†La Malédiction de l'Eternité † Index du Forum †La Malédiction de l'Eternité †
RPG dans une école de combat et de magie
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Mia Felt

 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    †La Malédiction de l'Eternité † Index du Forum -> Reglement et Histoire -> Présentations -> Fiches validées
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Mia Felt
Eleve d'Illusia

Hors ligne

Inscrit le: 26 Aoû 2018
Messages: 4
Date de naissance du personnage: 06/07/1286
Race: Humaine
Arme(s): Arc de chasse
xp: 65 042
Moyenne d'xp: 16 260,50

MessagePosté le: 09/09/2018    Sujet du message: Mia Felt Répondre en citant

Nom: Felt

Prénom: Mia

Age: 19 ans

Race: Humaine

Ecole: Illusia




Description Physique

Quand on rencontre Mia Felt pour la première fois, la chose la plus remarquée est tout d’abord ses yeux bleus et sa peau métissée, caractéristique des humains vivants au sud, contrastent avec sa courte et épaisse chevelure rouge, les rendant plus sombres la nuit mais bien plus clairs sous les rayons du soleil. Le contraste est alors plus grand, sa chevelure apparaît d’un rouge flamboyant quand ses yeux prennent une couleur bleu ciel. Son regard, séparé par une longue mèche lui arrivant jusqu’au nez est le plus souvent méfiant et elle n’a pas tendance à sourire souvent, montrant un air renfrogné à son entourage qu’elle utilise comme bouclier, qu’elle abandonne quand elle est seule ou avec sa famille.

La carrure de la jeune femme est fine pour une taille allant jusqu’à un mètre soixante-douze, elle n’est ni forte, ni robuste, mais compense sur son agilité et sa discrétion, acquis essentiellement par la chasse, qu’elle pratique pour nourrir son foyer. Au combat, contrairement à ce qu’on pourrait penser d’une magicienne, Mia tire parti de son pouvoir dans la force brute et l'agressivité au détriment de sa défense.
Quand elle sort, Mia revête généralement un pantalon marron et un long manteau abîmé par le temps lui arrivant jusqu’aux chevilles, affublé d’un capuchon rendant ses yeux d’un bleu obscure, ainsi qu’une paire de bottines en peau.
En intérieur ou quand elle se veut plus décontractée elle porte une chemise noire avec un short bleu.



Description Mentale

Mia est de nature solitaire, peu sociable, méfiante et a souvent tendance à s’isoler quand elle n’est pas chez elle, généralement pour chasser en forêt si ce n’est pas pour déchaîner son pouvoir en guise de défouloirs.
Quand elle n'apprécie pas une personne et c’est souvent le cas car il faut dire qu’elle n’y met pas du sien non plus, on le remarque assez facilement au ton parfois ironique qu’elle prend pour répondre à son interlocuteur.
Vivant dans un village reculé habité presque entièrement d’humains, elle n’a pas vraiment de ressentie envers les autres races, malgré ses connaissances sur celles-ci. Elle n’aime pas être en présence d’autres individus, peu importe la race.
Ce qui lui importe avant tout est son bonheur et celui de ses proches. Bien qu’elle n’ait pas un cœur de pierre pour autant, le sort du monde lui importe peu et elle n’a pas tendance à vouloir jouer les héros.
Depuis la perte de son père, Mia a une profonde rancœur envers Illusia qu’elle considère avec Arena comme des écoles de suicidaires, n'hésitant pas à enlever de pauvres gens pour les envoyer à la mort, dans l'espoir de faire disparaître les créatures qui foulent le Velm depuis si longtemps déjà.
Ce qu’elle apprécie par-dessus tout c’est le calme, pouvoir s'allonger dans l’herbe sèche sous le soleil et contempler le ciel bleu, ses yeux se confondant avec celui-ci. C’est bien l’un des seuls moments ou l’on peut l'apercevoir avec un air apaisé, presque innocent, du moins si elle ne vous a pas remarqué avant. Elle aspire juste à avoir une vie tranquille, et la routine ne l’ennui pas bien au contraire.
La jeune femme est très combative et ne recule pas devant un combat, peu importe son adversaire. Sous le coup de la colère elle est souvent impulsive et répond facilement aux provocations.
Mia a le profil de la solitaire insociable et colérique, mais même si elle ne le montre pas forcément, elle reste intentionné au peu de personnes qu’elle aime, ou qu’elle apprécie.



Statistiques:


Force: 10
Agilité: 14
Magie: 18
Sagesse: 12
Endurance: 12





Histoire

Je suis née dans un petit village humain au Sud-Ouest du Velm, loin des villes et des autres races. Ma mère était commerçante et mon père chasseur, les affaires entre eux étaient déjà courantes au village, ils ont finis par tomber amoureux, et d’avoir un enfant.
Bien que je n’aie pas vraiment de souvenir de cette période, ma mère m'a raconté cette époque joyeuse, ces journées calmes et insouciantes. Le matin mon père allait chasser, il rentrait à midi pour manger avec nous, puis c’était à lui de s’occuper de moi le reste de la journée, pendant que ma mère partait travailler et tout le monde se retrouvaient le soir.
A l'âge de quatre ans je me mettais à développer les mêmes pouvoirs que mon père, la création du feu, peu après celui-ci m'a emmené dans le bois avec lui pour m’apprendre comment et quand l’utiliser et ma fait promettre de ne le montrer à personne.
la même année cette période tranquille s'arrêtait brusquement quand un traqueur d’Illusia frappait à la porte de notre maison pour emmener mon père loin d’ici. Il revenait quelques fois dans l’année l’espace de deux jours seulement avant de repartir, jusqu’au jour où ma mère recevait une lettre annonçant sa mort.

J’avais six ans à ce moment-là, et je me souviens très bien de cette période-ci, celle où toutes les nuits je faisais des cauchemars de toutes sortes, ceux montrant mon père se faire dévorer, montrant le traqueur m'emporter loin d’ici ou ceux où les montres entrent dans la maison pour moi aussi me dévorer. Je me souviens qu’à cette époque en plus d’être abattue par la mort de mon père, j’avais également pour de tout et de rien, que ce soit d’un frémissement dans les feuilles, d’un coup de tonnerre, de quelques insectes et j’en passe. Cette peur irrationnelle de ce qui m’entour m’avait donné une réputation de pétocharde envers les autres enfants du village, les moqueries ont vite commencé à s’accumuler, ma mère ne se remettait toujours pas de la mort de mon père, et je n’avais aucun ami sur qui compter, j’étais seul.
Des années plus tard la peur se transforma en colère, envers le traqueur qui a emporté mon père, envers Illusia, envers la magie, envers mon père qui nous a abandonnés pour aller affronter les monstres. Un jour, alors qu’un groupe de garçons s’amusait encore à me pourchasser dans le village pour me faire je ne sais quelle humiliation, prise d’une rage incontrôlable sous l’accumulation de la colère, mon pouvoir explosa pour se déchaîner sur tout ce qui m'entourait, brisant par la même occasion la promesse faite à mon paternel.
Ce jour-là un de mes poursuivants a été gravement blessé au visage, j’ai appris plus tard qu’il s'appelait George, il est encore aujourd’hui défiguré, le magasin de ma mère, qui était encore vendeuse à cette époque, a grandement perdu en notoriété à cause moi, et bien sûr ma réputation de pétocharde a changé en celle de sorcière folle furieuse.
Çà a été une catastrophe pour tout le monde, mais quand j’ai déchaîné mon pouvoir, pour la première fois depuis longtemps je me suis sentie apaisée, loin de toutes peurs ou de colères et après ses événements pour la première fois depuis des années mes cauchemars se sont arrêtés. J’avais onze ans à ce moment-là et depuis, presque tous les jours je sors du village pour rejoindre une petite prairie non loin dans la forêt et y libers mes doutes, mes peurs, ma colère accumulée dans la journée, et avec eux des flammes dévorantes, pour ensuite me coucher dans l’herbe, fixer le ciel et profiter du silence qui règne. Les moqueries à mon égard continuaient, mais je m’en foutais. La plupart du temps elles étaient faites dans mon dos, les autres ne voulant pas finir comme George et ils avaient bien raison d’ailleurs car le dernier après lui qui l’a ouvert de trop en face de moi a fini les cheveux en feu.

Plus tard, à l'âge de mes quinze ans cette fois-ci, le commerce de ma mère faisait faillite et personne n'a voulu le racheter, j’ai donc décidé d’apprendre à chasser, pour ramener de la nourriture à la maison. Mon père n’était plus là, c’est donc le vieux Umel qui m'a enseignée, il avait une réputation de vieux fou apparemment, mais j’ai apprise à mes dépens que les rumeurs étaient racontées par des crétins et des imbéciles, disons juste qu’il est excentrique. En échange de son savoir il m'a demandé de lui rapporter un tier de mon gibier par jour, du moins si j’en rapporte. N’ayant presque plus d’argent à cette époque, je n’avais pas eu d’autres choix que d’accepter.
Au final, ma mère n'avait même plus eu besoin de travailler, pendant les journées je partais chasser, je revenais au village, passais chez Umel pour lui donner son dû, j'allais ensuite au marché pour vendre ou échanger une partie de mes prises si j’en avais plusieurs, ou alors rentrais directement chez moi pour donner à ma mère ce que je rapporterais. Je partais ensuite vers ma prairie pour y faire jaillir mes flammes, toujours plus puissantes chaque année, pour ensuite m’étendre dans l’herbe et plonger mes yeux dans le ciel, ou le vent, les frottements des feuilles, le chant des oiseaux, sonne comme une berceuse à mes oreilles, douce et apaisante. Les jours comme ça se sont enchaînés, j’ai maintenant dix-neuf ans, mon quotidien est redevenu calme rien n'a vraiment changé si ce n’est que la moitié de mon étendu d’herbe n’en est plus vraiment une, à la place se présente un sol calciné, entouré de verdures.
Ma vie était redevenue calme et insouciante, du moins jusqu’à aujourd’hui.

Un jour tranquille comme les autres, nous sommes en fin de matinée et le soleil tape dur, je me trouve dans la forêt, en chasse comme tous les matins, arc en main et une flèche déjà encoché dans celui-ci. J’avance à pas léger dans la forêt, suivant les traces de ce qui semble être un lièvre, après quelques minutes de pistage je l'aperçois entre deux arbres, il est à l'arrêt et on dirait qu’il grignote quelque chose. Je lève doucement mon arc en direction de la bête, le bande, et décoche, la flèche vient se planter dans le cou de l’animal, il tombe raide. Je m’approche vers la dépouille pour y retirer la flèche, j’essuie le sang resté sur celle-ci sur le pelage de la carcasse et la range dans mon carquois, pour ensuite prendre ma prise par la nuque et l’attacher à ma ceinture. Ça va faire mon deuxième, je vais m'arrêter là pour aujourd’hui le garde-manger est déjà plein à craquer.

Je traverse donc les rangées d’arbres d’un pas détendu en direction du village, le trajet est rapide, en Eté généralement je n’ai pas à aller très loin pour chercher du gibier. Une fois arrivé je me dirige vers la maison du vieux Umel, je frappe à sa porte et le veille homme m’ouvre.

- Aaah ! La voilà déjà ? T’arrive tôt aujourd’hui jeune fille, qu’est-ce que tu me rapporte donc dit moi.
Je détache les deux lièvres de ma ceinture et les présentes au vieille homme, celui-ci hoche un sourcil.
- Tu viens m’en donner un tier alors que ta deux parts ? T’aurais pas pu les échanger au marché et partager après comme d'habitude ? Si tu commence déjà à oublier des choses j’imagine pas à mon âge hooo ça non...
Cette Été est assez fructueux cette saison et je préfère éviter d'apporter trop chez moi sinon la nourriture va encore moisir dans le garde-manger, j’ai déjà faite cette erreur il y a deux ans, un vrai cauchemar… je décide donc de lui donner la moitié aujourd’hui, même si je pense que ça va plus lui donner une excuse en plus pour se plaindre. Je lui tends une de mes deux prises:
- Tu n’as qu’à prendre la moitié, ma mère et moi avons plus de nourriture qu’il ne nous en faut, surtout en cette période.
- Hé ben voilà elle essaye de m’engraisser cette fille maintenant !
Il prend le lièvre et bien qu’il grimace, j’arrive quand même à discerner l’envie qui règne dans ses yeux. Il se recule derrière l’entrée de sa maison et commence à refermer sa porte, je me retourne pour reprendre ma route avant d’entendre:
- Ho et bien sur c’est pas parce que tu m’en rapport la moitié aujourd’hui que c’est moins d’un tier demain !
Je me retourne pour acquiescer avant d’entendre le claquement ferme de sa porte, je lâche large un soupir d'exaspération que je ne peux pas faire devant lui au risque de me prendre une montagne de réprimandes et de morales vieillottes.

Je traverse le village en direction de ma maison, celui-ci est déjà animé, les voisins discutent entre eux et les passants affluent à mesure que j’avance.
Une fois arrivée j’ouvre ma porte et rentre, ma mère m'accueille et je fronce les sourcils en remarquant ses yeux rouges et son visage décomposé.
Je m’avance vers elle et pose ma main sur son épaule :
- Maman ? Il y a un problè….
Je m'arrête dans ma question en remarquant ce qui semble être la cause du souci. Dans la cuisine, assis devant la table sur la chaise du fond se trouve un homme, vêtu d’une grande robe grise, sa tête encapuchonnée masquant une partie de son visage. Il tripote sa longue barbe grisâtre et même si je ne vois pas ses yeux je peux sentir son regard se poser sur moi.
Je n’ai pas besoin d’interroger ma mère sur son identité car je sais déjà qui il est et pourquoi il est là, mon coeur se sert et toute sorte d’émotion me traverse, peur, colère, tristesse, tout s’embrouille. Je tente de les contenir et de paraître la plus calme possible, j’ai peut-être moyen d’y échapper. Je rentre d’un pas lent dans la cuisine, après avoir posé le lièvre que j’avais dans la main je lève mon regard sur le traqueur:
- Bonjour...
Un grand silence s’installe dans la pièce quelques instants, l’inconnu ne s’empresse pas de répondre et reste me regarder attentivement, comme s’il m’analysait méthodiquement. Il maintient son regard et après avoir prit une légère et rapide inspiration par la bouche il me répond enfin, d’une voix grave et calme.
- Je vois que tu as déjà habillé pour sortir, je te laisse préparer tes affaires et dire au revoir à ta mère, nous partons sous peu.
Ses mots me font déjà perdre l’espoir qu’il parte sans m'emmener, je me tourne vers ma mère, elle a les yeux en larmes. Non, je ne peux pas abandonner ma mère comme la fait mon père, qu’est-ce qu’elle deviendrait si je meurs moi aussi ?
Je prends un air innocent et fronce les sourcils:
- Je suis désolé mais il me semble qu’il y a erreur, je ne vous connais pas vous avez dû vous tromper de personne.
Il reste impassible et continu la conversation
- Oh ? Je ne suis donc pas chez Mia Felt, dite la sorcière folle furieuse ? Si tu veux je peux t'emmener voir George pour m’en assurer. Trêve de comédie, Illusia t’appelle et tu n'as d’autres choix que de répondre à celui-ci.
La colère monte en moi presque immédiatement, je fusil l’homme du regard, il n’est pas ignorant de ma personne, il n’est pas là en touriste, il va m'emmener dans cette sataner école et je mourrais déchiquetée par des monstres.
- Ah oui comme mon père y a répondu. Il est mort, et il n’est pas question que je finisse comme lui !
Tandis que j’entends ma mère fondre en larmes derrière moi, le traqueur se lève de sa chaise brusquement et sa grande taille se révèle alors, il reste fixe, le regard toujours rivé sur moi, il reprend en élevant légèrement la voix.
- Ton père comprenait le sens du devoir, les monstres du néant ne reculeront devant rien pour nous anéantir et ils y arriveront si nous ne faisons rien. Tu as un pouvoir, une aptitude, un don. Vois ça comme une malédiction si cela t’arrange, mais ton destin est de combattre ses créatures au péril de ta vie et qui sait, peut-être que tu feras partie de ceux qui auront vaincu le mal qui ronge le Velm.
J’ignore son baratin et prends le ton le plus ironique que je puisse faire, celui-ci déformé par la colère.
- Vous avez vendu le même discours à mon père pour qu’il vienne ou vous l’avez d’abord traîné de force jusqu’à votre école ? J’étais trop petite pour m’en souvenir.
Il marque une courte pause, soupir un instant et s’avance vers moi lentement.
- Ce n’est pas moi qui ai emmené ton père, en revanche c’est toi qui vas venir avec moi, de gré ou de force.
Je recule instinctivement mais trop tard, il m’attrape fermement par le bras et me traine dehors. Je tente de me débattre, de lutter, de le frapper même, mais rien n’y fait, il reste infaillible, même sous mes coups . Une fois à l'extérieur il m'emmène à l'arrière de la maison. J’entends ma mère crier, demander au traqueur de me lâcher, celui-ci sert mon bras tellement fort que j’en ai des fourmis dans la main. Tant pis, je tente le tout pour le tout, j’enflamme ma main dans l'intention de le blesser mais avant même que je ne la lève, l’homme tourne violemment la tête dans ma direction, je peux voir ses yeux cette fois-ci. Ils sont entièrement noirs ? C’est la dernière chose que j’aperçois avant que tout se brouille et que je perde connaissance.

Je suis réveillé par les rayons du soleil. Je suis allongée sur un lit inconnu dans une pièce que je n’ai jamais vue et mes souvenirs sont confus, je tente de me rappeler la dernière chose qui me vienne à l'esprit. Je cogite un peu jusqu’à ce qu’un homme ouvre la porte et rentre dans la pièce. Surprise, je me lève du lit et à la vue de sa taille, de sa robe grise, son capuchon et sa barbe tout me revient en mémoire, ma mère en pleure, le traqueur et ses yeux… ma perte de connaissance.
Prise de panique je me précipite à la fenêtre. Devant moi se trouve des vallées inconnues parsemées d’arbres et de hautes herbes, quant à la pièce dans laquelle je me trouve elle doit bien être à trente mètres au-dessus du sol.
- Bienvenu à Illusia.
Pas question de laisser ma mère, et surtout pas de mourir dans cette école, si je le bats je n’aurais qu’à sortir d’ici et ensuite demanderais ma route à quelqu'un. J’enflamme mes mains et me tiens prête à l’attaquer, je m’attend à revoir ses yeux noirs et guette le moindre de ses mouvements mais il ne semble pas avoir l’intention de se battre, il reste planté là, devant la sortie de la chambre.
- Cela va faire longtemp que tu dors, le soleil se couchera bientôt et nous sommes très loin de ton village. Même si tu arrivais à sortir d’ici et à retrouver ta route la nuit te rattraperait et tu mourrais dans d’atroces souffrances, tué par les monstres du néant.
Je regarde en direction de la fenêtre, il a raison, le soleil progresse à vue d’oeil sur l'horizon. Je retire mes flammes et me rassois sur le côté du lit pour réfléchir à la situation, mais le traqueur reprend:
- Ça ne sert à rien de réfléchir à un plan d’évasion non plus, si tu fugues vers ton village à un moment ou un autre, si ce n’est pas la nuit qui te rattrape ce sera nous, tu ne peux pas nous échapper. Ton destin est sellé et tu ne peux rien y faire.
j’en déduis par “nous” qu’il veut dire les traqueurs, mais je ne prends pas en compte sa menace. Il doit bien avoir un moyen de leur échapper, et quand se sera fait je rentrerais à la maison et emmènerait ma mère loin d’ici. Mis à part s’ils fouillent toutes les villes et les villages en passant par chaque maison du Velm ils ne nous trouveront pas avant un bon moment, enfin j’espère.

Je repense à ma vie passée au village. Au jour où mon père m’avait fait promettre de n’utiliser mon pouvoir devant personne, l’un des seuls souvenirs qu’il me reste de lui. A la mort de mon père, les cauchemars, les brimades, à ce fameux jour ou mon pouvoir a explosé. A ma prairie, cet endroit paisible et reposant qui comblait mes journées. A Umel, ces moments à le supporter et à toutes ses journées de chasse. Je repense à ma mère à qui je n’ai même pas eu le temps de dire au revoir.
Une des phrases du traqueur me revient en mémoire: “ton destin est de combattre ses créatures au péril de ta vie”. Mon destin qu'il dit. J’en fais ce que je veux de mon destin, et ma vie ne se terminera pas en affrontant des monstres pour un espoire futile. Je retournerais dans ma vie paisible et calme, et que ce soit destin ou traqueurs je ne laisserais rien ni personne m’en empêcher.




Equipement:


Arc de chasse





Pouvoir:

Création de feu: son possesseur peut créer du feu à partir de ses membres extérieurs (pieds, mains) dans un rayon de quelques centimètres, la taille et la puissance des flammes étant proportionnelles à la puissance de son utilisateur et de son bon vouloir . Bien sur, ce pouvoir a des failles, outre le fait qu’il fatigue son détenteur selon la durée et la puissance de son utilisation, il dépend de l’état Émotionnel de celui-ci:
- Si l’utilisateur est en colère son pouvoir sera d’autant plus puissant, mais en revanche deviendra incontrôlable
- Si l'utilisateur est dans un état de peur, son pouvoir se retrouvera bien moins puissant voire même bloqué selon le niveau de la peur
- Si l’utilisateur est triste l’utilisation de son pouvoir le fatiguera bien plus vite
Pour ce qui est des autres émotions, elles ne semblent pas influer grandement sur le pouvoir de son possesseur.
Quelques précisions:
- Mis à part le feu qu’il créer, le porteur du pouvoir n’est pas insensible au feu, mais a néanmoins une certaine résistance à celui-ci.
- Si le pouvoir a été utilisé trop longtemps il peut épuiser son possesseur, à ce moment-là le repos est préférable pour qu’il puisse se régénérer. La faim peut également jouer dans l’épuisement du pouvoir de son utilisateur autant qu’avec la fatigue.

Mia a une assez bonne maîtrise de son pouvoir, elle a acquise une grande endurance aux files des années ce qui lui permet aujourd’hui de générer des flammes pendant une vingtaine de minutes si elle les modère.



(Représentation de la puissance du pouvoir de Mia à l’heure actuelle)
_________________
Mia Felt


Dernière édition par Mia Felt le 10/09/2018; édité 4 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 09/09/2018    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Vost
Officier d'Arena

Hors ligne

Inscrit le: 10 Aoû 2010
Messages: 128
Date de naissance du personnage: 03/02/1283
Race: Démon
Arme(s): Zanbato
xp: 82 988
Moyenne d'xp: 648,34

MessagePosté le: 09/09/2018    Sujet du message: Mia Felt Répondre en citant

Salut Mia! ;D

Je te souhaite encore une fois la bienvenue (oui ça va commencer à faire beaucoup je sais).

J'aurais, dans un premier temps, quelques remarques d'ensemble au sujet de ta fiche :
  • C'est bien écrit dans l'ensemble, les récits à la première personne sont toujours agréable à lire. Pour autant, il y a pas mal de fautes d'orthographe et de conjugaison (quelques erreurs de concordance des temps mais c'est très fréquent dans les récits au présent). Je pense qu'un passage par un correcteur (type celui de Word, ou même celui du forum pour l'orthographe uniquement) devrait venir à bout de la majorité. Ce n'est rien de grave, mais essaie d'y faire attention par la suite. ;)
  • Rien de grave ou de réellement contre-indiqué encore une fois mais si tu pouvais, comme conseillé dans ce topic, mettre en valeur ton récit (par rapport aux dialogues) à l'aide d'une mise en forme différente (type italique), cela améliorerait la clarté.
  • N'oublie pas de mettre un avatar, même si ce n'est qu'un découpage de l'image que tu as intégrée à ta fiche! ;)

Concernant tes descriptions physiques et mentales :

Je pense qu'elles sont un peu succinctes. Pour le physique, tu pourrais peut-être te concentrer sur de potentiels signes distinctifs, décrire sa morphologie ou son attitude un peu plus en détails. À propos de son psychisme, tu pourrais peut-être développer son mépris pour les écoles, son désintérêt pour le sort du monde, son indépendance, ou sa simplicité, (j'ai déduit ces caractéristiques en lisant son histoire). Ce ne sont que des suggestions, tu es libre d'agrémenter tes descriptions comme tu le souhaites. Si jamais tu n'as toujours pas d'inspiration, n'hésite pas aller lire les fiches validées! ;)

À propos de l'histoire :
  • Juste une petite précision, qui n'entre pas en conflit avec ton récit (tu n'as donc rien à modifier), mais sache qu'un élève n'a, en principe, pas le droit d'avoir d'interactions avec sa famille. Le père de Mia a donc pris de gros risque (on peut imaginer qu'il avait un Traqueur complice ou quelque chose comme ça).
  • Vu que ton personnage habite relativement loin de la Capitale (et donc d'Illusia), je ne pense pas qu'un Élite Traqueur aurait fait le déplacement en charrette, vu qu'ils ont la capacité de créer des portails de téléportation.

Pour ton pouvoir, c'est bien décrit. J'aime beaucoup le fait que l'émotion influe directement sur le maniement du pouvoir, avec des effets différents selon le type. Est-ce que tu pourrais néanmoins ajouter une durée approximative (ou un nombre de flammes créées) avant l'épuisement ? Je veux dire, l'utilisation de son pouvoir la fatigue mais dans quelle mesure? Pour avoir des idées d'ordres de grandeur, je te conseille de regarder les fiches d'Erwan ou de Pilipa.

Je te souhaite une très bonne journée et un bon courage!

N'hésite pas à me contacter si tu as des questions.

Vost

Une future déserteuse? On sera deux! ;D *highfive*

_________________


Pinguin maléfique du Velm
Revenir en haut
Eleanor
Elite d'Illusia

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2006
Messages: 680
Date de naissance du personnage: 27/06/1207
Race: Malak
xp: 137 935
Moyenne d'xp: 202,85

MessagePosté le: 09/09/2018    Sujet du message: Mia Felt Répondre en citant

Coucou et bienvenue !

Ce commentaire vient de la part de Katy et moi :

On est d'accord avec les points évoqués ci dessus, par contre il te faudrait doubler les descriptions physiques et mentales pour pouvoir arriver à 10 lignes pleines.
N'hésites pas à regarder d'autres fiches pour t'aider, pour t'inspirer.

Nous restons disponibles en cas de besoin

Bon courage ~
_________________
Revenir en haut
Kira
Elite d'Illusia

En ligne

Inscrit le: 14 Mar 2006
Messages: 517
Date de naissance du personnage: 18/09/1282
Race: Ange Dechu
Arme(s): Shiranui de la Confusion
xp: 136 940
Moyenne d'xp: 264,87

MessagePosté le: 10/09/2018    Sujet du message: Mia Felt Répondre en citant

Yo ;),

Re-bienvenue parmi nous.

Pas mal du tout pour une première fiche, j'ai particulièrement aimé la description du pouvoir.
Fais juste attention aux fautes en général, notamment celles d'accord, car un coup tu accordes au féminin, un coup au masculin. Et "Tant pis" s'écrit en deux mots. Un passage de ton post sous un correcteur (Word, Open Office, ou bien BonPatron en ligne) t'aidera sans doute, même si on voit que tu fais des efforts. Je te conseille aussi ce tuto d'écriture que nous avions fait il y a des années pour les fautes communes et autres (clique ici).

N'oublie pas qu'il est obligatoire de mettre sa fiche en lien dans sa signature[/color] avec la fonction [url = ]Texte ou Image[/url] (en enlevant les espaces)

Ca m'a l'air bon dans l'ensemble donc usant de mes supers-pouvoirs d'Administrateur inconstant, je valide.

Tu peux à présent te diriger à la Réception d'Illusia pour demander une chambre.
Quand ce sera fait tu recevras tes 65 000 xp de base.

Tu pourras ensuite faire si tu le souhaites une Demande de RP ou une Mini-Quête. Je t'encourage également à participer à l'évent-trip du mois qui se clôt à la fin de la semaine si tu veux t'échauffer ;).

Bon jeu.
_________________
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 10/12/2018    Sujet du message: Mia Felt

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    †La Malédiction de l'Eternité † Index du Forum -> Reglement et Histoire -> Présentations -> Fiches validées Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

Sauter vers:  


Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Chronicles phpBB2 theme by Jakob Persson (http://www.eddingschronicles.com). Stone textures by Patty Herford.