†La Malédiction de l'Eternité † Index du Forum †La Malédiction de l'Eternité †
RPG dans une école de combat et de magie
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

La Carte et le Territoire

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    †La Malédiction de l'Eternité † Index du Forum -> L'extérieur -> Le Palais maudit
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Mr.Event/Vendeur
Gérant(e)

Hors ligne

Inscrit le: 16 Mai 2007
Messages: 269
Date de naissance du personnage: 07/07/1270
Race: Humain
Arme(s): le contenu du magasin
xp: 50 652
Moyenne d'xp: 188,30

MessagePosté le: 11/09/2018    Sujet du message: La Carte et le Territoire Répondre en citant

LA CARTE ET LE TERRITOIRE

Participant unique : Irkaal Blackstone
Durée IRL : 5 mois
Durée RP : équivalente
Exigence : 5 posts

ORDRE DE MISSION RECU PAR LES MEMBRES DE L'EXPEDITION:
Nos connaissances actuelles sur le Palais Maudit se résument aux choses suivantes : ce serait l'ancienne demeure des Gardiens, les créateurs du Velm. Lorsque Dieu lança la Malédiction, ce palace merveilleux devint un monstre architectural peuplé de créatures infâmes. La structure interne bouge constamment, comme si elle était vivante, et réagit en général sensiblement différemment en fonction des personnes qui la pénètrent. Le décor est souvent celui d'un château de pierre vide, ou bien d'un riche baroque presque kitsch, ou bien nu comme les parois d'une grotte. Le sens de ces changements est peu connu.
Certains Traqueurs ont remarqué que des salles sont permanentes, comme les deux premières, et que d'autres, mobiles, réapparaissent fréquemment lors des visites.
On pense donc aujourd'hui qu'il y a un schéma logique à ce chaos architectural.

A cet effet, votre équipe est envoyée pour tâcher de trouver cette logique et tenter d'établir une carte qui permettrait d'augmenter les chances de survie des futures équipes de recherche.


AUTRES MEMBRES DE L'EQUIPE D'EXPLORATION:




Prénom:
Ekan
Age: 22 ans
Race: Néphilim à ailes blanches.

Rang: Elite Protecteur.
Force: 14 La puissance d'Ekan respectable pour le commun des mortels, mais rien d'impressionnant non plus pour un Arenien.
Agi: 12 L'agilité n'est pas le point fort de ce jeune homme, qui n'est ni souple ni extrêmement rapide. Néanmoins il l'est suffisamment pour la plupart des situations.
Endurance: 15 Ekan peut tenir assez longtemps en combat. Il s'épuise difficilement.
Défense: 20 Presque impossible à assommer et à secouer, en bon Protecteur Ekan résiste aisément aux coups et aux impacts. Ses os sont très solides de part son excellente constitution. Son armure et ses parades sont difficiles à percer.
Sagesse: 14 Il a l'esprit de groupe et est assez sage pour tenter de jouer le rôle de médiateur si besoin. Il écoute les conseils d'autrui et est fort de propositions.

Arme: Masse lourde à une main ornée d'un pic. Il a aussi une dague simple à son flanc. Il a un bouclier de Protecteur dans l'autre main (bouclier avec un lasso, pour pouvoir le lancer ou protéger un membre du groupe à distance)
Armure: Une armure complète en cuir de Krachart teint en or. Il la recouvre d'une cape blanche très soigné.
Amulette: Faucon royal.
Autres: Non

Façon de se battre :
Désireux de mesurer sa force, il attaquera toujours en première ligne. Cela ne l'empêchera pas de acquitter de son devoir de protecteur et de guide. Il est habitué à faire équipe avec Inu, avec qui il s'entend relativement bien sans entretenir des relations amicales pour autant. Il aime particulièrement utiliser son bouclier en lasso comme arme à distance avec une main. N'étant pas ambidextre, il ne peut pas utiliser simultanément son bouclier en lasso et son arme, il faut qu'il change de main à chaque fois pour utiliser son lasso (il est droitier). Sa main gauche ne sert qu'aux parades.

Résumé physique: Ekan est un immense blond dépassant le plafond des deux mètres. Loin du statut de "baguette", il est imposant, des épaules larges et une musculature épaisse, développée sur tout le corps. Celle-ci, si elle a le mérite des missions passées, est néanmoins aussi régulièrement travaillée dans des salles de musculation. Ce n'est donc pas une musculature sèche dont il peut tirer une grande puissance en combat, mais elle est amplement suffisante pour son rôle de Protecteur. Nul doute aussi qu'une gifle venant de sa part en retournerait plus d'un!
Pour ce qui est du reste, on remarquera une longue chevelure blonde soignée, une tenue toujours impeccable, deux yeux bleus clairs et déterminés encadrés par un visage large et viril. Il garde en général ses ailes rangées, celles-ci n'ayant aucune utilité à ses yeux, et pour éviter tout préjugé.


Résumé mental:
Bien qu'étant Néphilim, Ekan est plutôt stable: il n'a pas développé de double personnalité et ne plonge pas dans une crise d'hystérie pour un rien. Il est cependant peu loquace et légèrement hautain, sûr de lui. Il a parfois tendance à se sentir supérieur aux autres, mais il ne s'enivre malgré tout pas de son statut. Il a un bon esprit guerrier et logique, il saura prendre ses responsabilités envers les membres de son groupe (venir en aide à ceux qui sont en difficulté, etc...). Cependant, il le fera par devoir et non par sentiment humanitaire ou quoi que ce soit de ce genre.
Prenez garde, par contre, il déteste qu'on lui désobéisse ou qu'on le contredise et peut devenir agressif, même s'il aura rarement tendance à en arriver à la force. On lui notera un petit coté maniaque et psychorigide.


Histoire: Ekan est né d'une femme Ange et d'un père Humain dans le centre même de la Capitale, au sein d'une riche famille de comptables. Il a été élevé avec ses trois soeurs cadettes dans le luxe et le monde un peu bourgeois, ce qui explique beaucoup de choses sur sa personnalité actuelle. Hostile à la comptabilité, il s'est éloigné de sa famille pour se lancer dans une carrière de... videur. Mais attention, videur dans des endroits chics du centre, bien sûr. Cependant, un jour, un groupe armé de jeunes venant de la banlieue ont tenté de semer le chaos chez son employeur, mais Ekan les a tous combattu et a fini par avoir le dessus. C'est ainsi qu'il a commencé à se faire remarquer. Cet évènement a fait de lui une cible privilégiée pour les jeunes en quête de combat, puis il a fini par être trouvé par un Traqueur qui l'a emporté de force à Arena.





Nom : Harelly Neä
Age : 24 ans
Race : Danaïde

Elite Destructeur
Force : 11
Agi :13
Endu : 15
Magie : 21
Pouvoir de base : Lames éthériques - Neä est capable de créer des lames éthériques et de les manipuler à sa guise. Parer, attaquer... Ses créations lui obéissent aux ordres de la Destructrice. Du simple coutelas à l'épée claymore, les réserves de la sorcière s'épuisent plus ou moins vite le poids/taille des projectiles et armes créées.
Pendant l'utilisation de son pouvoir, elle peut se déplacer mais pas courir. Elle se sert de ses mains pour faire bouger ses créations . Si celles-ci se retrouvent entravées, elle a plus de mal à les manipuler. En cas d'utilisation prolongée, ses bras se paralysent comme changés en pierre.
Pouvoir de Destructeur : Manipulation du feu (nécessite une flamme préexistante)
Sagesse : 14

Arme: Non
Armure: Gantelets renforcés pour protéger ses mains et bras
Autres: Potion de soin moyenne, potion de soin majeure, potion du fantôme

Brève description physique : Certains pourraient qualifier Neä de beauté des îles. Née d'une union entre un Elfe Noire et une Sirène et d'un peuple vivant dans les environs du volcan sur les Îles Terribles, la demoiselle aborde une peau légère plus matte que la plupart. Contrastant avec sa peau grisâtre et halée, les iris de la Danaïde sont d'un bleu lagon, dans lequel certains pourraient s'y noyer. Le plus souvent, elle s'amuse à les souligner de couleur sombre, pour les faire ressortir. Ses cheveux quant à eux sont un mélange de gris, d'argent, de sable... Pour son côté Elfe Noire, outre sa pigmentation, ses oreilles, masquée sous sa crinière sont légèrement plus pointues.
Pour ce qui est des proportions, nous pouvons dire que la Danaïde possède des formes où il faut. Couplées à ses jambes élancées, Neä fait souvent tourner les têtes, masculines et féminines...


Brève description mentale : La Demoiselle est belle et elle le sait. Souvent charmeuse et -parfois- manipulatrice, elle use de ses charmes et de ses atouts pour arriver à ses fins. Son caractère n'en est pas chaleureux pour autant (une ironie certaine... enfin, vous verrez après). Loin d'être bienveillante, elle peut faire preuve d'une perfidie sans fin lorsque vous rentrez dans ses mauvaises grâces. Par ailleurs elle à tendance de se délecter des querelles qu'elle cause, tout en trouvant bien sûr, un moyen de rejeter la faute sur les autres...
Pour ce qui est du travail d'équipe, disons qu'elle a plutôt tendance à donner les ordres qu'à les suivre. Forte tête, elle n'hésitera pas à exprimer son désaccord. Si vous la forcez à faire quelque chose dont elle n'a pas envie, Neä se fera un plaisir de vous laissez en plan avec les tâches qui lui ont été confiées et ce même si la sûreté du groupe est en jeu...


Histoire: Neä est née dans l'Archipel des Iles Terribles. Elle y a vécu jusqu'à l'adolescence, où elle a été kidnappée par des marins braconniers qui l'ont ramenée sur le continents et vendue comme esclave dans les Terres du Sud. Abusée de nombreuses fois par ses différents maîtres, son pouvoir s'est développé dans la rancoeur et la haine. Elle a tué son dernier propriétaire et s'est enfuie vers le Nord, échouant comme beaucoup d'âmes perdues dans les bas-quartiers de la Capitale. Là, elle s'est forgée une réputation solide en arène et a formé un gang. Elle a finit par se faire remarquer par les Traqueurs patrouillant dans la zone et a ensuite intégré Illusia.






Prénom : Inu
Âge : 25 ans
Race : Néphilim
Type d'élite : Bersekir

Force 21 Comme la plupart des Bersekirs, la force d'Inu est phénoménale. Il peut briser des os à mains nues.
Agi 15 Combattant rapide et doté d'une grande dextérité lui permettant de frapper avec précision.
Endurance 17 Difficilement fatigable en toutes circonstances.
Défense 9 Inu a tendance à ne pas faire attention à sa garde et reçoit énormément de dégâts en combat.
Sagesse 10

Arme: Deux grands katanas et deux tonfas lamés qui peuvent devenir des fouets.
Armure: Son armure est faite de cuir, mais des plaques métalliques protègent l'avant de son torse, ses avants bras et ses jambes. En réalité, il se sert plutôt de ces derniers comme des armes de pugilats une fois désarmé.
Amulette: Une farouche lionne
Autres: Fiole lumineuse, Parchemin de Sauron, Sang de Méduse (x2)

Façon de se battre :
Inu est solitaire dans sa façon de se battre lorsqu'on ne lui a pas donné de consignes claires. Il aime être en première ligne pour les combats et à tendance à l'état de ses camarades. Il affectionne plus ses katanas que ses tonfas, qu'il n'utilise que lorsqu'il a été désarmé ou bien lorsque le terrain ou adversaire ne s'y prêtent pas. Il n'utilise le Sang de Méduse qu'en dernier recours, car il devient incontrôlable sans l'aide d'Ekan, qui est son binôme le plus fréquent.

Description physique :
Inu n'est pas quelqu'un de grand, dans le mètre soixante dix environ. Donc non il n'est pas petit, mais au vue de sa musculature imposante, il est assez tassé. On pourrait presque croire qu'il est plus large qu'épais, mais bien sûr, ce n'est pas le cas. Musclé presque à l'excès, sa force est phénoménal pour un demi ange, mais il sait très bien l'utiliser. Sa peau bien bronzée est couverte de cicatrices, prouvant qu'il s'agit d'un combattant vétéran, et surtout que la douleur ne l'effraie pas. Ses cheveux et ses yeux de jais contrastent grandement avec ses ailes translucides et blanches.
Quant à sa démarche, Inu n'émane pas vraiment grand chose. Il fait peut être un peu peur, mais pas vraiment. Cependant, il marche très souvent la tête légèrement baissée, et ses sourires presque inexistants lui permettent de dégager une aura d'introversion.


Description mentale
:
Pas vraiment bavard, Inu n'aime pas s'étendre sur ce qu'il est, et n'aime pas vraiment écouter les autres. Il s'agit presque d'un je-m'en-foutiste, du moment qu'il arrive à avoir ce qu'il veut. Entêté, lui enlever quelque chose qu'il a en tête s'avère très difficile, mais pas impossible. Cependant, il écoute ce qu'on lui dit et accepte les ordres, sauf si bien sûr il trouve son idée meilleure ( idée qu'il ne cherchera pas à défendre, uniquement à appliquer ). Mais, heureusement, il ne réfléchit que rarement et donc ses théories ne viennent jamais faire obstacle.
Rien ne lui fait peur, et au contraire il arrive très souvent à intimider, via la menace, ses partenaires qui s'opposent à lui. Dans la même lignée, si un de ses partenaires est effarouché à cause d'un aléas, il viendra l'aider, soit en le menaçant de pire encore s'il ne s'exécute pas, soit, plus rarement, en le rassurant et lui expliquant qu'il ne lui arrivera rien.
Et, Inu est un excellent menteur doublé d'un mythomane, ainsi, s'il vous raconte quelque chose, ne le prenez pas au sérieux.

Histoire :
Durant son enfance, Inu fut persécuté à cause de sa race. Le semi ange commença alors à suivre le conseil de ses parents, se défouler plutôt que de se battre, et c'est ainsi qu'il découvrit le sport. Et puis un jour, il se dit qu'il n'avait pas à suivre le conseil de ses parents, après tout, c'était de leurs fautes s'il était tant haï. Il tua, il tua beaucoup d'enfants de son village, et lui et sa famille furent exilés. Et bien sûr, sa famille le banni.
Il erra des années dans le Velm, perfectionnant ses talents et découvrant ( après les avoir volées ) les armes. Un jour, un Traqueur le surpris et l'amena à Aréna où il se perfectionna.







Nom: Solène
Age: 29 ans
Race: Ange avec des ancêtres Fées

Rang: Elite Traqueur
Force 10/20 Côté force, Solène ne s'en tire pas trop mal pour une magicienne. Elle a assez pour se défendre contre les agressions mineurs.
Agilité 10/20 Solène a essayé le fouet, mais il lui revenait toujours à la figure. Elle a essayé le bâton, mais elle s'assommait seule avec. Elle a manqué plusieurs fois de tirer sur ses propres compagnons avec une flèche et s'en est plantée une dans le pied gauche. Autant dire que l'agilité ne vole pas très haut... Mais elle a un certain talent pour l'esquive.
Sagesse 20/20 Un véritable esprit d'équipe siège en elle. Solène n'est pas seulement cultivée, elle est coopérative et stratège, sous ses aspects de sainte vierge. Et cela va sans compter toutes ses qualités morales... Prendre la tête d'un groupe, malgré sa timidité, ne la dérange pas du moment qu'on le lui impose. Par contre, elle ne saurait s'imposer d'elle-même.
Magie 14/20
Don "réception spirituelle":
L'Ange Solène, à la mort d'un humanoïde (monstre doué d'intelligence proche des humains, ou personnage), peut intercepter contre sa volonté un des secrets que conservait le mourant.
Pouvoir de guérison temporaire:
Cette Traqueuse, aussi paradoxal que cela puisse paraitre, possède un pouvoir de guérison très particulier. Elle peut en effet soigner instantanément toutes les blessures d'une personne, au moment où elle décide que cela en vaut le plus le coup (A condition que la blessure ne soit pas instantanément mortelle bien sûr, comme un coup porté au cœur ou à l'encéphale). Le problème, c'est que l'effet de son pouvoir, en plus d'être unique (il ne fonctionne qu'une fois sur une personne) se dissipe dans les vingt-quatre heures qui suivent. Au fur et à mesure, les plaies réapparaissent, d'abord les plus superficielles, puis les plus profondes. Les vingt-quatre heures achevées (RP), l'individu soigné se retrouve tel qu'il était avant de subir le sort, et plus encore s'il a écopé d'autres plaies entre temps.
S'il ne fonctionne qu'une seule fois sur une personne de son choix, Solène peut utiliser son pouvoir sur elle-même une fois tous les deux jours.

Endurance 20/20 Solène peut tenir longtemps en combat sans fatiguer, avec ou sans magie.


Arme: Non
Armure: Non
Autres: Amulette du Destin, Ice Ring

Résumé physique: Remarquez que Solène dispose de quatre ailes assez courtes, de la forme approximative des ailes de fées, dont elle tire des origines ancestrales. Ces ailes ne lui permettent pas de voler. Mis à part cela, Solène est le stéréotype même de la beauté angélique : une peau de la pureté de la neige, des yeux azurs, des cheveux blonds platine... De grande taille, très fine et légère, elle porte souvent des robes y compris en mission. On ne peut que la remarquer quand elle passe, légère comme la brise. Son aura est plutôt rassurante et calme, elle a toujours un sourire affiché sur son visage.

Résumé mental: Solène est la douceur et la fraicheur incarnée. Attentionnée et sensible, elle fait toujours de son mieux pour aider les autres, si bien que certains n'hésitent pas à se servir d'elle jusqu'à ce que, s'en rendant compte, elle coupe les ponts sans faire d'histoires. Cette demoiselle a une tendance presque maladive à la timidité, et sauf lorsque les circonstances le lui imposent, elle va rarement vers les gens et préfèrent les observer de loin d'un air envieux.
Mis à part ça, c'est végétarienne qui n'arrive jamais à suivre correctement son régime. N'empêche qu'elle ne supporte pas porter atteinte aux êtres vivants, que ce soit pour se nourrir ou sauver le monde. Elle restera donc la plupart du temps à l'arrière, se limitant à la défense et aux soins... Car oui, Solène soigne!


Histoire: Contrairement à beaucoup d'Illusiens ou Areniens, Solène a eu une enfance très paisible. Née proche des Contrées du Nord, dans un pays nommé Taliesin, elle a grandi comme la fille unique d'un couple de prêtres voués au culte des Gardien. Elle a été éduquée dans l'aide de son prochain et c'est en travaillant régulièrement dans l'hôpital voisin pour soigner les malades qu'elle s'est découvert ses pouvoirs guérisseurs. Malgré tout, c'est toujours sa grande perspicacité qui a été son point fort. Elle lui permettait de se sortir de situations délicates, d'éviter les gens peu recommandables, de toujours retrouver son chemin. Ses talents ont mis du temps a être découverts par les Traqueurs et une fois recrutée sans grande résistance, elle n'a pas mis longtemps a rejoindre leurs rangs.



Ton premier post doit inclure la fiche d'un Officier Acolyte suivant le modèle des fiches ci-dessus.
Niveau : 7.5
Tu devras donc distribuer 69 points de statistiques





Le premier post devra décrire l'arrivée d'Irkaal Blackstone et sa rencontre avec les divers membres de l'équipe, ainsi que l'entrée dans le Palais Maudit dans les deux premières salles permanentes (que tu es libre de décrire comme tu le souhaites, ne te sens pas limité par les RP précédents). N'oublie pas d'insérer dans le post la fiche du PNJ manquant que tu dois inventer.

Entre chaque post, ensuite, un tirage de quatre dés permettra de déterminer la suite des événements :


Somme des dés impaire : Attaque de monstres
Somme des dés paire : Découverte liée au Palais Maudit (=Indices pour l'établissement de la carte)
Doubles impairs : Mort d'un PNJ
Doubles pairs : Cul de sac. Il va falloir résoudre une énigme pour passer dans la salle suivante.


A l'issue de la Quête, Irkaal Blackstone recevra, en plus des récompenses liées à la mission, 15 000 xp (étant donné que nous avons augmenté le niveau des nouveaux arrivants de 5 à 6.5 pour raccourcir les écarts entre joueurs).

Bon courage,

Mr.Event/Vendeur


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 11/09/2018    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Irkaal Blackstone
Eleve d'Arena

Hors ligne

Inscrit le: 20 Mar 2018
Messages: 47
Date de naissance du personnage: 25/02/1279
Race: Hybride Démon/Humain
Arme(s): épée en argent
xp: 56 052
Moyenne d'xp: 1 192,60

MessagePosté le: 09/10/2018    Sujet du message: La Carte et le Territoire Répondre en citant



Nom : Damiel Ehdulay
Age : 34 ans
Race : humain
Rang : officier acolyte



Force :10 Damiel possède une force dite normal pour un homme de son âge.
Agilité :11 roulades, esquive, petites acrobaties, oui mais oubliez la légèreté.
Sagesse :13 il écoutes et suit les ordres, en les commentant avec nonchalance, il peut par moment donner son point de vue mais ne se proposera jamais de diriger.
Magie : 20 : pouvoir d’invoquer des créatures d’ombres tel que des chiens, chevaux, oiseaux etc... Il ne peut créer uniquement dans une zone où il y a de l’ombre. Tant que sa créature est en action il ne peut pas bouger sous peine de briser le lien de sa création (attention il s’agit de créatures en 2D longeant le sol et s’attaquant à la cible par le biais de son ombre, cela n’empêche pas de sacrés dégâts.).
Pouvoir d’acolyte : Apprentissage de sort de soin superficiel, utilisable seulement une fois par jour en plus de ses pouvoirs habituels.

Endurance :15 (+2) avec sa persévérance et son mental d’acier, Damiel tiendra bon coute que coute afin de sauver ses camarades.

Arme : bâton
Armure : non
Autres : non


Résumé physique : D’un physique plutôt longiligne, Damiel arbore une longue chevelure de jais, son visage aux traits tiré par les années plus que par la fatigue lui donnaient un air de sage, son bâton aidant un peu le stéréotype. Son pas lourd, vous savez ce pas, du genre à frotter les talons au sol avec non chalande. Son corps élancé le fait plafonner aux alentours du mètre quatre-vingt, lui donnant un physique de coton-tige (cela est plus flagrant en hiver lorsqu’il porte un bonnet blanc) Damiel est vêtu la plupart du temps d’une longue veste délavée lui permettant de cacher à sa ceinture, une petite dague ornée de pierres précieuses, plus un bijoux qu’une arme.

Résumé mental : Damiel n’est jamais content, il fait toujours la gueule, il est le grincheux du groupe. Nonchalant, partant toujours sur la négative cela ne fait pas de lui un mauvais combattant ou encore un mauvais camarade, mais cela fait de lui un partisan du moindre effort, toujours à se plaindre de pourquoi-ci, pourquoi-ça. Même lorsqu’il soigne les gens il se plaint parce qu’ils lui donnent du travail. Il peut rigoler de tout sauf de lui, monsieur est susceptible, extrêmement susceptible. Il est du genre à partir si une réflexion ne lui convient pas, bon il reviendra toujours pour se plaindre et faire comprendre que on n’aurait pas dû lui dire ça mais garder en tête que ça peut même arriver en plein combat. Même s’il ronchonne et fait la gueule il défendra toujours ses camarades si cela est nécessaire (mais il fera savoir que ça le fait chier).

Histoire : Utilisé par ses parents comme une bête de foire, Damiel et ses créatures d’ombres étaient devenue très rapidement le clou d’un spectacle de quartier dont la renommer n’avait de cesse de grandir. Ce ne fut pas étonnant qu’a seulement 9 ans il rejoignit Illusia par le biais d’un traqueur. Grace à l’école, il retrouva confiance en lui et à présent il ne ferait plus ce qu’on lui impose de faire, il n’était plus une bête de foire mais un combattant du Velm et surtout un exemple pour les plus jeunes arrivant à l’école parfois encore avec des couches.




Accouder sur le rebord de la fenêtre, les yeux perdus vers l’horizon, Irkaal regardait le vent faire danser les fleurs et les branches feuillues à chacune de ses bourrasques. Une cloche sonna, pour une fois ce n’était pas celle du couvre-feu mais celle de l’horloge de l’école qui annonçait dix heures. Le guerrier quitta ses pensées et fi volt face, il ramassa son sac, rattacha son épée à sa ceinture et quitta sa chambre sans regarder derrière lui. Lorsqu’il passa devant la chambre numéro un, il s’arrêta. Irkaal leva la main comme pour frapper à la porte mais il y renonça en opinant négativement de la tête. Blackstone serra ses poings et fit un « à droite, droite, en avant marche ». D’un pas déterminé, il quitta l’école et se dirigea jusqu’aux écuries où il enjamba un cheval avant de partir au galop en direction d’un soi-disant palais maudit.
Un traqueur s’était proposer de lui ouvrir un portail mais il avait refusé, pour lui rien de tel qu’une balade à cheval pour se changer les idées, penser à autre chose et surtout pour avoir du temps afin de se préparer à la mission.

Désormais, assez loin de l’école, il fit ralentir son destrier. Une fois au pas Irkaal sorti de sa poche un morceau de parchemin et une plume et commença à écrire « Carte du palais maudit ».


* Faire une carte, bordel, il mon pris pour un cartographe ou quoi, je ne suis pas un navigateur ou un putain d’explorateur, moi. De toute façon, au final je suis quoi, moi ? *

Cette question introspective réveilla en lui un sentiment d’inutilité et de tristesse.

*Je sers le Velm, je risque ma vie tous les jours pour des gens qui ne me connaissent pas et qui me laisserai crever dans un caniveau avec un couteau planté dans le dos. Même une femme que j’apprécie, vers laquelle je m’ouvre sentimentalement me tourne le dos au premier quiproquo sans me laisser la chance de m’expliquer. Putain de vie de merde… *

Irkaal quitta ses pensées en évitant une branche de justesse.
Ecrire à cheval n’était vraiment pas une bonne idée, il aurait écrit avec ses pieds cela aurait eu le même effet. Blackstone froissa son parchemin et le jeta par-dessus son épaule.
Après plusieurs heures, le guerrier quitta l’ombre de la forêt pour un large paysage dégagé où, au loin, il pouvait distinguer une immense bâtisse aux allures de cathédrale.
Le palais maudit.
Irkaal estima une bonne quarantaine de minutes avant d’y arriver, il en profita donc pour faire une petite pause afin de se dégourdir les jambes et soulager un moment son cheval. L’Arénien le tira par les rennes afin de le guider vers un petit ruisseau ou la jument pu se désaltérer par de grande gorgées, elle laissa même un hennissement de plaisir lui échapper. Quant au capitaine, il se plongea la tête dans l’eau fraiche ainsi il laissa toutes ses mauvaises pensées le quitter et il reparti pour accomplir sa mission coute que coute dans les meilleures conditions.
Le guerrier passa sous une grande arche de pierre, vestige d’un lointain passé aux combats plus sanglants que ceux d’aujourd’hui. Face à lui la grande bâtisse occultait l’horizon, le guerrier avait l’impression que tout avait été fait d’un bloc, un gros cube dans lequel on avait creusé et sculpter le palais qu’il observait aujourd’hui. Impossibles de compter le nombre de vitres, de colonnes ou de statues et surtout impossible de le comparer à un autre palais dans le Velm. Devant la grande double porte servant d’entrée principale, le capitaine distingua quelques formes mobiles. Il hésita une seconde et empoigna sa lame d’argent sans la sortir de son fourreau. Au fur et à mesure qu’il avançait les formes devinrent plus nets et ce n’était pas des monstres mais bien des Illusiens et des Aréniens qui attendaient devant la porte et une forme d’impatience se lisait sur leurs visages. Irkaal était-il attendu ?
Il ne fallut pas longtemps à Irkaal pour comprendre qu’il était surement le moins gradé du groupe et surtout qu’il était en retard, du moins il lui semblait.
Blackstone s’avança vers le groupe, ils étaient trois. Le capitaine reconnu une femme, non pas une de ses anciennes conquêtes mais bien une ancienne partenaire de quête : Neä. La belle danaïde à la chevelure d’argent le regarda de haut, elle ne devait pas avoir un bon souvenir de lui. Derrière elle, Irkaal ne pouvais pas le louper avec des épaules plus large que l’ouverture d’une porte et presque deux tête de plus que l’élite destructeur. L’homme se présenta sous le nom de Ekan et c’était un Arénien, un autre élite, mais lui était un protecteur comme la grande blonde qui partage sa chambre avec Lynn. Adossé à une statue, les bras croisés, un homme a la peau sombre hocha la tête en guise de bonjour. Irkaal ressenti que c’était un autre Arénien, une chance pour lui. Le capitaine descendit de son cheval et le salua à son tour de loin avant de se présenter.


« Bonjour à tous, je suis le capitaine Irkaal Blackstone , désolé du retard, j’ai un léger problème avec les portails, on y va ? »

Soudain, une légère poussière s’éleva et un portail s’ouvrit, au même moment, une large main se posa sur l’épaule d’Irkaal et le tira vers l’arrière. Laissant deux personnes traverser le portail, une petite femme en robe aux traits plus qu’angélique et au sourire innocent. Les regards portés sur elle lui firent rougir les pommettes et elle détourna timidement la tête. Elle était suivie par un homme plus âgé, qui tirait la gueule et trainait les pieds. Lui, il ne voulait vraiment pas être là. Ils se saluèrent et se présentèrent, la femme s’appelait Solène et l’acolyte se prénommait Damiel. Pour la plupart ils se connaissaient et avaient déjà participé à quelques quêtes ensemble. Irkaal quant à lui ne connaissait que Neä, du moins, connaissait était un grand mot.
Les présentations terminées, ils pouvaient y aller. Inu et Ekan ouvraient la marche, ils devaient être déjà venu. Le guerrier aux yeux changeant leur emboita le pas suivi du reste du groupe. Les deux Elites Arèniens poussèrent les portes simultanément, le grincement des gons arracha un frisson au capitaine. En passant la double porte, l’air chaud de l’intérieur embrassa le visage d’Irkaal, une chaleur accueillante. Ils se recentrèrent au milieu de la pièce où le sol de pierres avait laissé place à un large tapis représentant des combats d’antan. Le plafond vouté était haut et les colonnes qui le portaient semblaient interminable. Les murs étaient recouverts de peintures et tapisserie, des statues ornaient les angles de la pièce comme pour prendre en tenaille les visiteurs. Même si l’air ambiant était accueillant son intérieur et sa décoration l’était un peu moins. Désormais, deux ouvertures s’ouvraient à eux, celle par laquelle ils étaient entrés et une autre au nord. Blackstone sorti un nouveau parchemin, une plume avec recharge d’encre intégrée et commença à griffonner.
Ekan, Inu et Neä lui jetèrent un regard presque condescendant.


« Tu sais que cette pièce ne bouge jamais ? C’est à partir de la troisième salle que les choses vont se compliquer. » lança Neä.

« A vrais dire, c’est la première fois que je mets les pieds ici mais ma mission c’est d’établir une carte du palais maudit et non pas de la troisième salle et du reste mais de son intégralité. » rétorqua Irkaal.

Neä fut outrée par la réponse du guerrier et voulu renchérir.

Face à ça, Damiel leva les yeux au plafond avec un air blasé :
« Fait ce que tu veux petit, mais ne nous fait pas perdre de temps. »

Irkaal ne releva pas et griffonna en vitesse avant de rejoindre le groupe qui c’était déjà dirigé vers la porte suivante. Dans leur dos la double porte se ferma violement dans un vacarme assourdissant, se répercutant avec écho dans les voutes du plafond. Ils avaient tous sursauter, tous, même les plus aguerris.
L’air de la nouvelle pièce était frais, presque froid. De légères volutes s’échappaient des naseaux d’Irkaal et de ses compagnons. Cette salle était beaucoup plus sombre et hormis deux escalier se faisant face et menant à une porte, la pièce n’était pas décorée. Ils s’arrêtèrent encore une fois au milieu de la salle, tous dos à dos, ils observaient avec un regard intense. Soudain, une tension s’installa, déjà que le groupe ne communiquait pas des masses, avec cette pression invisible en plus, un enterrement pourrait être plus marrant. Irkaal voulu briser ce silence mais une main se posa de force sur sa bouche. Sur les marches, une créature au jambes caprines les regardait. Son corps était fait d’ombres et de fumée oscillant dans l’air en formant de petites arabesques. Elle avait de long bras dont les griffes d’obsidienne touchaient presque le sol. La créature avait des yeux incandescents et ses dents semblaient être fait d’onyx. Le monstre observait quand soudain il campa ses jambes pour bondir. Dans un réflexe le capitaine sortit son épée et arma son bras pour trancher mais un bouclier passa à la volée devant ses yeux, le pavois frappa la créature de plein fouet. Ekan rattrapa son bouclier-lasso avec aisance et se mit en position défensive prêt à réattaquer ou à parer. La créature inconnue se redressa à une vitesse impressionnante et se lança une nouvelle fois à l’attaque, cette fois-ci ce fut Inu qui tenta de l’intercepter d’un coup de katana. Le Bersekir se retourna, son coup aurait dû trancher la créature en deux mais sa lame n’avait rencontré aucune résistance, c’est à peine si elle avait pu arracher des lambeaux à un corps qui n’avait pas plus de consistance qu’une ombre. La créature se tourna et esquissa un semblant de sourire. Irkaal saisie sa chance et son épée au-dessus de la tête, il frappa. La créature leva ses griffes en guise de parade, le choc avec l’épée les brisèrent, arrachant par la même occasion un hurlement inhumain au monstre. De rage, la créature envoya ses sabots voler dans la direction du capitaine, qu’il reçut en plein visage. Sonné, Blacktone laissa son épée tomber plus loin et resta au sol quelques secondes, laissant du sang couler de sa lèvre inférieure qui avait l’habitude d’être dans cet état. Les pupilles du capitaine entrèrent dans leur danse de réflexion et pendant ce temps Neä envoyait ses lames immatérielles à l’assaut, en vain. Irkaal fixait au sol les griffes fraichement brisées et eu une idée.


« Vise les dents, c’est la seule chose réelle qui lui reste ! Avec ses sabots… » lança Irkaal à la destructrice en faisant jouer sa mâchoire.

Pour une fois elle ne s’entêta pas guidant ses armes éthériques afin de charger la mâchoire de la créature. Celle-ci, agile, esquiva la danse aléatoire des attaques de la Danaïde, suivit par Inu et Ekan, la créature avait compris leur stratégie et ne laissait pas les coups l’atteindre. Irkaal chercha son épée du regard, elle était de l’autre côté de la créature assaillie. Il se jeta sans réfléchir dans le rideau de fumée servant de corps à la créature, Blackstone roula de l’autre côté ramassa son épée et pivota sur ses genoux pour trancher les dents de la créature resté interdite de s’être fait passer au travers. En une fraction de seconde le corps s’évapora en une brume violacée laissant sur le sol les dents brisées et les griffes de la créature encore inconnue.

Tous soufflèrent, le combat avait été rapide mais épuisant, par chance personne n’était blessé mis à part Irkaal et sa lèvre fendue.

« C’était quoi cette merde ? » lança Damiel qui était resté en retrait avec Solène.

« Je ne sais pas ce que c’était mais je vais pas rester ici pour attendre de voir si elle a des copines dans le coin. Par contre si tu pouvais faire un truc pour ma lèvre… » Lança Irkaal.

« Lave toi la bouche avec du savon, ça désinfectera la plaie ! » lança l’acolyte blasé.

Le groupe laissa un sourire commun se dessiner, laissant le petit nouveau découvrir le caractère de merde de Damiel l’éternel grincheux. Irkaal resta interdit une seconde avant de chercher un bout de tissu dans son sac pour tamponner la plaie et stopper le saignement. L’ex wolfhunter sortit son parchemin et griffonna la pièce, avant de suivre le groupe qui avait déjà commencé à emprunter l’escalier pour se rendre à la porte suivante.
_________________
Revenir en haut
Mr.Event/Vendeur
Gérant(e)

Hors ligne

Inscrit le: 16 Mai 2007
Messages: 269
Date de naissance du personnage: 07/07/1270
Race: Humain
Arme(s): le contenu du magasin
xp: 50 652
Moyenne d'xp: 188,30

MessagePosté le: 16/10/2018    Sujet du message: La Carte et le Territoire Répondre en citant

Très bon premier post : les différents personnages ont bien été investis et joués, les impressions d'Irkaal sont bien retranscrites, les consignes ont été exécutées. la fiche de PNJ est bien (s'il ne meurt pas, il sera rajouté à la prochaine section de PNJ) même si celui-ci a un peu trop d'ancienneté pour un Officier (mais ce n'est pas grave, cela peut s'expliquer par plein de choses aussi, pas besoin de développer plus).
Petit conseil pour la suite : Evite, pour ne pas fatiguer prématurément tes personnages, de faire intervenir des Monstres lorsque ceux-ci ne sont pas invoqués par un événement de Mr.Event. Lorsqu'il n'y a pas de monstres, tu pourras toujours te focaliser sur les interactions entre les différents personnages, l'établissement de la carte, les décors...


EVENEMENT N°1

Lancer de dés manuel (car Xooit pète les couilles) = 5+2+3+5

Somme 15 = Intervention d'un monstre
Double 5 = Mort d'un PNJ (au choix du joueur) PS : ce PNJ, s'il ne s'agit pas de Solène et s'il ne meurt pas instantanément, peut vivre vingt-quatre heures de plus grâce à son pouvoir. (voir pouvoir de Solène)

Passages à décrire dans le post suivant :
La troupe de Blackstone prend l'escalier pour la salle suivante, où cette-fois-ci les configuration changent selon les passages.
Après la traversée de 3 salles de ton choix (elles peuvent être importantes ou insignifiantes, selon le style que tu veux, tu choisis), vous arrivez dans une salle récurrente que certains membres de l'équipe ont déjà vue : la Salle des Danseuses.

Il s'agit d'une grande Salle de Bal, parfois infestée de monstres, mais cette fois-ci elle vous semble vide. L'occasion idéale pour l'inspecter un peu à la recherche d'indices sur la nature du Palais Maudit. Mais quand vous êtes dedans... la porte claque derrière vous et disparaît complètement. Vous êtes prisonniers de la salle. Apparaissent alors, passant au travers des fenêtres (dont la luminosité est fausse, elles ne donnent sur rien d'autre qu'un mur si vous tentez de les briser), les fameuses Danseuses qui habitent souvent les lieux.





FICHE PRE-REMPLIE A COMPLETER ET METTRE EN FORME PAR LE JOUEUR. LES ECUS DE LA FICHE DE MONSTRE SERONT RAJOUTES EN FIN DE QUETE.

Nom(s) : Danseuses Voilées, Muhjabaqi
Equivalent niveau : 6
Attitude envers les humains : Hostile
Habitat/répartition : Palais Maudit, Salle des Danseuses
Description : [10 lignes minimum, se baser sur l'image pour le physique, mais possibilité de développer le mental, des détails que l'on ne perçoit pas et que tu imagines]
Attaques : [à compléter au choix]
Autres : [facultatif, à compléter au choix]


L'accès suivant (différent du premier, qui ne réapparaîtra plus) s'ouvrira lorsque toutes les Danseuses seront tuées. (On enchaînera alors avec l'événement numéro 2)
Tu as jusqu'au 16/11/2018 pour répondre.
Si tu as des questions, n'hésite pas à les poser sur le tchat.

Bon courage,
Mr.Event
Revenir en haut
Irkaal Blackstone
Eleve d'Arena

Hors ligne

Inscrit le: 20 Mar 2018
Messages: 47
Date de naissance du personnage: 25/02/1279
Race: Hybride Démon/Humain
Arme(s): épée en argent
xp: 56 052
Moyenne d'xp: 1 192,60

MessagePosté le: 24/10/2018    Sujet du message: La Carte et le Territoire Répondre en citant

Nom : Les danseuses voilées ou Muhjabaqi 
Lvl : 6 et équivalent 
Attitude envers les humains : hostile 
Habitat : Palais maudit /salle des danseuses 
Description : Portant un voile orné de bijoux d’or et d’argent comme une jeune mariée ou une veuve éplorée, les Muhjabaqi, chimères, sont des monstres perfides. Elles portent une lourde cape en velours également flanquée de fioritures en métal précieux. Les danseuses ont un long coup protégé par des anneaux en or rappelant des rituels tribaux pratiqué dans les contrées les plus éloigné de la capitale. Leurs seins fermes et attirants sont cachés par un kimono serré à la taille par une large ceinture en or aux multiples gravures. Les Muhjabaqi ont des bras fin et long tel les étoiles du ballet de la capitale en revanche ils se finissent par de belle griffe capable de percer l’acier. La chute de rein des danseuses se poursuit par six tentacules agiles, cinq leurs servent à se mouvoir et le dernier, le plus long à attaquer.  Leur regard sombre donne l’impression quelle tuerons quiconque se dresse sur leur chemin même leurs propres enfants (si ce type de créature avait la possibilité d’enfanter) Parfois des éclairs ou de petits arcs électriques leur parcours le corps sans les gènes d’une anguille électrique .  
  


Facon d’attaquer] : Leurs regards noir et malsain envoutent tous ceux qui le croisent, les poussant dans une folie éphémère (quelques secondes) ces quelques secondes suffisent pour les plus faible à en venir au suicide ou à attaquer un camarade. Elles se servent de leurs griffes pour faire le plus de dégâts, elles tournoient sur elles même les bras tendus, valsant d’un adversaire à l’autre en arrachant quelques lambeaux de chaires au passage. Le tentacule le plus long est celui dont il faut se méfier, il peut broyer une cage thoracique si la victime en est entourée comme par un serpent. A son bout, le tentacule possède un dard d’où s’écoule un venin mortel, il fait fondre les organes internes quasiment dans l’immédiat mais elles s’en servent rarement car comme une abeille, après sa piqure elle décède.  Egalement, lorsqu’elles sont blésées les Muhjabaqi hurlent, ce cri désoriente leurs adversaires. La quasi-totalité des bijoux que possèdent les danseuses sont en or. (Prendre en compte pour les personnages qui ont un handicape en présence de ce métal maudit.)      
 


 
Ekan poussa la porte de la troisième pièce et à peine le dernier en eut franchi le seuil, la porte se verrouilla sur leurs talons. Ils sursautèrent et furent tous sans exception plaqués au sol par une force invisible. Cette pression ne venait pas du plafond mais bien du sol. La pièce montait, elle montait très vite puis, elle s’arrêta. La force se dissipa et les soldats du Velm se redressèrent, certains étaient désorientés, d’autres avaient déjà la main sur la garde de leurs armes ou se postaient en retrait prêt à défendre, soigner ou s’ils le devaient, combattre. La pièce était grande, spacieuse, les murs étaient couverts de grandes bibliothèques. Le plancher arborait de multiples motifs géométriques, caché par endroit par de larges tapis où des fauteuils et tables en bois massifs étaient couverts de draps blancs comme s’ils étaient entreposés depuis de nombreuses années. Le plafond d’un blanc lunaire arborait des moulures dignes des plus grands sculpteurs du Velm, et en son centre un immense chandelier en cristal éclairait la pièce comme en plein jour. Il n’y avait pas de fenêtres et la porte venait de disparaitre dans le mur comme si elle n’avait jamais existé. Ekan et Inu ouvrait la marche, ils étaient dos à dos et scrutaient la pièce en détails à la recherche du moindre mouvement hostile. Neä les suivait de près et Solène Damiel lui emboitèrent le pas. À en juger par leurs attitudes et expressions, ils n’avaient jamais vu cette pièce. Irkaal sentait son cœur battre par le biais de sa lèvre fendu, qui par endroit, affichait de légères taches noires, un début d’hématome lui avait dit l’acolyte. Après quelques pas dans la pièce qui suite aux vérifications était vide, le guerrier fut pris de vertige, de grosses gouttes de sueur se mirent à perler sur son front et une main glaciale lui remonta l’échine. Soudain, ses jambes cédèrent sous son poids et il s’effondra, inconscient. Ekan et Inu qui étaient en train de retourner les bibliothèques à la recherche d’une issue s’arrêtèrent en entendant un bruit sourd. Ils enjambèrent les tas de livres retournés et se frayèrent un chemin jusqu’au corps inconscient où leurs compagnons étaient déjà rassemblés.
Damiel pesta et s’approcha de lui en proliférant quelques insultes au passage. Les traces noires qui s’étalaient jusqu’à la commissure des lèvres ne l’inquiétèrent pas plus. Le capitaine avait les yeux fermés et sous ses fines paupières on pouvait les voir bouger, tremblant par moment, comme lorsque quelqu’un rêve. Voyant que son état était stable, ils le déposèrent dans un fauteuil et se remirent à la recherche d’une issue et règleraient le cas de Blackstone plus tard, seul Solène resta auprès de lui par empathie.


***** 


Irkaal se redressa, il se trouvait dans même pièce que quelques secondes auparavant mais cette fois si, il était seul et le plafond n’arborait aucune moulure, son blanc lunaire avait laissé place à un miroir. Soudain, la porte réapparue et s’ouvrit. Un homme aux jambes caprines entra et passa au travers d’Irkaal comme s’il n’était pas là. Blackstone était-il dans un rêve, une vision ou peut-être un souvenir ? Les yeux du guerrier dansaient déjà, il ne lui fallut pas longtemps pour comprendre que l’homme était la créature d’ombre qu’il avait combattu plus tôt. Mais que faisait-il ? Des fourmillements s’emparèrent de ses lèvres, le capitaine y porta sa main tout en observant avec attention les images qui s’accéléraient devant ses yeux. La créature était enfermée dans la pièce tout comme le guerrier, il cherchait une issue, livre après livre, recoin après recoin, il s’effondra au sol, mort de soif après avoir passé des jours à chercher sa liberté. Irkaal regarda le corps de la créature se décomposer et se changer en ombre, à présent il s’agissait d’un vestige de plus du palais.

*En gros si on ne sort pas, on va finir comme ça… Putain l’angoisse. *

Toujours dans sa vision le capitaine cherchait à comprendre pourquoi il ne reprenait pas conscience, pourquoi sa vision ne se finissait pas. Devait–il lui aussi trouver une sortie pour rejoindre son corps ?
L’Arenien s’installa dans un fauteuil, regarda le plafond et fixa son image inversée. Le regard du guerrier parcourait le reflet de la pièce de part en part quand, un détail attira son attention. Il y avait dans ce reflet une porte mais uniquement dans le reflet. Blackstone se redressa alors et s’avança vers cette partie du miroir.


*Porte pas son nom de « maudit » pour rien ce palais, bordel. *

Le capitaine tira une table sur laquelle il posa une chaise avant de grimper sur l’ensemble instable. Une fois debout sa tête se trouvait dix centimètres en dessous du miroir son reflet face à lui et derrière son image, celle de la fameuse porte. Du haut de son perchoir, il regardait vers le sol, cherchant des marques de frottement vers là où était censé se trouver cette sortie, mais rien. Il tendit alors la main vers son reflet mais lorsque que ses doigts rencontrèrent son image, il n’y eut aucun choc.
Froid et visqueux.
Le capitaine fut absorbé par le miroir et la porte s’ouvrit
.
 
*****    


Cela faisait une semaine qu’Irkaal était dans un profond coma. Solène veillait auprès de lui, non pas parce qu’elle l’appréciée mais par empathie, elle n’aimait pas laisser les gens seuls, abandonner à leur sort. Inu et Ekan avaient détruit toutes les bibliothèques avec l’aide de Neä, Damiel était avachi dans un fauteuil et jouait avec ses créatures d’ombre. Il avait également demandé à ce qu’on ne le dérange pas sauf s’ils avaient trouvé une sortie. Cela faisait une semaine, heureusement qu’ils avaient emportés des Lambas, quelques bouchées de ce pain elfique et vous avez l’estomac remplis et assez d’énergie pour la journée. C’est ce que les écoles préconisaient pour les missions de longue durée comme celle-ci. Pour l’eau, ils ne devraient pas tarder à devoir trouver une source pour remplir leurs gourdes. Le capitaine reprit conscient brutalement, il avala une grande bouffée d’air comme s’il avait failli se noyer. Faisant sursauter Solène qui allait lui glisser du pain dans la bouche.

« Tiens la belle au bois dormant à décider de revenir à lui ? » lança Damiel depuis son fauteuil.

Irkaal toussa puis repris son souffle.
L’ange lui tendit une gourde en cuir afin qu’il puisse se désaltérer. Le capitaine l’attrapa et lui lança un merci à la volée avant de boire de grosses gorgées. Ce fut Ekan qui lui retira l’eau de la bouche de manière assez brutal. Le colosse referma la gourde et la rendit à Solène devant un Irkaal interdit.


« Je peux savoir c’est quoi son problème à lui ? » chuchota l’ex Wolfhunter.

Ekan se retourna.


« Mon problème ? Mon problème c’est que ça fait quatre jour que tu dors, quatre jours que nous somme bloqués ici, dans cette même foutue pièce, quatre jours que l’on boit et nos réserves en eau diminue à vue d’œil. Si on ne quitte pas cette pièce rapidement, on va y passer. C’est ça mon problème. Alors maintenant soit tu nous aide à trouver une solution, soit tu attends gentiment dans un coin et tu régules ta consommation en eau. »  Répondit le colosse.

Irkaal le toisa un moment puis jeta un coup d’œil au plafond. Pas de miroir. À quoi cette vision avait pu lui servir dans ce cas ? Irkaal se redressa et se mit à faire les cents pas au milieu de la pièce entre les débris. Ses pupilles jonglaient du vert au bleu, il fixait le plafond quand il aperçut une fine fissure.


« On dirait qu’on va devoir casser un peu plus que ça »

Ils se retournèrent tous vers lui avec un sourcil arqués plein d’étonnement et d’interrogation.
« De quoi ? » demanda l’un d’eux.
« Casser quoi ? Regarde les murs ils sont vides on a déjà tout arraché. » lança un autre.

Irkaal ramassa une chaise et la glissa sous le chandelier.

« Je vous conseille de reculer, je dis ça, je ne dis rien.
 » 
« Je vous l’ai déjà dit … je bougerais quand on aura trouvé une sortie. » lança Damiel en continuant un combat d’ombre.

Les autres qui avaient compris l’idée du capitaine reculèrent de quelques pas.
Un sourire se dessina aux lèvres d’Irkaal quand il attrapa le lustre fermement, ce sourire fut imité par les quatre autres. Irkaal banda ses muscles et tira de toute ses forces, le plafond commença à craquer. Quelques morceaux de plâtre tombèrent sur Damiel, celui-ci leva les yeux cherchant d’où cela pouvait bien provenir. Lorsqu’il remonta la large fissure du regard il comprit que l’épicentre du problème était Irkaal suspendu au lustre mais ce qui l’inquiéta réellement ce fut lorsque Inu, Ekan et Neä attrapèrent ses jambes et tirèrent. Le plafond craqua, les fissures comme des ramifications parcouraient le plâtre et ses moulures. Quand soudain, le plafond céda.


« Putain les cons… » lança Damiel en voyant le plâtre se rapprocher de son visage.

Un grand nuage de poussières se leva et les six compagnons sortirent la tête des débris, l’épaisseur de plâtre était fine donc le groupe n’avait subi aucun dégât, ils étaient juste recouverts de poussière et de gravât. Après s’être épousseté, Damiel se redressa et avança vers Blackstone : « Ok, tu as cassé plus de chose mais elle est où l’utilité ? Hein tu m’expliques ? j’étais tranquille sur mon fauteuil à attendre que l’on trouve une sortie et tu viens me faire chier pour péter ton plafond (tournant son regard vers les autres) et vous ne rigolez pas, je vous ai vu l’aider. (Il se tourna à nouveau vers Irkaal) tu m’explique ça a servi à quoi ton remue-ménage ? »

Irkaal se leva à son tour en s’époussetant, il plongea son regard dans celui de Damiel. Solène voulu intervenir mais Ekan la retint par le bras fermement en lui désignant de son autre main le plafond, qui désormais reflétait leurs images.

« Tu veux une sortie ? La voilà. » lança Irkaal en pointant la porte du doigt.

 Damiel leva les yeux et resta interdit quelque seconde avant d’enchérir.

« Putain, tu savais qu’il y avait une sortie et c’est maintenant que tu le dis. D’ailleurs, tu m’expliques comment tu le savais ? » 

Irkaal l’ignora, mais la question de l’acolyte était pertinente. Pourquoi avait-il eu cette vision, pourquoi cette créature lui avait-elle montré ce souvenir ? Etait-ce une capacité de la créature, un remercîment pour l’avoir libéré de cette errance intemporelle ? Tant de questions mais pas de réponse, comme à chaque fois.
Blackstone redressa une chaise et une table afin de jouer à nouveau aux équilibristes. Il sauta au travers de son reflet en direction de la porte et fut englouti devant le regard sans voix de ses nouveaux compagnons.
 


*****    


La nouvelle chambre était plus longue que large, ses murs d’un rose pâle contrastaient avec le plafond noir. Celui-ci arborait aléatoirement de petites taches blanches çà et là, lui donnant l’apparence d’une douce nuit étoilée aux constellations errantes. Après avoir traversé la moitié de la pièce d’un pas hésitant, il se stoppèrent et observèrent. Ils avaient leurs sens en alerte, analysèrent la pièce. Le calme environnant était pesant.
Pas de mobilier, pas de fenêtres mais juste une porte en bois délicatement sculptée en face d’eux. Au sol, une grande mosaïque représentant les gardiens à leur apogée. L’œuvre était entourée par des inscription dans une langue étrangère.


« Est-ce que l’un d’entre vous sait ce que cela veut dire ? » demanda Irkaal en pointant l’exergue du doigt.

« Le temps n’est l’ennemi que de celui qui est pressé » lui répondit Solène d’une voix douce. C’est un ancien dialecte, par contre je ne comprends pas la phrase du dessous, du moins ce n’est pas une phrase, c’est un chiffre suivit d’une suite numérique.

Irkaal fut surpris c’est la première fois qu’elle prenait la parole, cela surprit également ses autres camarades.

« Elle à une langue on dir... » jeta Damiel en recevant un coup de coude dans l’estomac de la part de Neä.

Damiel lui proféra des menaces sanglantes tout en se tenant le ventre. Il lui jeta un regard noir et rongea son frein en attendant de pouvoir récupérer. Pendant ce temps Solène avait rougit, le regard fuyant, elle était gênée.
Blackstone s’approcha d’elle et d’un ton rassurant il lui demanda : « tu peux me traduire cette suite de nombre que tu ne comprends pas, s’il te plait ? »
Elle opina du chef et d’une traite lui répondit : « huit plus loin zéro, deux, quatre, six, huit, dix, douze, quatorze, seize, dix-huit, vingt, vingt-deux, »
Damiel qui se redressait sa douleur au ventre s’estompant scanda : « putain, encore des énigmes à la con !!(il sortir une montre à gousset) dire qu’à cette heure je pourrais dormir au chaud à Ill….» Irkaal leva sa main en l’air réclamant le silence. Damiel se tu et les autres malgré leur tempérament chaud et habituellement incommandable, ils obtempérèrent. Face à leur silence le guerrier songea que la salle du miroir leur laissait croire qu’il était peut-être un atout.  
Irkaal notait les chiffres et ses yeux dansaient à la recherche d’une réponse.


*ça ne veut rien dire…*

Le capitaine pesta et Ekan perdit patience, il ne fallait pas leurs en demander trop.
Le colosse ouvrit le chemin en direction de la porte, Blackstone roula son parchemin quand de la porte un bruit inconnu fit trembler la pièce. La progression s’immobilisa, ils fixèrent la porte et Irkaal arqua un sourcil. Le capitaine inspira profondément et reprit le déplacement en prenant la tête de la formation. Il posa sa main sur la poignée en fer, délicatement il ouvrit la porte.   

 
      
*****    


Le sol était froid, rocheux et par endroit humide, Irkaal plissa les yeux de manière à habituer ses yeux à l’obscurité de la nouvelle pièce, celle-ci était sombre et étroite comme un couloir. La seule lumière présente de façon éphémère provenait de la porte qui se referma derrière Damiel trainant les pieds jurant à chacun de ses pas sur le fait qu’il serait mieux au chaud à Illusia. Irkaal arracha un morceau de sa cape et chercha dans sa besace sa boite d’allumettes. Il craqua son bâton de feu sur la paroie et enflamma son tissu qu’il avait entouré autour de la pointe de son épée.
La troupe progressait lentement mais surement dans le tunnel quand des petits clapotis s’élevèrent dans les airs, Irkaal pressa le pas, suivit à l’aveugle par ses compagnons qui avait pour seul repaire la flamme s’éloignant au loin. Soudain, Blackstone marcha dans une flaque d’eau, il l’éclaira de sa torche pour voir si elle était bien claire. De petites ondes régulières se dessinaient à la surface, le capitaine en chercha la source. Au plafond ressemblant grandement à celui une grotte, de l’eau longeait la paroi, zigzagant entre les stalactites elle se réunissait en un point, de là des gouttes constantes chutaient. Le rythme régulier au tempo élevé donnait l’impression d’un filet d’eau continu comme celui qui coule d’un évier mal fermé. Irkaal fit signe à Ekan d’approcher.


« Tiens, de l’eau de source, on va pouvoir remplir nos gourdes et survivre. En plus elle doit être pleine de minéraux » rigola l’ex Wolfhunter.

Ekan, qui détestait ce comportement moqueur, arqua son bras pour lancer une gifle mais Inu et Neä le poussèrent à reculer.

« Les incompatibilité d’humeur commence fortement à m’agacer, on a une mission, alors on fait notre devoir et les disputes on verra après. » lança la voix cristalline de Solène qui s’avait s’affirmer quand il le fallait. 

Tous acquiescèrent et la pression ambiante retomba, laissant les joues pales de Solène s’empourprer. 
Ils remplirent à tours de rôles leurs gourdes et reprirent le chemin de l’interminable corridor rocheux.
Au bout de quelques mètres l’obscurité se fit plus présente malgré la torche. Soudain, une flamme s’envola du flambeau de fortune en direction de Neä. La flamme dansait autour de ses doigts fins.


« Tu ne pouvais pas faire ça plus tôt ? » lança Damiel inquiet a l’attention de Neä.

Celle-ci l’entendu mais ne releva pas, elle continua d’avancer en balançant ses hanches de gauche à droite de façon régulière entourée par le halo de lumière de sa torche magique.

« Pour un mec qui joue avec les ombres, les endroits sombres te font peur on dirait ? Non ? » lança Irkaal par-dessus son épaule.

Damiel pila.

« Stop ! ok je me casse, ça me gonfle… » lança Damiel en rebroussant chemin.

Irkaal jura.

« Allez, c’est bon reviens, c’était une boutade. »

Les autres tentèrent aussi de le retenir mais la tête de buche n’écoutait pas, le retour fut plus rapide que l’aller, il ouvrit la porte.

Inattendu.

Au lieu d’atterrir dans la grande pièce, Damiel se retrouva sur un parquet lustré d’une grande salle. Sur le sol était projeté les images des vitraux encerclant la salle, au plafond était peint une immense fresque éclairée par deux lustre à bougie. Des candélabres encadraient la pièce et continuaient d’éclairer la finesse de la décoration. L’acolyte toujours vexé par les paroles du capitaine se dirigea vers une fenêtre, mais lorsqu’il ouvrit celle-ci, il se retrouva face à un mur de brique. Il jura, pesta et claqua la vitre avec force, celle-ci se brisa en mille morceaux luisant sur le sol comme de petites paillettes à la luminosité magique. Les cinq compagnons manquant arrivèrent et certains reconnurent la pièce.

« La salle des danseuses, préparez-vous, là ça va cogner. » lança Ekan qui esquissa un sourire en sortant son bouclier.

La porte s’effaça dans leurs dos et quatre créatures sortirent des immenses fenêtres. Elles étaient grandes, avaient le buste et la tête d’une femme et glissaient sur le sol grâce à de grand tentacules comme un serpent ou un poulpe.

« Putain c’est quoi ces trucs » jura Irkaal qui d’un geste sec jeta l’étoffe enflammée du bout de sa lame.

« Les Muhjabaqis… faites gaffe à leur dard et à leurs regards, sinon c’est la mort assurée. » lança Neä en faisant apparaitre un arsenal de lames virtuelles autour d’elle. 

Solène et Damiel se mirent en retrait laissant de la place pour Inu, Ekan, Neä et Irkaal. Ils étaient en garde, chacun face à sa cible quand une petite musique au clavecin résonna dans la pièce. Ils tendirent l’oreille à la recherche de la provenance de la mélodie quand les Muhjabaqis levèrent délicatement leurs longs bras vers le ciel comme pour implorer quelque chose. Des larmes se mirent à couler sur leurs joues pales et des sanglots s’échappèrent de leurs lèvres. La mélodie changea, elle était moins mélancolique et le tempo était plus rapide. Les chimères entrèrent comme dans une transe en rythme et se mirent à valser les bras tendu, griffes sortie. Irkaal fut le premier à rencontrer ces ongles, ils transpercèrent sa cuirasse et lui griffa la pommette. La main au visage palpant ce qui lui ferait sans doute une nouvelle cicatrice, il jura dans sa barbe. Quand il commença à sentir son visage gonfler et rougir. Il regarda d’abord la pièce puis les danseuses, il fixa un moment les bijoux.


« Bordel, les putes, c’est de l’or. »

Son visage commençait à devenir celui d’un lépreux mais une fois la distance mise entre le métal maudit et lui, les plaies purulentes s’estompèrent. Malheureusement pour le capitaine, les danseuses profitaient de la largeur de la pièce pour valser et ne restaient pas uniquement concentrer sur un endroit du parquet. Il fallait donc se douter qu’à un moment une danseuse allait revenir vers lui. Malgré la douleur cutanée, l’Arenien tenu sa position face à la menace approchante. Il esquiva de peu les doigts acérés de la chimère et d’un revers de sa lame, il trancha le buste de la créature. Le haut du corps de la créature glissa le long de la plaie et s’écrasa au sol dans un bruit sourd, suivit par les tentacules qui tressaillaient au sol, les nerfs se relâchaient et il évita de peu le dard empoisonné. Le guerrier fixait le liquide noir comme de l’encre qui s’écoulait des plaies et du long de son épée avec dégout. Irkaal qu’on ne pouvait désormais reconnaitre que par sa tenue, son visage étant déformé par les pustules souffla un instant avant vouloir rejoindre les autres combats.
Ekan et Iku comme à leur habitude combattaient en binôme, le protecteur parait les coups des deux Muhjabaqis tandis que le bersekir leur assenait des coups à la force colossale. Chacun de ses coups arrachait un hurlement de la part des victimes faisant tituber l’agresseur quelques instant. Soudain les deux danseuses armèrent leurs dards et attaquèrent le protecteur. Au même instant, ce fut Neä qui combattait à l’aide de ses lames éthériques qu’elle lançait avec puissance et vitesse sur sa danseuse. Ekan arma bouclier devant lui et para, les aiguillons empoisonnées ricochèrent sur le pavois. Les deux danseuses restèrent interdit une fraction de seconde, juste assez pour que Inu sorte ses katanas et tranche leurs tête d’un coup vif et précis. Les trois danseuses s’effondrèrent en même temps.
La musique s’estompa petit à petit, laissant place au silence, aux gargouillis des baladines mourantes et celui d’une porte qui grince. Ils se retournèrent vers la provenance du dernier cité, seul Inu resta focalisé sur les deux danseuses qu’il venait de décapiter. Ekan voulu le tirer par l’épaule mais le Bersekir s’effondra sur sol, sans vie.  Le colosse poussa un hurlement inhumain en voyant dans l’abdomen de son partenaire les deux dards plantés. Il s’effondra sur les genoux et tenta de retenir un sanglot dans sa gorge. Neä qui connaissait bien Solène lui fit signe de faire quelque chose, malheureusement le don de l’ange ne servirait à rien, le guerrier était déjà mort. Irkaal connaissait la douleur de la perte d’un frère d’arme, mais la mission devait continuer. Blackstone, inspira profondément et tira le protecteur par le bras, celui-ci le repoussa avec fermeté faisant chuter le capitaine. L’ex wolfhunter ne s’énerva pas, même s’il n’était pas directement affecté par la mort d’Inu il ressentait une profonde peine en lui, il s’agissait d’un compagnon qui combattait pour le même idéal. Il s’approcha du défunt, croisa ses bras sur sa poitrine avec ses armes contre lui. Le capitaine récupéra de l’huile dans sa besace et en aspergea le trépassé, il partit récupérer une bougie sur un candélabre et la tendis vers Ekan qui recula du corps et repoussa la chandelle. Le capitaine ne laissa transparaitre aucune émotion et enflamma les chairs du guerrier afin qu’il ne se change pas en une ombre comme la créature caprine.

Dans le silence, laissant dans leurs dos leur camarade se réduire en cendre, ils empruntèrent la nouvelle porte qui c’était ouvert à l’ouest. Irkaal lança un regard compatissant envers le protecteur qui le regard rempli de haine l’ignora. Le capitaine repassa la scène dans sa tête, le colosse en parant les aiguillons, les avait déviés accidentellement vers Inu. Cette haine, le colosse l’avait pour lui-même. Le protecteur ne se remettra probablement jamais de ce tourment. Blackstone connaissait cette haine, il la connaissait très bien même car lors des grandes batailles dans l’action parfois on sent quelque chose dans notre dos et par reflex on se retourne et on tranche, ce n’est qu’après que l’on se rend compte que c’était un enfant perdu au milieu du champ de bataille à la recherche de ses parents ou bien son camarade qui venait de vous sauver la vie, mais c’est la dure loi des guerriers et on ne peut refaire le passé, c’est ainsi.
Irkaal ferma la porte derrière lui en jetant un dernier regard vers Inu.


~ N’oublie jamais hier, ainsi les erreurs du passé te serviront d’exemple, leurs douleurs permettront à tes lendemains d’être plus sûr. ~    
Capitaine Baladoc Blackstone premier commandant des Wolfhunters. 

_________________
Revenir en haut
Mr.Event/Vendeur
Gérant(e)

Hors ligne

Inscrit le: 16 Mai 2007
Messages: 269
Date de naissance du personnage: 07/07/1270
Race: Humain
Arme(s): le contenu du magasin
xp: 50 652
Moyenne d'xp: 188,30

MessagePosté le: 02/11/2018    Sujet du message: La Carte et le Territoire Répondre en citant

Très bon second post également. Un accent important a été mis sur l'ambiance et la description des salles comme attendu et l'effet est réussi. Attention aux fautes surtout en début de post. Il manque 3 lignes de description dans la fiche du monstre, tu pourras les rajouter quand tu veux (après la quête si tu préfères). Sinon rien à redire et il n'y a pas eu de hors sujet contrairement à ce qui a été craint. De très bonnes idées pour la suite semblent être mises en place et ton rythme est bon malgré ta situation IRL. Par ailleurs faire mourir Inu était le meilleur choix stratégique (Note: il possédait des objets intéressants dans son inventaire notamment un Parchemin de Sauron. Ce serait intéressant qu'ils reviennent à Irkaal le temps de la quête (ils seront perdus ensuite. N'hésite pas à les utiliser!)). Bonne continuation !

ÉVÉNEMENT N°2

Lancer de dés manuels : 6+6+2+5

Somme 19 = Intervention d'un monstre
Double 6 = Cul de sac avec énigme

Inu est mort. Ses camarades ont récupéré ses effets les plus importants pour leur survie [transfert de son inventaire momentanément pour Irkaal?]. Comme toutes les Danseuses ont été vaincues, le groupe peut reprendre son exploration risquée.
Le groupe traverse une dizaine de salles/corridors vides et/ou rocailleuses comme des grottes, labyrinthiques, avant de tomber sur une nouvelle salle tristement célèbre : la Ruche.




Au centre d'une caverne immense aux stalactites et stalagmites innombrables, certains reconnaîtront l'habitat des Belphégors
[Objectif du joueur: Trouver une nouvelle image pour ce monstre (donner le lien de l'image suffira). Les récompenses liées à la restauration du monstre seront ajoutées en fin de quête.
Au passage, le groupe va-t-il découvrir comment ces créatures se reproduisent ? À toi de voir...]

Cul de sac. La marche arrière est possible sans changements de séquence jusqu'à la Salle des Danseuses. Mais ensuite tout est bloqué, ce qui n'est pas habituel. Une inscription dans la grande salle, qui n'avait jamais été répertoriée jusqu'ici, dit dans un ancien langage :

"Cher hôte. Que dirais-tu d'un peu de ce miel ?
Le nôtre est si doux qu'il semble fait par le ciel
Ses vertus ont infinies, et de lui on dit :
Qu'il guérit les maux voire qu'il rajeunit.
Mais si tu souhaites t'y désaltérer
Il faudra tout d'abord nous le demander.
Si tu trouves ce que nous voulons
[?]
[?] alors nous te le donnerons.

Miel et clés seront à tes côtés
."

[?] : Mot illisible ou incompréhensible.

Tu peux résoudre cette énigme comme tu le désires. Il n'y a pas de réponses prédéfinies, même si des indices te sont donnés pour t'inspirer.

Tu as jusqu'au 02/12 pour répondre.
N'hésite pas à demander si tu souhaites plus d'indications ou si tu as des questions.

Bon courage,

Mr.Event.
Revenir en haut
Irkaal Blackstone
Eleve d'Arena

Hors ligne

Inscrit le: 20 Mar 2018
Messages: 47
Date de naissance du personnage: 25/02/1279
Race: Hybride Démon/Humain
Arme(s): épée en argent
xp: 56 052
Moyenne d'xp: 1 192,60

MessagePosté le: 03/12/2018    Sujet du message: La Carte et le Territoire Répondre en citant

Les jambes croisées, les mains derrière la tête, Irkaal était allongé la nuque contre sa besace, il fixait le plafond sans regarder de point précis. Cela faisait environ un mois et demi que ses compagnons et lui étaient enfermés dans le palais labyrinthique dont l’issue semblait devenir utopique. Depuis la mort d’Inu, il s’était écoulé quelque jours ou semaine, le temps lui-même commençait à devenir incertain. Ils n’avaient que la montre de Damiel comme repaire mais impossible de savoir s’il s’agissait du matin ou du soir. La souffrance les avait rapprochés depuis la perte de leur compagnon, ils se prenaient moins la tête, disons que leurs humeurs ne laissaient pas la place aux disputes. La fatigue commençait elle aussi à se faire sentir, c’est pour cela qu’ils avaient décidé de faire une pause. La pièce dans laquelle ils se trouvaient était ronde et ne possédait que deux portes, une entrée et une sortie. Pas de piège, pas d’énigme, les compagnons en profitèrent, ils se postèrent çà et là chacun de son côté de manière à récupérer. Irkaal tentait de repasser leur parcours au sein du palais en visualisant chacune des pièces à la recherche de l’indice qui permettrait de comprendre le fonctionnement du palais, sous ses paupières ses yeux dansaient déjà du bleu au vert.
Sa mémoire n’était pas exceptionnelle (même désastreuse sur son enfance) mais le fait que le capitaine se forçait souvent à revenir sur ses missions, action ou autres faits de manière à s’améliorer continuellement, cet exercice lui permettait désormais revivre comme spectateur certains évènements.
En cherchant dans les détails de chacune des pièces, Irkaal trouva quelques éléments similaires entre les pièces parfois bien caché auxquels il n’avait pas prêté attention jusque-là. Dans chacune des pièces dans lequel ils étaient passé se trouvait ou un chiffre seul ou un chiffre suivit d’une suite numérique paire ou impaire. Soit au-dessus des portes, au sol, il lui semblait même que dans la bibliothèque les volumes de certains livres formaient une suite impaire.

*Mais à quoi ces chiffres peuvent-ils servir ? * songea Blackstone en ouvrant les yeux.

Ses camarades dormaient tous, ils semblaient même être apaisés pour une fois. Le capitaine s’installa en tailleur le dos contre le mur et fixa le sol, essayant de connecter les indices qu’il venait de trouver.

*****


Les compagnons marchaient en colonne, traversant pièce après pièce. Ils n’avaient pas rencontré de monstre depuis la salle des danseuses, juste quelques pièges, quelques énigmes mais rien de bien sorcier pour les cinq combattants du Velm qui avaient commencé à adopter une sorte de routine : une entrée, une sortie, suffit de travailler en équipes et de se creuser les méninges. La troupe venait d’entrer dans une nouvelle pièce. Celle-ci paraissait inquiétante, ils avaient de l’eau jusqu’aux chevilles, des canalisations rouillées de différents diamètres zigzaguaient sur le sol et sur les murs, par endroit il fallait les enjamber.
Une odeur nauséabonde s’en échappait, forçant les guerriers à se cacher le visage sous leurs avant-bras. Irkaal s’arrêta au milieu plissant les yeux à la recherche d’une issue quand son pied heurta un sorte d’écoutille. Il resta dans un premier temps interdit puis il se mit à genoux et tenta avec force de tourner le verrou. Quand ses compagnons le virent dans la difficulté ils se joignirent à lui mais toujours aucun mouvement. Ekan agacé, arracha un tuyau et demanda à ses partenaires de s’écarter. Il glissa le tuyau dans la poignée circulaire et tenta de faire levier il obtint un léger grincement et quelques bulle d’airs remontèrent à la surface, malheureusement le tuyau céda avant l’écoutille. Ekan qui s’agaçait extrêmement vite depuis la mort de son binôme, envoya voler le tuyau plié au travers de la salle dans un hurlement de rage. Tandis que ses camarades s’affairaient à ouvrir l’écoutille, Irkaal observait la pièce avec attention. Entre les nuages gazeux et les canalisations rouillées une lueur clignotante attira le regard de Blackstone qui enjamba les obstacles pour s’en approcher. Le capitaine se retrouva face à un pupitre de commande et plusieurs écrans éteins ou probablement « hors service ». Tous ces boutons, leviers et autres interrupteurs, toute cette technologie était sans queue ni tête pour un rustre comme Irkaal. A l’aide des multiples pictogrammes il tenta d’en comprendre le fonctionnement, le dessin représentant une porte le fit sourire. Blackstone enclencha le levier correspondant et un grondement d’engrenages corrodés retenti. Le bruit fit relever la tête de tous ses camarades qui s’acharnaient encore sur l’écoutille, ils arquèrent simultanément un sourcil et arborèrent un regard inquiet. Le sol se mit à trembler créant des remous à la surface de l’eau puis dans un grincement une large trappe circulaire s’ouvrit dans l’un des tuyaux dont le diamètre était bien plus grand qu’Ekan. Irkaal s’en approcha et jeta un regard à l’intérieur. Satisfait, il se retourna vers ses compagnons d’infortune :


« Je crois que j’ai trouvé la sortie, qui m’aime me suive. » Lâcha le capitaine en s’engouffrant dans la canalisation.

Il pouvait s’y tenir debout et l’odeur nauséabonde y était plus prononcé. Le capitaine n’avait fait que quelques pas quand un mur d’eau le balaya avec force. Irkaal fut projeté dans la salle des machines et sa tête heurta violement la robinetterie de l’un des tuyaux. Damiel s’approcha du capitaine inconscient, un petit nuage écarlate se formait au niveau de sa tête.

« Heureusement que l’on ne t’aime pas alors. » Gloussa l’acolyte.

Irkaal ne réagissait pas et cela inquiéta Damiel qui commencer à apprécier l’humour tranchant du capitaine. L’acolyte secoua le corps de Blackstone avec son pied pour le faire réagir, sans effet. Soudain un rictus apparu aux coins des lèvres du capitaine qui attrapa la cheville de l’Illusien et le renversa dans l’eau. Le capitaine l’attrapa par le col et le domina du regard.

« C’est la dernière fois que tu poses tes bottes sales sur moi, c’est clair ! lui lança la capitaine avant de le laisser tomber à l’eau et renchérir en rigolant, et au final tu vois que tu m’aimes bien, sinon tu ne te serais pas inquiété pour moi. »

« Toi et ton égo de merde, je dirige, je suis le capitaine untel, tu me casses les couilles… » marmonna Damiel

Irkaal réajusta sa cuirasse, resserra sa ceinture et indiqua de la main la sortie désormais sans danger.

****


Irkaal fermait la marche dans le tunnel, il cherchait le lien entre tous les chiffres notés dans chacune des pièces quand l’arrivée d’une nouvelle salle le sorti de ses pensées. Les murs arboraient par endroit des alvéoles, certaines ouverte d’autres recouvertes d’une fine pellicule. Il faisait chaud, Irkaal commençait à être trempée sous sa cuirasse et sa plait à la tête commençait à le déranger, dans le tunnel, à plusieurs reprises il s’était senti désorienté. Ekan et Neä sortir brusquement leurs armes, par reflexe Irkaal les imita. Blackstone perçu le bruit d’infime vibration, comme de petit battement d’ailes et compris l’attitude défensive de ses camarades. Face à son visage interrogatif Solène prit la parole.

« Nous sommes dans « LA RUCHE » le repère des Belphégors. »

"Les Belphégors ? Comme dans ce vieux film dans le musée du Velm avec Sophie Carmeaux ?" demanda Damiel.

Les quatre autres le toisèrent.

« Quoi vous ne l’avez pas vu ? ok ça va ... je sais c’est quoi un belphégors. Ça ressemble à une femme mais ce n’est pas une femme, c’est aveugle mais voit mieux que nous BLA BLA BLA … je l’ai lu l’encyclopédie."

Ils levèrent les yeux au ciel avec désespérance et reprirent la marche. Ils traversèrent galerie après galerie, jusqu’à atteindre une grande salle que certain reconnurent.

« On est dans la grande salle »

*sans blague ?!*

Au centre de la pièce se trouvait une large table où en son centre se trouvait un grand récipient. Au plafond une pyramide renversée laissait de son sommet s’écouler au goute à goute un liquide doré. Devant la table une inscription attira leur attention.

« C’est étrange, je suis déjà venu ici et je n’avais jamais vu cela. » lança Neä.

« Qu’est-ce qu’il est écrit ? » demanda Irkaal en pointant une inscription du doigt.

Ils se retournèrent vers Solene dont les joues s’empourprèrent.

« Cher hôte. Que dirais-tu d'un peu de ce miel ?
Le nôtre est si doux qu'il semble fait par le ciel
Ses vertus ont infinies, et de lui on dit :
Qu'il guérit les maux voire qu'il rajeunit.
Mais si tu souhaites t'y désaltérer
Il faudra tout d'abord nous le demander.
Si tu trouves ce que nous voulons [?]
[?] alors nous te le donnerons.
Miel et clés seront à tes côtés."

Mais il y a un mot qui à été effacé entre voulons et alors.
»

Irkaal s’empressa de tout noter et commença à réfléchir. Il faisait les cents pas, passant de temps à autre ses doigts râpeux dans sa barbe hirsute qui n’était plus entretenue depuis plusieurs mois. Il s’était approchait de la grande table et remarqua que à cote du grand récipient se trouvait une fente semblable au trou d’une serrure. Soudain, il aperçut une forme sombre dans le bocal de ce qui ressemblait à du miel. Le capitaine se pencha au-dessus du récipient et l’objet qui s’y dessinait était une clé.

*Putain, miel et clés seront à tes côtés, il on mit la clé dans le miel… c’est des génies*

Blackstone commença à remonter sa manche et lorsque ses doigts effleurèrent la surface du liquide des racines surgirent du sol et attrapèrent le capitaine. Les racines s’enroulèrent autour de ses membres et le maintenaient en l’air. Ses camarades se jetèrent sur les racines épée et armes en avant, mais ils n’eurent pas le temps de l’atteindre qu’ils furent à leurs tour désarmés et entravés par d’autre germes vivants. Ses quatre compagnons le fixèrent, si leurs yeux avaient pu jeter des éclairs, le capitaine aurait été foudroyé mille fois.

« Putain le boul… » commença Damiel quand une racine se glissa entre ses lèvres à la manière d’un bâillon.

Des battements d’ailes et des cris strident fendirent le silence. Trois Belphégors descendirent des galeries supérieures. L’air déplacé par leurs ailes à l’atterrissage soulevèrent un nuage de poussière ocre. Elles sortirent leurs dards simultanément et s’approchèrent d’Irkaal d’un pas déterminé. Les trois à la suite le giflèrent puis arquèrent leurs postérieurs le dard en l’air. Le capitaine ferma les yeux et serra les poings puis il lança sans aucune détermination.

« Je suis désolé mesdames. »

Elles stoppèrent leurs attaques in extremis puis se tournèrent pour se concerter. Irkaal ne distinguait que des piaillement aigue. Elles se tournèrent à nouveau vers lui et lui demandèrent de répéter. Blackstone jura mais devant le regard de ses compagnons il s’exécuta et s’excusa à nouveau.
Les chimères se concertèrent encore une fois puis libérèrent les cinq compagnons. Irkaal eu à peine le temps de faire jouer ses articulations qu’une Belphégor le gifla pour son juron suivit gratuitement par ses deux consœurs. Même ses camarades auraient voulu se joindre à eux, cela se lisait sur leurs visages.


« Nous voulons juste sortir d’ici… » lança Blackstone en faisant jouer sa mâchoire.

« Nous vous donnerons la clé et le nectar si vous nous donnez ce que nous voulons. » répondit l’une des guêpes.

« Et que voulez-vous ? » Demanda Irkaal.

Elles se mirent à rigoler.

« Ce que nous voulons c’est la semence d’un de vos male ». Répondit une autre.

« Cela fait plusieurs siècles que nous n’avons plus de males, nous nous reproduisons en clonant nos propres cellules mais il s’agit seulement d’un clone de nous-même doté de sa propre conscience mais pas d’une nouvelle génération de Belphégor, uniquement la même qui stagne. Alors parfois nous prenons la semence de males d’autre espèces pour nous reproduire. » Expliqua la troisième sur un ton mélancolique.

Irkaal rejoignit ses compagnons pour se concerter.

« Si ce n’est que ça je suis volontaire » lança Damiel.

« Abruti, regarde les fresques au plafond, elles font comme les mente-religieuses lorsqu’elles sont fécondées, elle tue le géniteur et le dévores » retroqua Irkaal.

Les compagnons levèrent la tête vers les dessins du plafond qui ne représentait que des formes géométriques inconnues : II, IV, VI, VIII, X, XII, XIV, XVI, XVIII, XX, XXII-X

« Tu es sûr que ça veut dire ça ? » demanda Damiel.

« Non ce sont des ch…. » commença Solène

« Oui il y a de forte chance, mais je ne pense pas que tu à envie de tester pour vérifier ? "coupa Irkaal.

Les Belphégors commençaient à perdre patience. Elles s’approchèrent du groupe quand l’une d’entre elle reçut une boule de feu dans le thorax la consumant instantanément. Les deux restante se mirent à hurler, prévenant ainsi leurs camarades qu’elles étaient attaquées avant de charger. Un bourdonnement effrayant sorti des galeries supérieures et inférieur.

*On est dans la merde…*

Ekan propulsa son bouclier tel un boomerang et éclata la tête d’une des guêpes dont le corps s’effondra sur le sol. Irkaal quand a lui s’élança vers le bocal de nectar, il plongea sa main dans le vase et attrapa la clé, il eut le temps de l’introduire dans la fente et de la tourner avant qu’une décharge électrique le transperce, il se retourna et la guêpe qui venait de le piquer s’effondra, une lame éthérique planté dans l’abdomen. Le corps du capitaine ne réagissait plus à sa volonté, il pouvait voir et entendre ce qui se passait mais il ne pouvait pas interagir. Sa vu se brouilla peu à peu, mais une large porte s’ouvrit devant lui, Ekan l’attrapa et Neä plus que déterminé se mi à déclenché un incendie dans la grande salle, elle créa un mur de feu le temps que tout le monde sorte de la pièce et elle s’extirpa à son tour juste avant que la porte ne se referme sur ses talons.

« Comment la porte s’est-elle refermée. » demanda Neä.

[i]Ekan déposa Blackstone qui esquissa un sourire, son index était coincé dans la tête ovale de la clé.






bon voila, je suis grave déçu de ce que je vous rend... le travail, les imprévus etc... c'est pas une excuse mais quand même.. désolé pour le résultat
[/quote]
_________________
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 10/12/2018    Sujet du message: La Carte et le Territoire

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    †La Malédiction de l'Eternité † Index du Forum -> L'extérieur -> Le Palais maudit Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

Sauter vers:  


Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Chronicles phpBB2 theme by Jakob Persson (http://www.eddingschronicles.com). Stone textures by Patty Herford.