrapa avec douceur le bras de Lynn l'attirant vers lui. De là, après avoir lancé un regard quelque peu moqueur à l'attention de l’Élite Trompeur, il vola un baiser à l'Orthros. Elle n'eut le temps de réagir ; il se volatilisa dans une brume vaporeuse pour à présent, se retrouver face à l'être Déchu. Celui-ci s'était figé à la fois surpris et certainement inquiet de cette proximité.
    Le Félys vint se saisir du visage de l'Ange Noir et, dans un mouvement vif il apposa ses lèvres sur celle de sa victime. Pour éviter de se voir, à nouveau, victime d'un coup de poing, ou qui sait, d'un coup de tête, il usa de nouveau ses pouvoirs.


    « Voilà ! Ça vous fait un baiser indirect, comme ça ! Oh, et Kira, je te vois aussi comme mon « Maitre »... Vous êtes trois ! »

    Devant la vision d'un Aidan exalté, Lynn resta figée sous la stupeur. Son regard outré jongla entre les deux hommes. Elle essayait également de décrypter les propos du Traqueur. Maître ? Maîtresse ? Trois ? Aller à la bibliothèque, faire des recherches à ce sujet... Elle essaya de graver cela dans son esprit mais... L'afflux d'informations, chaotiques, enterrèrent la jeune Orthros qui, tiraillée par la fatigue resta coi... Là, maintenant, la seule chose qui lui venait à l'esprit était une bouteille d'alcool, un bain chaud puis son lit...
    Encore troublée par tous ces événements, sa voix, sur un timbre incertaine, lança à l'égard du Traqueur:


    « - Tu peux... Me faire un portail pour la Capitale ? S'il-te-plait ? 
    - Une petite balade en ville avant de retourner à Arena ? Bien sûr ! Il commença aussitôt à s'exécuter et, alors que la Demoiselle se préparait à franchir le Portail, l'Ange Déchu lui attrapa doucement la main, ce qui rajouta une couche sur son étale d'incompréhension.

    - Je viens aussi... J'ai des emplettes à faire à la Capitale...
    - Oh, génial ! Plan à trois !! Capitale, nous voilà !! »

    Il était déjà trop tard pour les protestations.

_________________
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 20/08/2018    Sujet du message: Labyrinthe des souvenirs

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    †La Malédiction de l'Eternité † Index du Forum -> L'extérieur -> Le Palais maudit Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

Sauter vers:  


Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Chronicles phpBB2 theme by Jakob Persson (http://www.eddingschronicles.com). Stone textures by Patty Herford.